Bronzes de MM. Broquin et Lainé

Paris 1867 - Arts, design, fashion, shows
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8194
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Bronzes de MM. Broquin et Lainé

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Le bronze est à bon droit le métal favori des artistes et des hommes de goût. Il se prête admirablement aux exigences de la statuaire, produit des tons charmants et donne plus de grâce et de vigueur aux modelés. Aussi comprenons-nous que ceux qui le manient, qui le travaillent pour l'industrie, soient tentés par le désir de produire des œuvres artistiques; c’est ce qu’ont fait MM. Broquin et Lainé dont nous allons nous occuper.

Successeurs de l’ancienne maison Detourbet et Broquin, qui date de 1825 comme fonderie, MM. Broquin et Lainé s’occupaient spécialement de la fonte proprement dite et de la fabrication des robinets et des pièces
de cuivre ou de bronze nécessaires aux locomotives et aux wagons. Leur fonderie, outillée de façon à pouvoir exécuter des pièces de toutes dimensions pour ce genre de travail, produisait environ 800 000 kilogrammes de cuivre ou de bronze par an. Seize fours à creusets, un four à réverbère et des machines de toute espèce occupaient un personnel de plus de 250 ouvriers.

Il y avait certes là de quoi suffire à l’activité de deux hommes; mais MM. Broquin et Lainé possédaient un sentiment artistique qui devait fatalement les pousser hors de la voie industrielle. Le beau les attirait, et il y a quelques années, ils abordèrent le domaine des bronzes d’art, sans toutefois abandonner en rien leur ancienne fabrication.

C’est ainsi que nous les avons vus figurer à l’Exposition et avec un égal mérite dans deux classes bien distinctes: celle des bronzes d’art et celle des bronzes industriels. C est de la première de ces deux expositions que nous allons parler.

Elle était composée de bronzes d’art et de statues de diverses grandeurs dont les modèles étaient pris une partie sur l'antique, l’autre partie d’après nos artistes modernes. Parmi les premiers, nous devons citer : une Diane de Gabie, une Vénus de Milo, une Léda et des vases bacchanales; toutes ces pièces, d’une exécution parfaite, étaient très-remarquables comme ciselure et comme fini.


Parmi les modernes nous avons remarqué :
Le buste de l’Empereur et un buste de l’Impératrice, par Julien Roux, très-ressemblants et très-soignés.
Une statue, le Moineau de Lesbie, par Sauvageau, très-jolie comme formes et comme expression.
Deux statues de Loison, gracieuses de poses et bien drapée.
Un joli groupe d’enfants, par Poidvin.

César, par Broquin et Lainé, d'après Denechaux
César, par Broquin et Lainé, d'après Denechaux

Un nègre, par Lebourg, très-remarquable comme galbe.
Un groupe d’animaux, de Delabrierre, charmant comme composition et comme détails.
Deux études de chevaux : la Saillie et la Jument Minerve, par Lenordez.
Une série de petits bustes très-réussis.
Et enfin un César de grandeur naturelle, par Denechaux.
Bien modelée, bien posée et bien drapée, cette statue nous représente bien celui dont M. Henri Martin a dit :
« César n’était ni bon, ni méchant, ni humain, ni cruel; il se faisait l’un ou l’autre suivant les circonstances; il.était tout ce qu’il lui était utile d’être. Le plus souvent cependant il se montrait généreux envers ses adversaires romains, et implacable envers ses adversaires étrangers, les Barbares, comme on disait, quand il n’espérait pas les réduire à lui servir d’instruments. Ne croyant pas plus aux dieux qu’aux institutions de sa patrie, dégagé de tout préjugé comme de tout scrupule, il restait Romain à condition de concentrer Rome en lui et pour lui. Il aimait Rome comme sa chose, et ses soldats comme ses instruments volontaires et nécessaires, et comme une partie de lui-même. »

Cette œuvre, remarquable en tous points, que nous reproduisons par la gravure, était la pièce capitale de l’exposition de MM. Broquin et Lainé et leur fait le plus grand honneur.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode, spectacles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité