Panneau en papier peint par M. Bezault

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6504
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Panneau en papier peint par M. Bezault

Message par worldfairs » 09 avr. 2019 12:24 pm

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

L'élément constitutif de l’industrie du papier peint, c’est la fleur. C’est l’indispensable motif de toutes les tentures de cet ordre, et il est dans la force des choses qu’il en soit ainsi. Transporter à l’intérieur de nos habitations un peu des charmes de la nature et un reflet du dehors est un de nos plus grands besoins. Or, les fleurs et la verdure sont le plus simple et le plus gracieux symbole de la vie extérieure. C’est pourquoi tantôt sous la forme de reproduction exacte, tantôt sous celle de l’ornementation et de la fantaisie, nous retrouvons partout la fleur dans nos appartements : ici, des semis ornent les papiers ; là, ce sont des guirlandes ; ailleurs, des bouquets ; ou bien ce sont des dessins continus dont on reconnaît sans peine l’origine : l’artiste en créant une fleur imaginaire est parti d’une fleur naturelle.

L’industrie du papier peint, qui est une des plus délicates, une de celles qui demandent le plus de goût et de sentiment artistique, est aussi parmi celles dont l’état fait le plus d’honneur à notre pays. Papiers ordinaires, papiers de luxe à fonds délicatement teintés et nuagés sur lesquels se détachent des bouquets magnifiques qui sont de véritables peintures, ou enfin, grandes pages décoratives formant des panneaux, nous excellons dans cette branche de l’art industriel.

Nous donnons aujourd’hui un spécimen de l’industrie du papier peint, considérée dans son développement le plus élevé. C’est un vaste panneau exposé au Champ de Mars par M. Bezault, notre grand fabricant, et qui lui a valu la médaille d’or.

Ce panneau n’a pas exigé une mise de fonds de moins de 18000 fr. Il a été commencé en 1864 sur un modèle nouveau demandé à M. Jules Petit, qui est connu pour être l’un des élèves les plus distingués de Cicéri, M. Jules Petit qui a décoré avec tant de bonheur le casino de Vichy. C’est M. Victor Dumont qui a traduit pour la fabrication la composition originaire de l’artiste; il a été, comme on dirait en musique, le transcripteur, ou, en langage de fabricant de tapisseries, le metteur en cartes.

Le procédé de transcription qui est intermédiaire entre la composition des modèles et leur exécution sur le papier de tenture, est des plus compliqués ou du moins des plus difficiles en ce qui concerne les grands panneaux comme celui-ci.

Une tenture de cette importance se distribue en 1600 parties d’impression environ. « Les parties d’impression sont des planches en bois de poirier, plaquées sur deux épaisseurs de bois blanc croisées ; sur chaque planche on grave en relief un détail du dessin, lequel rigoureusement vient s’appliquer, en son lieu, empreint très-soigneusement de la couleur juste qu’il comporte. » On comprend quelle main-d’œuvre un travail pareil exige.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Panneau en papier peint par M. Bezault - panneaupapierpeintbezault.jpg

Ce panneau est divisé en trois compartiments dont chacun peut être distrait et est assez important pour former à lui seul une décoration du premier ordre.

On remarque dans cette belle composition l’arrangement de la partie principale: un peu d’architecture, formant le piédestal d’un vase et sur lequel sont jetés des emblèmes champêtres, une musette et une houlette, un encadrement formé de légères plantes grimpantes; en haut, deux guirlandes pendant et rattachées par le couronnement d’un mai : voilà le premier plan ou plutôt c’en est l’accompagnement; car ce qui frappe le plus, c’est ce vase tout chargé de fleurs magnifiques, s’échappant en une gerbe luxuriante; au fond, le ciel et les arbres, une vue de parc. Rien de plus gai, de plus printanier, de plus charmant.

L’ornementation générale, formant les lambris, les cimaises et les plinthes, est de bon goût aussi et se marie bien avec les tableaux de fleurs et avec la corniche qui est toute de style.

C’est une œuvre complète, et peut-être un chef-d’œuvre.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité