le Téléphone à l'exposition universelle de Vienne 1873

Vienna 1873 - Inventions, novelties and means of transport
Répondre
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6135
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

le Téléphone à l'exposition universelle de Vienne 1873

Message par worldfairs » 04 mars 2010 08:22 pm

Voici le texte paru dans "l'exposition Universelle de Vienne Illustrée" de 1873 sur le Téléphone (Cor à vapeur)


 le Téléphone à l exposition universelle de Vienne 1873


Le correspondance entre les marins et les côtes est d’une grande importance pratique pour la cimmunication des navires, et différents instruments ont été inventés pour prêter à cette correspondance une certaine confiance et la sécurité nécessaire. Les appareils d’optique étaient jusqu’alors les euls employés, pour la communication du vaisseau avec le port, et réciproquement.

Mais en temps d’orage et de brouillard, ces instruments ne suffisent pas, et on songea à les remplacer par des appareils acoustiques ; c’est l’ingénieur italien, M. Albani, qui réussit, en inventant un instrument d’acoustique au moyen duquel on peut lancer un son bien distinct à une grande distance. Cet instrument, le téléphone, est à tous les instruments de ce genre, par l’intensité du son, ce que le cnon est au pistolet.

Comme l’instrument, par ca construction ingénieuse, peut produire des son longs et courts, il est facile de composer un alphabet semblable à celui employé pour le télégraphe Morse.

Le Téléphone cons-iste dans une capsule en forme d’un cor de bronze, dans laquelle est fixée une langue métallique. Dans cette capsule se trouve d’un côté l’embouchure d’un tuay de conduite communiquant à une chaudière à vapeur, et de l’autre côté, il y est apposé une trompète d’une longueur de huit pieds, dont l’embouchure étroite a une largeur de trente lignes, et qui mesure au pavillon un diamètre d’un pied.

La vapeur chasse la langue et suivant la force produite, le son est plus ou moins violent. A l’essai qui a été fait, l’autre soir , et pour lequel on avait employé seulement une force de quinze livres au pouce carré, le son était entendu bien loin de l’étendue du terrain des bâtiments de l’Exposition, et c’était le son d’une trompette d’une intensité immense. De près il faisait, même par cette pression peu considérable, un tel effet qu’il parvenait presque à nous ébranler ; mais à une pression au maxima, qui mesure environ 4 atmosphères, le cor doit produire un son preceptible jusqu’à treize lieues marines.

Pour faire changer les sons et les laisser se suivre avec rapidité, le tuyau par lequel la vapeur s’introduit dans la capsule peut être fermé, et la vapeur est conduite dans un tuyau secondaire où se trouve une touche semblable aux touches d’un appareil télégraphique. Par une douce pression de la main, la touche est mise en mouvement, et produit une interruption qui est courte ou longue, selon la durée de la pression.

Tout l’appareil , qui ne prend que peu de place, se trouve dedans et sur le phare que le gouvernement autrichien a acheté de MM. Sauter, Lemonier et Cie, à Paris. Dans le sous-sol, se trouve la chaudière qui produit la vapeur du « Nebelhorn ». Le cor est posé sur un support au plateau du phare. Si les essais réussisent, on fera usage de l’appareil pour annoncer la clôture de l’Exposition ; l’Exposition finie, il sera dressé sur une station de la côte marine de l’Autriche.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Vienne 1873 - Inventions, nouveautés et moyens de transport »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité