Commentaires d'époque

Chicago 1893 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6427
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Commentaires d'époque

Message par worldfairs » 04 janv. 2017 02:39 pm

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Jugement mitigé sur l'architecture "En quoi résidait donc l'impression impérieuse et prenante émanant de ces créations architecturales majestueuses, qui provoquèrent l'étonnement et l'admiration des millions de visiteurs de l'Exposition, et qui dans le tableau d'ensemble qu'elles formaient rayonnaient de la même beauté idéale par les jours chauds et clairs inondés de soleil qu'à la tombée de la nuit, lorsque scintillaient, étincelaient et resplendissaient les centaines de milliers de lumières de ce forum de beauté, créant un royaume idéal, arrosé d'une clarté de rêve, et quand ces formes atteignaient par les illuminations les sommets les plus brillants. Le jugement du monde entier s'est prononcé sur ces performances, et il n'a pas manqué d'esprits chagrins pour rechercher et trouver d'innombrables motifs de condamnation. C'était la répétition du même phénomène qui accompagne toujours les créations artistiques particulièrement originales. Du côté américain, on qualifia l'ensemble des édifices, en opposition à l'admiration débordante suscitée chez certains par l'Exposition, de 'décoration construite' et non de 'construction décorée', pour souligner à la fois la prépondérance excessive de l'élément décoratif des bâtiments et les insuffisances de leur construction ; un reproche qui aurait sans doute été justifié pour des bâtiments destinés à durer plus longtemps, mais pas pour les édifices de l'Exposition qui ne devaient servir que le temps d'un été. D'autres encore ajoutèrent que les bâtiments avec leur aspect factice, imitant au moyen de matériaux de substitution, de bois et de revêtements de plâtre, de vastes palais de marbre, donnaient une image fictive, ce qui était d'ailleurs en quelque sorte typique des États-Unis, le pays des apparences.
Franz Jaffé : Die Architektur der Columbischen Welt-Ausstellung zu Chicago 1893. Berlin 1895. P. VIII.

La dernière soirée de l'Exposition
« Dans mon souvenir, une image se présente plus nettement que les autres : dans la nuit du dimanche avant la fermeture de l'Exposition, je quittais par la sortie sud le Palais de l'industrie. C'était après le coucher du soleil, après le crépuscule, à ce moment qui n'est ni jour ni nuit, où la lumière chaude du soleil couchant a disparu, où ses réflexions sont arrêtées et absorbées par l'obscurité en train de s'étendre, laissant derrière elle une luminosité verte, froide et claire.
Dans ce décor, une unique étoile se tenait juste au-dessus du bâtiment de l'administration. Sa lumière jaune se mariait avec le bleu des lampes à arc et effleurait d'une étincelle la statue dorée, les palais blancs, les larges escaliers menant au grand bassin, le vaisseau de l'État, le péristyle et les colonnades, mais en cet instant le flot d'humanité n'était pas là.
Ce calme annonçait pathétiquement le long silence qui allait très bientôt s'étendre sur la 'Ville des rêves'. On n'entendait que le clapotis des vagues dans la lagune. Puis retentit un carillon, puis une cloche sonna l'heure. Une minute plus tard, le charme était rompu, mais l'image demeurait gravée de façon indélébile. Elle ne pourra jamais tomber dans l'oubli. »
White City Chips. Chicago, 11/1895, p. 5. Cité d'après : Bertuca 1993, p. 371.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Chicago 1893 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité