Les Coiffures de femmes

Paris 1867 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6428
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les Coiffures de femmes

Message par worldfairs » 21 nov. 2018 12:57 pm

Texte de "L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée"

Paris 1867 - Informations, renseignements, discussions, questions - Les Coiffures de femmes - Modes de Madame Dufour - modemadamedufour.jpg
Modes de Madame Dufour

Savoir que Paris consomme 20 millions de chapeaux de femmes, et que les étrangers nous en enlèvent 2 millions annuellement, c’est se faire une idée assez imparfaite d’une production peu accessible aux relevés sérieux.
En moyenne, ces 20 millions représentent 800 000 chapeaux. Cela veut-il dire que 800 000 têtes de femmes soient coiffées dans notre capitale?

La consommation du grand luxe doit entrer pour un chiffre énorme dans cette somme totale, et barre par conséquent la route à toute supputation.

Je n’ai donc pas de statistique attrayante à offrir à mes lecteurs : point d’industrie plus bizarre, pas d’industriels plus improvisés. Toute dame qui a ou croit avoir du goût, qui a ou qui n’a pas de capitaux, a le droit de se faire modiste.

Un tour de main heureux, un souffle de ce vent qu’on appelle la chance, et voilà une maison montée, voilà une barque marchant à pleines voiles dans la vogue et vers le succès.

Le prestige des modes parisiennes, cependant, a produit quelques manufactures importantes,— les seules que l’on puisse étudier. — L’Exposition nous révèle à peu près six exposants de la spécialité dont nous nous occupons; tous Français. A l’étranger, c’est à peine si l’on en trouve un ou deux assez osés pour venir braver les féeriques créations de la reine des modes européennes.

Notre gravure représente la vitrine d’une de ces grandes maisons typiques, fixée depuis 34 ans, ainsi que le veut l’usage adopté par le commerce des soieries, dans le quartier Saint-Denis.

Là, sans doute provisoirement à l’abri de la pioche de M. Haussmann, vit et travaille un groupe nombreux d’industriels; quoique déjà fort ébréché, ce refuge de la fabrique n'est pas encore touché au cœur, et il en sort une grande production, celle de Mme F. Dufour, par exemple, dont nous avons aujourd’hui l’occasion de parler.

Ses produits — puisque c’est le nom consacré même par l’industrie des modes — s’adressent principalement aux marchands de la France et de l’étranger, ainsi qu’aux commissionnaires exportateurs.

Sans affecter spécialement le genre extra-luxueux, la maison de Mme F. Dufour tient un rang élevé dans les modes. Chez elle, un chiffre annuel de 175 000 fr. peut représenter 7000 chapeaux, ce qui donne un prix moyen de 25 francs, tandis que, pour certaines maisons, 1000 chapeaux font dépasser ce chiffre, ce qui élève le prix moyen à 100 à 150 francs. Là est la meilleure appréciation du caractère industriel de notre exposante: ses exportations principales se font en Angleterre, qui est perpétuellement, en fait de modes, à la remorque de la France; et, d’une façon moins importante, en Amérique et en Égypte.

Ne serait-ce pas pour une Anglaise que Mme Dufour a exposé, au milieu de divers chapeaux d’un goût très-choisi, ce fameux chef-d’œuvre de sculpture en ivoire, qui est cependant un chapeau, et qui, en raison de son prix élevé, est heureusement hors de la portée des fortunes médiocres, et heureusement aussi une exception dans la fabrication de Mme Dufour?
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité