Chemin de Fer-Tramway Decauville de l'exposition Paris 1889

Paris 1889 - Inventions, novelties and means of transport
Répondre
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6133
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Chemin de Fer-Tramway Decauville de l'exposition Paris 1889

Message par worldfairs » 03 févr. 2011 09:04 pm

Texte de F. Frédéric Moreau, Ingénieur civil des Mines - 1889

La surface attribuée à l'Exposition universelle de 1889 est de beaucoup supérieure à celle qui fut occupée par les expositions précédentes. Outre le Trocadéro, elle englobe le Champ de Mars et l'Esplanade des Invalides, avec la partie intermédiaire du quai d'Orsay sur une longueur de 1,500 mètres environ, soit, au total, une superficie de 90 hectares.
Le visiteur qui, entrant par la porte située près du Ministère des Affaires étrangères, voudrait contourner l'Esplanade des Invalides, en longeant la palissade, puis suivre le quai, faire également le tour du Champ de Mars, pour traverser enfin La Seine sur le pont d'Iéna et sortir sur la place du Trocadéro, aurait environ 7 kilomètres à parcourir, soit une heure un quart de marche au pas accéléré.
Avec un semblable développement, il était absolument nécessaire de mettre à la disposition du public un moyen de locomotion pratique, rapide et peu dispendieux. Il fut donc décidé que l'intérieur de l'Exposition serait desservi par un chemin de fer.

 Expo Paris 1889 - Trajet du chemin de fer-tramway Decauville
Trajet du chemin de fer-tramway Decauville

La ligne dont le parcours a été adopté a donc son point de départ vis-à-vis de l'angle du Ministère des Affaires étrangères, près de la Seine ; elle traverse l'Esplanade dans sa largeur et suit le quai intérieurement à la clôture de l'Exposition, entre les deux rangées d'arbres les plus éloignées de la berge. Elle traverse ainsi l'avenue de Latour-Maubourg en passage à niveau, passe en tunnel sous le carrefour de l'avenue Rapp et de l'avenue Bosquet, croise l'avenue de la Bourdonnais, s'engage dans la tranchée qui limite le Champ de Mars en avant de la tour de 300 mètres, et tourne ensuite à angle droit pour longer l'avenue de Suffren jusque près de l'Ecole militaire, où se trouve la station terminus.

La longueur totale de ce tracé est de plus de 3 kilomètres.

La surveillance de l'exécution des travaux a été confiée à M. J. Charton, ingénieur en chef adjoint du contrôle des constructions métalliques, qui s'est particulièrement occupé de l'installation des voies ferrées au Champ de Mars.
Outre les deux gares extrêmes, trois stations intermédiaires ont été prévues aux points suivants, sur le quai d'Orsay : la première au carrefour Malar, la seconde en face du Palais des Produits alimentaires, la troisième à l'angle du quai et de l'avenue de Suffren. Le matériel fixe, comme d'ailleurs aussi le matériel roulant, est fourni par la Société Decauville.

La voie est double, avec une entrevoie de 2 mètres.



 Expo Paris 1889 - Locomotives Decauville
Locomotives Decauville


Le mode de traction adopté en principe est la vapeur. Les locomotives seront de plusieurs modèles. L'une des plus intéressantes est celle du capitaine Péchot. Cette machine, dite locomotive Duplex, a été combinée spécialement pour les usages de l'armée, et en particulier pour le transport du matériel de siège et de place.

On emploiera également les locomotives du type Mollet, bien connu et justement apprécié, appelées à servir dans les mêmes conditions que les précédentes. Les wagons servant au transport des voyageurs seront de divers modèles. Il est pourtant probable que les caisses seules présenteront des dispositions variées, mais qu'elles seront toutes supportées par des trucs d'un type uniforme, semblable à celui qui a été adopté par le Ministère de la Guerre.

L'usage des lignes à écartement réduit ayant pris depuis quelques années un développement considérable, tant pour les usages industriels et les services militaires que pour le transport des voyageurs et l'établissement de voies de pénétration aux colonies, tout ce qui concerne des installations semblables est à l'ordre du jour. Aussi le chemin de fer-tramway de M. Decauville, outre les services qu'il rendra aux nombreux visiteurs de l'Exposition, présentera-t-il, au point de vue technique, un réel intérêt, tant par la voie que par le matériel employé.


 Expo Paris 1889 - Station de la Concorde
Station de la Concorde

Le cahier des charges réglemente l'exploitation de cette ligne par le concessionnaire. Les départs des trains il devront avoir lieu toutes les dix minutes, de chacune des stations terminus, depuis 9 heures du matin jusqu'à minuit; soit, par conséquent, six trains par heure ou 54 trains par jour dans chaque sens.

Quoique sur presque toute sa longueur, la voie soit complètement défendue contre la circulation du public, on a jugé prudent d'imposer un faible maximum de vitesse, qui est de 10 kilomètres à l'heure. Cette vitesse devra même être réduite à 4 kilomètres en certains points du parcours, et en particulier aux passages à niveau où chaque train sera, en outre, précédé d'un pilote.

La longueur des trains ne devra pas excéder 50 mètres, et chacun d'eux sera muni d'un frein à arrêt instantané.

Le prix du transport est fixé uniformément à 0 fr. 25 par personne, et à 0 fr. 50 pour le wagon-salon, quelle que soit la longueur du trajet.


 Expo Paris 1889 - Station de la Tour Eiffel
Station de la Tour Eiffel


Les voyageurs pourront se munir à l'avance de leurs billets, qui seront vendus dans de nombreux dépôts ; il suffira de montrer ces billets à des gardiens pour pénétrer dans le wagon, et, à la sortie, ils seront déposés dans les tourniquets.

Si le chemin de fer-tramway doit être un moyen de transport commode pour circuler à l'intérieur de l'Exposition, il présentera ainsi un autre avantage : la station de départ sera située à 250 mètres à peine du pont de la Concorde. On voit combien il sera commode, au lieu de gagner le Trocadéro ou la Porte Rapp, d'aller simplement monter en wagon à quelques pas du Palais-Bourbon et de pouvoir se rendre ainsi jusqu'à la Galerie des Machines, au fond du Champ de Mars.


 Expo Paris 1889 - Tunnel de 106 mètres
Tunnel de 106 mètres


La sécurité est complètement assurée ; dans chaque gare, il y a un disque manœuvrant à distance, et, dans les deux passages à niveau le disque ne peut s'ouvrir que lorsque la barrière est fermée.

Tous les trains sont annoncés par un système de cloches électriques aboutissant aux passages à niveau et à la station suivante. Enfin, il y aura dans chaque gare un service téléphonique.


 Expo Paris 1889 - Station du Palais des Machines
Station du Palais des Machines
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6133
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Chemin de Fer-Tramway Decauville de l'exposition Paris 1

Message par worldfairs » 03 févr. 2011 09:05 pm

Texte repris du Livre "L'exposition de Paris - 1889"

L'espace si vaste qu'occupent les différentes parties de notre magnifique Exposition du Centenaire nécessitait la création de moyens de communication rapides et économiques; voilà l'origine du chemin de fer de L'Exposition.

Conçu par l'éminent directeur général des travaux, M. Alphand, concédé à deux entrepreneurs parisiens fort connus, MM. Antoine Gaillot et Paul Gallotti, réunis pour sa construction sous la raison sociale Gaillot et Cie, il fut rapidement exécuté par eux, sous la surveillance immédiate de M. Lion, l'habile ingénieur des travaux de l'Exposition.

Lorsque vous passez entre les étroites allées d'arbres du quai d'Orsay, sous les tunnels de l'Aima et d'Iéna, lorsque vous franchissez la courbe à petit rayon de l'avenue de Suffren, vous ne vous doutez pas des nombreuses difficultés que les concessionnaires ont eu à vaincre pour, dans un laps de temps trop court, mener à bonne fin leurs travaux, chercher les moyens d'exploitation, fixer le type du matériel roulant.
La haute compétence des concessionnaires, aidée par l'habile direction des ingénieurs de l'Exposition, a assuré la construction de la ligne dans des conditions remarquables.
En s'assurant le concours de la Société Decauville, avec laquelle ils font en compte à demi l'exploitation, sous le contrôle des deux savants ingénieurs qui ont construit la galerie des Machines : MM. Contamin et Charton, les concessionnaires ont résolu cette question de la façon la plus heureuse. Notre gravure vous montre la partie décorative du chemin de fer de l'Exposition, elle vous dit avec quels soins on a cherché à satisfaire le public. Le fils d'un des concessionnaires, M. Louis Gaillot, un jeune et très intelligent architecte, a su trouver pour les bâtiments des gares des formes d'une rare originalité et des distributions pratiques. Ces gares forment de très visibles points de repère qui attirent, appellent les voyageurs. Les vélums qui couvrent les quais de départ, abritent, pendant les quelques instants qu'ils ont à y passer, les voyageurs des rayons du soleil et des atteintes delà pluie.

Ajoutons que près des gares extrêmes se trouvent des buffets où les visiteurs ont la facilité de s'attendre et de se réunir en prenant quelque repos.
Le chemin de fer intérieur de l'Exposition a été une merveilleuse idée, très habilement appliquée, et l'immense succès qu'il obtient chaque jour démontre son utilité réelle, sa nécessité.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1889 - Inventions, nouveautés et moyens de transport »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité