Mas provençal

Paris 1900 - Architecture, pavilions, gardens, urban furniture
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9215
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Mas provençal

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 3 novembre 1900"

Ce n’était pas chose facile de faire revivre la Provence en un coin de Paris : de toute la province de notre France, elle est peut-être en effet la seule dont l’originalité, le pittoresque et la couleur se prêtent mal à l’imitation.

Les grisailles angevines et bretonnes sont partout à leur place, même sous le ciel maussade de la capitale, et je m’explique la satisfaction des archéologues devant les reconstitutions intéressantes où le Berri, la Bretagne, l’Anjou racontent leur histoire. Mais à l’aide de quel décor peut-on ressusciter ce qui fait la vie, la joie de la terre provençale? Ce pays de lumière, de belle humeur et de soleil ne peut triompher que dans son vrai cadre, au bord des Ilots bleus, sous un ciel rayonnant. Une Provence dépaysée n’est plus la Provence : elle ressemble il la cigale qui ne chante et ne vit, attachée à son arbre, que dans un air lumineux et chaud.

masprovencal-01.jpg

Par quel tour de force cependant, a-t-on pu nous donner, à l’Esplanade des Invalides, un peu de vrai et glorieux Midi ? C’est au créateur du Mas Provençal qu’il en faut demander le secret. La Provence d’aujourd’hui, c’est le Mas ; non pas, certes, le vrai Mas de nos campagnes ensoleillées, avec ses accessoires rustiques et amusants. C'était hélas ! le rêve de notre confrère M. Brun-Pellissier, un architecte qui connaît son Midi sur le bout des doigts ; n’est-il pas du pays du roi René?

Mais quand l’administration eut sous les yeux le plan approuvé par le grand poète Mistral et où rien ne manquait, depuis la mare au purin jusqu’au cadran solaire, ce fut presque une émeute dans les bureaux. Ce Mas était pourtant l'exacte vérité ; aussi voilà pourquoi le Mas de l’Exposition témoigne de quelque fantaisie ; c’est un cabanon cossu, conçu dans une note simple ; mais avec de belles et grandes lignes, telles que nous les trouvons dans l’architecture du XIIe siècle. Un essai de reconstitution de la porte des Aliscamps donne à la construction où elle s’adosse une teinte de couleur locale. Tout autour on y voyait des oliviers très authentiques, puisqu’ils venaient du Mas d’Eyguières; mais, hélas! ils ce sont dépêchés de mourir, pécaïre !

masprovencal-02.jpg

Très intéressante est la grande salle du Mas. Sa décoration est charmante et pleine de saveur ; elle a une grande qualité, elle est simple et pourtant l’effet en est très grand. Sa grande lumière, sa colonne romane et surtout les lustres sont tout à fait dans la note et d’un goût très fin. Nous regrettons que le manque de place ne nous permette pas de donner cet intérieur et le détail des lustres.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1900 - Architecture, pavillons, jardins, mobilier urbain »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité