Les halles

Chicago 1933 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6504
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les halles

Message par worldfairs » 10 avr. 2017 01:04 pm

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Comme pour l'exposition universelle de Chicago de 1893, une commission fut désignée comprenant les architectes les plus réputés de Chicago et des USA (à l'exception de Frank Lloyd Wright, au caractère trop opiniâtre et difficile) pour inventer de nouveaux concepts architecturaux. Il s'agissait d'élaborer des projets pour des constructions temporaires, puisque le site devait ensuite être transformé en parc paysager. Entre 1928 et 1932, les architectes se rencontrèrent quatre fois par an pour coordonner leurs idées et réfléchir à des solutions nouvelles. Le site fut divisé en plusieurs sections, attribuées chacune à un cabinet d'architectes.

On établit toutefois certains principes sur lesquels les architectes se mirent d'accord. Afin d'éviter que le site soit trop étendu et ainsi trop contraignant pour les visiteurs, comme cela avait été le cas pour les expositions universelles précédentes, on avait décidé d'édifier des bâtiments à plusieurs étages, pour mieux concentrer les objets à exposer et renforcer l'effet architectural et plastique général. L'utilisation d'échafaudages en acier faciles et rapides à installer et de nouveaux matériaux de construction (ciment-amiante et placoplâtre) fut mise au service d'une nouvelle expression plastique, qui épousait la tendance des évolutions modernes européennes comme l'architecture de style Bauhaus et l'Art déco, et qui devait ici aussi traduire l'esprit de l'exposition, la marque du progrès. Daniel H. Burnham Junior, Président de la commission des architectes, résuma les objectifs des projets de construction : "Nous ne voulons pas ennuyer notre public avec la répétition monotone de modèles désuets. Notre fête exige une architecture qui vive au rythme des temps modernes."

Il en résulta des constructions expérimentales, aux effets parfois même utopiques, sans décorations, sans ornements sculpturaux et le plus souvent sans fenêtres. Cela permit non seulement de gagner sur les coûts, mais également en surface d'exposition intérieure. Comme aucune réglementation n'avait été fixée concernant la hauteur, ces constructions simples et fonctionnelles étaient souvent affublées d'immenses tours s'élevant haut dans le ciel ou de mâts gigantesques. Par exemple, le bâtiment du gouvernement fédéral américain était facilement reconnaissable avec ses trois pylônes de 45 mètres de haut, chacun symbolisant une fonction de la nation : l'exécutif, le législatif et le juridictionnel ; une tour de 55 mètres de hauteur surplombait le pavillon de General Motors ; pour atteindre le Groupe Electricité situé au bord de l'eau, il fallait franchir une porte constituée de deux pylônes cubiques qui se dressaient hauts dans le ciel.

La construction la plus novatrice fut audacieusement réalisée par les architectes Bennett, Burnham et Holabird avec la halle dédiée au thème du voyage et du transport, d'une superficie exceptionnelle de 39 000 mètres carré. Il s'agissait d'un bâtiment à deux étages surmonté d'une toiture en forme de coupole de 38 mètres de hauteur et de 61 mètres de diamètre. Douze piliers en acier, regroupés par groupes de trois étaient reliés les uns aux autres par des câbles auxquels était suspendu le plafond formé de plaques de métal et de support en fer. Des joints de dilatation permettaient à la toiture de supporter les légères oscillations de l'édifice pouvant survenir en cas d'intempéries. A l'extérieur, les piliers d'acier dressés sur des appuis oscillants sont stabilisés par des câbles et ancrés dans des socles en béton au-dessus desquels un mur de sept mètres de haut a été érigé pour marquer la clôture extérieure du bâtiment. Sa couleur jaune contrastait avec le revêtement vert des parois qui était accentué par les piliers d'acier laissés dégagés et les quatre portails peints en bleu les juxtaposant. Cela créait ainsi une très vaste pièce intérieure sans piliers qui était particulièrement adaptée pour exposer des objets très volumineux comme des locomotives.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Chicago 1933 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité