Pavillon de l'Autriche

Paris 1925 - Architecture, pavilions, gardens, urban furniture
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8106
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Pavillon de l'Autriche

Message par worldfairs »

Texte du livre "Arts décoratif & industriels modernes" de 1925

Le rénovateur de l’architecture autrichienne, à la fin du siècle dernier, a été Otto Wagner. Le plus brillant de ses élèves, Josef Hoffmann, a repris de ses mains le flambeau. L’action de Josef Hoffmann ne s’exerce pas seulement sur fart de bâtir. Professeur à l’école des Arts Décoratifs de Vienne, fondateur,* en 1905, de l’atelier viennois Wiener Werkstâtte, ordonnateur de décorations intérieures & créateur de meubles, il a toujours été préoccupé de maintenir des liens étroits entre toutes les techniques qui collaborent à l’édification & à l’embellissement de la maison. Enfin des oeuvres de premier ordre, telles que l’hôtel Stocklet à Bruxelles (1907), le pavillon de l’Autriche à l’Exposition de Cologne (1914), la maison Skywa à Vienne, lui ont acquis une réputation européenne.

Josef Hoffmann était donc particulièrement désigné pour remplir le rôle de directeur artistique de la Section autrichienne à l’Exposition de 1925. Son activité & son goût se sont manifestés aussi bien a la galerie de l’Esplanade des Invalides qu’au pavillon du Cours-Ia-Reine. Mais c’est sur ce dernier que s’est porté son principal effort. Assisté de collaborateurs, il a montré, une fois de plus, qu’il n’est pas l’homme d’une formule & qu’en lui, la raison pratique s’accorde avec la fantaisie propre à l’art autrichien.

Ailleurs, J. Hoffmann a montré sa maîtrise dans fart de subordonner les plans les plus complexes à des axes nettement marqués. L’aspect grandiose de ses édifices est dû à la prédominance de lignes verticales, limitant ou rythmant des façades à peu près nues. A Paris, les axes se dissimulaient : seule la tour d’orgue de Strnad se dressait au-dessus des constructions basses, dont l’ensemble constituait le Pavillon de l’Autriche. L’architecte avait voulu réaliser avec économie une œuvre attrayante & variée. Il avait relié par une courte colonnade les deux parties de sa composition, l’une bâtie sur le Cours-Ia-Reine, l’autre sur une terrasse, au bord du fleuve. Quand le visiteur allait de l’aile principale, édifiée par Hoffmann, au hall cubique de fer & de verre construit par Peters Behrens, puis au café viennois de Franck, un ingénieux dédale de galeries & de couloirs, où s’ouvraient de petites salles ou des niches, lui donnait, sur un millier de mètres carrés, l’impression d’un voyage plein d’attrait & de pittoresque.

Le profil des façades n’était pas moins original que le plan. Au-dessus d’un soubassement rectiligne, deux ou trois larges accolades, séparées par des moulurations horizontales accusaient la longueur des murs. Elles étaient rehaussées, sans aucun ordre apparent, de légères inscriptions en relief, portant les noms de grands artistes. Sans doute ces surfaces ondulées qui rappelaient, sans l’imiter, le goût du «baroque» italien, n’étaient pas d une indication assez ferme ni d’une allure assez tranquille pour un ouvrage durable. Mais elles paraient d’une grâce singulière des galeries éphémères.

La peinture n’intervenait guère dans la Section autrichienne que par des motifs capricieux répandus sur la menuiserie des vitrines, par des teintes plates, tantôt d’une franche gaieté, tantôt réduites à de froides oppositions de noir & de blanc. La sculpture y représentait deux tendances différentes. Sur une vivante figure d Anton Hanak « La Flamme Humaine», la lumière ruisselait comme sur un bronze de Rodin. Eugen Steinhof allie l’élégance viennoise à des formes plus pleines & plus calmes. Dans la Salle du Culte, des bas-reliefs, des figures hiératiques, exécutées par des mains féminines, sous la direction d’Anton Hanak, nous rappelaient que la difficile technique du métal repoussé, sans modèle préalable, séduit en ce moment, par son audace primitive, quelques artistes autrichiens.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8106
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Pavillon de l'Autriche

Message par worldfairs »

Cour et Galerie du Pavillon d'Autriche
Josef Hoffmann, architecte en chef; Oswald Haertl, architecte adjoint.
Construction en fer par la Société J. Gridl; charpente par W. Hartl; stuc & enduit par J. Panigl;
céramique par la Wienerberger Ziegelfabriks-und Baugesellschaft; menuiserie par A. Pospischil & J. Soulek.

Cour et Galerie du Pavillon d'Autriche
Cour et Galerie du Pavillon d'Autriche
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1925 - Architecture, pavillons, jardins, mobilier urbain »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité