Des contrastes riches en couleurs - Le parc de l'exposition

Paris 1867 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6419
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Des contrastes riches en couleurs - Le parc de l'exposition

Message par worldfairs » 12 déc. 2016 08:52 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Le parc entourant le palais couvrait deux tiers du Champ de Mars. Regroupés autour de l'ovale se trouvaient quatre sections, nommées également d'après les quatre principaux pays industriels d'Europe : la France, l'Angleterre, l'Allemagne et la Belgique. Ces nations étaient affectées dans ces sections uniquement pour permettre une meilleure visibilité.

Les visiteurs, qui arrivaient par train ou par bateau traversant la Seine, pouvaient se déplacer sur le site en empruntant des bus à vapeur ou de petits attelages. Mais ce qui ravissait le plus, c'était les tours en ballon ou les promenades panoramiques sur un des bateaux de la Seine.

Quelques nouveautés techniques furent présentées dans le parc avec beaucoup de succès dans leur application pratique. Ainsi, lors des ouvertures nocturnes de l'exposition, on put assister à la présentation, adaptée à la circonstance, de nouveaux systèmes d'éclairage, tout particulièrement des réverbères électriques de 50 mètres de hauteur, qui illuminaient le ciel au-dessus de Paris la nuit. Dans le domaine des transports, une maquette du canal de Suez était exposée, que Ferdinand de Lesseps, l'ingénieur concepteur de ce projet de construction gigantesque, commenta lors de conférences publiques.

Des lieux exotiques, comme un bar à vin autrichien, un pub anglais ou un café tunisien furent particulièrement appréciés. Ils se trouvaient tout autour du palais de l'exposition et le soir, des concerts y avaient lieu jusqu'à 23 heures sous la lumière des lampadaires à gaz.

Le parc était conçu comme le lieu où chacun des pays pouvait avoir son pavillon national et le bâtir selon ses propres projets et intérêts. Cette nouveauté joua un rôle très important. On compta jusqu'à 227 bâtiments, qui, comme le souhaitaient les organisateurs de l'exposition permettaient de montrer "d'une manière claire et intéressante les spécificités et caractéristiques du peuple concerné, ses us et coutumes ainsi que son mode de vie". Tandis que l'Italie figurait un temple pompéien, l'Egypte se présentait avec la réplique du temple de Philae renfermant des œuvres d'art et des curiosités nationales.

Pour le ravissement des visiteurs, on installa également une maison princière musulmane, un caravansérail avec des chameaux importés spécialement pour l'occasion. Tout près se dressait une cathédrale gothique, construite en grandeur réelle pour l'exposition par Monsieur Leveque d'Amiens. Ainsi y trouvait-on, outre un grand orgue réalisé par le célèbre facteur d'orgue Cavaillé-Coll, une collection d'autels de styles différents, des vitraux et des statues de saints. Une laiterie et une machine à tailler les diamants actionnée à la vapeur représentaient les Pays-Bas, quant à la Russie, elle apparut sous les traits de maisons paysannes typiques en bois sculpté.
La littérature contemporaine se plaisait à faire appel à certains éléments de la tradition chinoise qui en devenaient un pôle d'attraction majeur. Il fut possible d?assister à de véritables cérémonies du thé, à des pièces de théatre chinoises dans le cadre enchanteur d?un palais d'été en partie inspiré du style Mandchou.

Comme s'il s'agissait d'un parc d'aventures fantastiques, les visiteurs téméraires pouvaient sauter en parachute du haut d'une tour ou bien il était possible d'observer des plongeurs à travers la vitre d?un bassin aquatique. En comparaison avec le caractère surtout industriel et technique des expositions présentées à l'intérieur du palais, le parc offrait une ambiance très divertissante, un cadre étonnant par ses contrastes où s'alliaient à merveille les plaisirs de la découverte et de la détente. Cet aspect de la convivialité mêlé à l'exotisme trouva son apogée lors des expositions universelles de 1889 ou 1900 dans les présentations des sections coloniales. Excepté le petit palais du bey de Tunis, qui fut ensuite transféré dans le parc Montsouris, tous les autres bâtiments furent détruits dès la fin de l'exposition au grand regret du public.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité