Pavillon de la Suède

Paris 1925 - Architecture, pavilions, gardens, urban furniture
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8054
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Pavillon de la Suède

Message par worldfairs »

Texte du livre "Arts décoratif & industriels modernes" de 1925

Une pléiade d’architectes maintient le renom de la Suède, lis continuent l’effort de Ferdinand Boberg, l’architecte de l’exposition de Malmô. Deux œuvres fort différentes nous renseignaient sur leurs tendances : au Cours-la-Reine, le Pavillon national, conçu par l’un des plus jeunes, Cari G. Bergsten; au Grand Palais, la maquette de l’hôtel de ville de Stockholm, œuvre de Ragnar Ostberg, l’un des plus nobles monuments édifiés depuis vingt ans en Europe.

Le Pavillon était un modèle d’élégance raffinée. L’hôtel de ville, symbole de la puissance d’une grande cité, exprime un idéal de force sereine. Ces deux constructions présentaient néanmoins un trait commun. L’une attestait, l’autre attestera longtemps que, dans I’architeCture suédoise d’aujourd’hui, l’intelligence des besoins & des procédés de construction n’exclut pas l’attachement à des traditions lointaines.

«Il n’est pas douteux, écrivait M. Erik Wettergren, direCteur des collections d’art décoratif du Musée National de Stockholm, que les influences de l’époque historique que nous avons le plus facilement & le plus réellement assimilées nous sont venues de France &, pendant notre grand siècle artistique, le xvmc, aucun pays n’a mieux compris que la Suède la force, la grâce & l’harmonie de la culture artistique française. La construction & surtout l’aménagement du château royal de Stockholm servit à répandre ce goût français, qui cependant ne fut pas copié sans que le Suédois y mît un peu de son âme; mais il prit sous ses mains un cachet de simplicité sobre & de clarté architecturale. L’influence française eut encore un nouveau printemps lorsque Bernadotte, comme roi de Suède, apporta le sévère style de l’épopée napoléonienne, mais celui-là encore devint plus simple, il s’adapta d’une manière plus marquée à la vie quotidienne que s il avait été dessiné dans les ateliers de Percier & Fontaine. »

C’est bien à la tradition franco-suédoise des environs de 1800, tradition pénétrée elle-même de souvenirs antiques, que se rattachait librement, dans ses lignes générales, le pavillon de Carl G. Bergsten. Un miroir d’eau reflétait la sveltesse des deux colonnes cannelées du péristyle, colonnes sans bases, coiffées de chapiteaux ioniques simplifiés. Huit colonnettes de fonte portaient la coupole du vestibule. Le salon de réception, d’une décoration discrète, charmait en particulier par la délicatesse de la couleur : le parquet était encadré de pierre calcaire; les murs, revêtus de stuc où se superposaient trois tons de rose allant du clair au foncé. Dans cet ensemble, nulle révélation surprenante, nul éclat; mais le goût le plus épuré, les proportions les plus fines.

L’hôtel de ville de Stockholm, commencé en 1911, inauguré en 1923, occupe, au bord du lac Mâlar, un vaste rectangle que flanque une tour carrée, haute de plus de 100 mètres. Par sa colonnade de base, sa loggia, sa façade aux larges surfaces pleines, il rappelle le Palais des Doges. Mais il est bien moins orné & son manteau de briques rouges lui donne une majesté sévère. La richesse décorative est à l’intérieur, particulièrement dans la salle des fêtes dite «salle dorée», tapissée de mosaïques aux rudesses primitives & dont le sol est fait du plus beau marbre.

Il est difficile de considérer comme des créations significatives de l’art du peintre, les cartes stylisées qui, dans le Pavillon de la Suède, couvraient les murs du vestibule. Comme celles du Pavillon danois, mais sans imagerie naïve, elles constituaient néanmoins une décoration dont on trouverait des exemples dans certaines tapisseries flamandes & anglaises des XVIe & XVIIe siècles. De plus, elles offraient au visiteur, dès l’entrée, une claire & concise leçon de géographie économique. Qui en nierait l’utilité ?

Aucune Section étrangère n’était plus riche en sculptures que celle qui s’honorait des noms de Cari Milles, Nils Sjögren, Ivar Johnsson. Plusieurs œuvres, parmi lesquelles une fontaine de granit noir, représentaient le goût un peu tourmenté, mais aussi le sentiment profond de la vie, la verve décorative de Cari Milles. Encastrés au-dessus des portes d’entrée & de sortie, seuls ornements de murs nus, deux bas-reliefs de Nils Sjögren, adroitement composés pour animer un champ rectangulaire, racontaient poétiquement la naissance des arts décoratifs : une Heure offrait une écharpe à Vénus sortant de fonde; Vulcain présentait à la Déesse un miroir façonné de ses mains. Si l’on ne connaissait d’Ivar Johnsson que ses bas-reliefs en terre cuite, Les Quatre Vents, incrustés dans la façade du péristyle, ou ses gracieuses compositions modelées aux flancs d’urnes en fonte, on pourrait ne voir en fui qu’un spirituel décorateur. Mais, par l’équilibre des masses, la fermeté du modelé, une ardeur intime où revit l’esprit de la Renaissance, sa statue de David est un chef-d’œuvre.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8054
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Pavillon de la Suède

Message par worldfairs »

Carl Bergsten, architecte.
Construction en béton armé par Chouard.
"Les quatre vents", décor en terre cuite composé par Ivar Johnsson & vases en majolique composés par Carl Milles,
exécutés par Höganäsbillesholms A. B.;
urne en fonte composée par Eric Grate, exécutée par Näfveqvarns Bruk.

pavillonsuede.jpg
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8054
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Pavillon de la Suède

Message par worldfairs »

Salle d'entrée du pavillon de la Suède

Carl Bergsten, architecte.
Colonnes en fonte par Näfveqvarns Bruk;
cartes de géographie, décor à la détrempe par Olle HJortzberg.

Pavillon de la Suède - Salle d'entrée
Pavillon de la Suède - Salle d'entrée
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8054
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Pavillon de la Suède

Message par worldfairs »

David (bronze)
par Ivar Johnsson.
Meyers Konstgjuteri, fondeur.

Pavillon de la Suède - David (bronze)
Pavillon de la Suède - David (bronze)
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1925 - Architecture, pavillons, jardins, mobilier urbain »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité