Le déménagement au Champ de Mars

Paris 1867 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6503
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Le déménagement au Champ de Mars

Message par worldfairs » 29 déc. 2018 09:25 pm

Texte de "L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée"

Paris 1867 - Informations, renseignements, discussions, questions - Le déménagement au Champ de Mars - demenagement.jpg

Nous avons donné, dans notre première livraison, un dessin représentant le déchargement des colis: nous donnons, à notre dernière livraison, le dessin représentant le déménagement des produits exposés. La scène est la même, semblable l’opération : les mêmes wagons, au lien d’arriver pleins et de repartir vides, arrivent à vide et repartent pleins; les mêmes grues les chargent au lieu de les décharger.

C’est toute la différence; elle n’est pas appréciable dans le tableau. Comment donc se fait-il que l’impression soit tout opposée? le premier dessin était éclairé par l’espoir; le second est voilé par le regret. Cette différence d’impression, vis-à-vis de la même scène, en dit plus que tous les cours d’esthétique : constater l’effet différent, nous dispense de l’interpréter.

Les feuilles poussaient : elles tombent. Pourquoi? la température est la même qu’au mois de mars. Les voitures arrivaient : elles partent. L’office est le même : seulement, le point de départ a changé. Nous étions sur le versant du soleil : nous sommes sur le versant de l’ombre. Notre ami respecté, M. Moreno-Heuriquès, directeur de la manutention, n’a pas moins de travail : seulement, au lieu d’apporter, il remporte. Hélas! ce que c’est que de nous! et pourquoi le spectacle qui nous a ravis nous laisse-t-il, en s’évanouissant, un regret plus durable que le ravissement qu’il avait fait naître? Est-il donc vrai que l'homme doive faire plus de provisions pour la tristesse que pour la joie? O souvenirs des minutes heureuses, quel fond d’amertume vous laissez après vous !

Que reste-t-il aujourd’hui de l’Exposition universelle de 1867? Autant vaudrait demander ce que sont devenues les neiges d’antan.

Les statues qui ornaient le Parc apparaissent mutilées, comme au mois de mars : mais, au lieu d’en assembler les morceaux, on les numérote pour les emballer. Les chalets encore debout sont découronnés de leurs toits. Va-t-on les achever? Non : on commence leur démolition par le faîte.

Dans les allées abandonnées, quelques exposants attardés passent, assombris par leurs déceptions. La poussière, ce messager implacable des solitudes, s’est emparée du Champ de Mars, et y règne en souveraine absolue. Il faudrait un an pour purifier ce qu’elle a déjà sali, dans quinze jours de règne. Volney n’avait pas prévu cela dans ses Ruines.

J’ai vu une oasis dont Abdel-Kader avait coupé les sources, dans un jour de vengeance. Les palmiers, privés d’eau, s’étaient séchés : les sables, comme une lèpre, avaient rongé les jardins, la veille pleins de colombes qui avaient fui à tire-d’aile. Eh bien ! cette œuvre de destruction et de vengeance m’avait inspiré moins de tristesse qu’il ne s’en émane aujourd’hui du Champ de Mars. Y eut-il jamais, en effet, d’oasis si belle que celle qu’on a restituée si vite aux servitudes militaires?

C’est aujourd’hui surtout qu’on peut comprendre l’œuvre de reconstruction que nous avons menée à terme. Nous avons réédifié ce qu’on a détruit : et, à cause de cela même, notre œuvre restera : car elle gardera le souvenir durable de ce qu’on ne verra plus, c’est-à-dire du spectacle qui laissera dans l’esprit des hommes l'impression la plus profonde de tout ce siècle, rempli pourtant de prodiges.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité