Les gigantesques halls d'un style conventionnel

Philadelphia 1876 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les gigantesques halls d'un style conventionnel

Message par worldfairs » 19 déc. 2016 11:51 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Aucun des différents appels d'offres lancés pour l'aménagement du bâtiment principal n'ayant permis d'obtenir de résultat satisfaisant car chacune des offres soumises aurait exigé un dépassement du cadre budgétaire défini pour le projet. La totalité des plans architecturaux fut confiée à un grand bureau d'études d'ingénierie de la ville, le bureau Henry Pettit et Joseph M. Wilson, qui présenta un projet pour un Palais des expositions et pour le Hall des machines, tandis que Scharzmann était chargé de soumettre les plans du Memorial Hall de l'art et de l'Horticultural Hall.
Et c'est ainsi que l'on vit s'élever sur le terrain d'exposition quelques 200 constructions - bâtiments, pavillons, kiosques, stands de rafraîchissement ou fontaines.

Le bâtiment principal des produits industriels consistait en une construction tout en verre et en métal, présentant une longueur de 577 mètres pour une largeur de 170 mètres, et dont la surface d'exposition s'étendait sur 81.600 mètres carrés. Des dimensions qui battaient de quelques mètres le record du Palais de cristal londonien, construit en 1851. Bâti selon une structure en trois nefs, le hall ne présentait par ailleurs aucun caractère novateur sur le plan de la construction.

Conçu selon la même architecture conventionnelle, le hall des machines, érigé sur une solide assise maçonnée, présentait une structure-cadre en bois, ajourée de larges ouvertures vitrées. Plusieurs constructions annexes permettaient de réaliser des démonstrations pratiques par exemple sur des scies mécaniques en service. Le Hall des machines était directement raccordé au Pennsylvania Railroad et plusieurs voies ferrées conduisaient tout droit jusqu'à l'intérieur du bâtiment, facilitant ainsi l'installation des objets d'exposition volumineux.

Le Memorial Hall est le seul vestige de l'Exposition mondiale encore debout de nos jours. Ce hall, qui abritait l'exposition artistique, dont le succès fut considérable, avait été construit, pour reprendre les propres termes de son architecte Schwarzmann, dans le style de la "Renaissance moderne", autrement dit en granit, en verre et en fer. L'architecte s'était inspiré pour la conception de la façade des plans réalisés par Nicolas Escalirs et destinés à un bâtiment d'exposition dans le cadre du concours du Prix de Rome français. Ce bâtiment devait occuper par la suite une place très importante dans l'histoire de l'architecture allemande de l'époque impériale, puisque Paul Wallot s'en inspira directement dans les plans qu'il élabora pour le Reichstag. Le Memorial Hall abrita tout de suite après la fin de l'exposition le Musée de Pennsylvanie, demeura par la suite inoccupé pendant de nombreuses années, et fut finalement reconverti en 1969 en un complexe composé d'un lieu de réunion, d'un terrain de basket et d'une piscine couverte.

Bien que représentant le plus petit des cinq grands bâtiments de l'Exposition mondiale, l'Horticultural Hall surpassait encore en dimensions la plus volumineuse des serres horticoles parisiennes ou londoniennes. Cette construction de verre et d'acier conçue selon le « style de l'architecture mauresque du 12ème siècle », est l'oeuvre de Schwarzmann, qui reçut pour ce bâtiment la Médaille d'honneur du jury de l'exposition. Un critique allemand en architecture décrivit la construction comme «la véritable incarnation des Contes des Mille et une nuits ». Presque tous les états fédéraux américains édifièrent sur le terrain d'exposition leur propre pavillon. La majeure partie des entreprises préférant exposer dans les grands halls, les bâtiments réservés aux différentes nations furent utilisés comme salles de réception ou de repos pour les visiteurs. La plupart des pavillons furent bâtis en bois dans un style moderne. Lors des expositions mondiales organisées par la suite aux Etats-Unis, les états fédéraux allaient se limiter à réaliser des répliques des plus célèbres bâtiments de cette première exposition.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Philadelphie 1876 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité