Voiture Annamite (pousse-pousse) à l'exposition Paris 1889

Paris 1889 - Inventions, novelties and means of transport
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6282
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Voiture Annamite (pousse-pousse) à l'exposition Paris 1889

Message par worldfairs » 19 févr. 2011 01:57 pm

Voici un article de Frank Jourdain de 1889 qui présentait un moyen de locomotion très original pour se déplacer dans l'exposition universelle de Paris de 1889.

Les voitures annamites de l'Esplanade des Invalides, — les pousse-pousse, comme on les a déjà baptisées, —font une rude concurrence aux fauteuils roulants du Champ de Mars. Oh ! ce n'est pas qu'on y soit plus confortablement assis, plus moelleusement suspendu, non, mais, pensez donc, le nouveau, l'exotisme, un cabriolet de féerie avec un monstre grimaçant peint sur la caisse ! Et puis, la joie d'être traîné par un bonhomme, couleur de bronze Barbedienne, dont le chapeau de paille, en forme d'abat-jour, est retenu, sous le menton, par une jugulaire d'étoffe tombant sur la poitrine ; par un bonhomme dont les cheveux sont relevés en chignon sur la nuque, comme ceux d'une femme, dont les pieds sont chaussés de sandales, dont les jambes nues sortent d'un large et court pantalon que recouvre un sarrau noir en forme de blouse !

Les voitures de l'Esplanade des Invalides, mignonnes, élégantes, pimpantes, ont été, bien entendu, triées sur le volet et on ne nous a pas expédié les ignobles guimbardes qui, — dans le genre, — existent aussi bien là-bas qu'à Paris.

 Expo Paris 1889 - Voiture Annamite, pousse-pousse

Quant aux pousseurs ou, — plus exactement, — aux traîneurs, puisqu'ils s'attellent aux brancards, ils sont, non pas Annamites, mais Tonkinois.
Paul Bonnetain, à qui il faut forcément revenir quand l'extrême Orient est sur le tapis, m'a raconté que la création de ce véhicule ne remonte pas à plus de cinquante ans. Les domestiques d'un résident hollandais à Kioto, fatigués de porter dans un fauteuil leur maître impotent, imaginèrent un jour d'adapter des roues au siège et de le traîner. Les perfections vinrent ensuite, mais le djinrickcha était trouvé.

Ces petites voitures qui, à l'Exposition, semblent plutôt gentilles que pratiques, sont au Japon., en Annam, au Tonkin, un précieux moyen de locomotion avec lequel on entreprend parfois de longs voyages.

Les pauvres diables chargés de ce rôle de bêtes de somme sont, spécialement au Japon, d'incomparables coureurs qui vont constamment au galop ; ils trottent pour se reposer. Bonnetain a fait, en un seul jour, 62 kilomètres dans un djinrickcha traîné par deux hommes.

Les djinrickchis ne portent pas, dans l'Indo-Chine, le coquet uniforme que nous leur voyons. Ils sont généralement vêtus de loques, et autrefois ils étaient à peu près nus, car je ne puis décemment appeler vêtement le tatouage, — si pittoresque, si artistique même qu'il fût, — dont ils étaient littéralement couverts. Sur la protestation indignée des Anglais, on a obligé ces primitifs à s'habiller, et la pudeur britannique a été satisfaite.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1889 - Inventions, nouveautés et moyens de transport »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité