Les machines de M. Damey

Paris 1867 - Inventions, novelties and means of transport
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6504
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les machines de M. Damey

Message par worldfairs » 07 avr. 2019 09:08 am

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Le jour où grâce à une force quelconque, vapeur, air comprimé, gaz ou électricité, l’homme ne sera plus une force, agissante, mais une intelligence dirigeant les forces de la nature, une ère nouvelle s’ouvrira pour l’humanité. Est-ce une utopie que de rêver cette transformation de l’homme bête de somme en être intelligent? Non, car grâce à la vapeur, nous avons déjà fait un pas immense dans cette voie, et il ne s’agit plus que de faire là règle de ce qui, aujourd’hui, est l’exception. Il ne faut plus que vulgariser ce qui existe.

Les entraves qui existaient jadis disparaissent peu à peu. La législation sur les moteurs à vapeur a subi de profondes modifications, et indépendamment de la routine il n’y a plus actuellement que le prix de revient des appareils et du combustible qui empêche de les employer dans les petites exploitations et dans les petits ateliers.

Nous devons donc applaudir et encourager les hommes qui se vouent à la solution de ces deux problèmes, et c’est à ce titre que nous faisons une nouvelle excursion dans le domaine de la mécanique.

M. Damey a résolu le plus important de ces deux problèmes, celui de l’économie du combustible, puisqu’il est constant, tandis que le prix de l’appareil, qui ne doit être payé qu’une fois, ne modifie que d’une manière peu sensible la dépense à répartir sur plusieurs années.

Les machines à vapeur locomobile et fixe que nous reproduisons sont sorties victorieuses des épreuves comparatives imposées à toutes celles exposées au Champ de Mars. Le jury international a proclamé leur supériorité incontestable, ainsi que le constate le passage suivant de son rapport relatif aux expériences auxquelles les machines locomobiles ont été soumises.

Paris 1867 - Inventions, nouveautés et moyens de transport - Les machines de M. Damey - Machine à vapeur locomotive, par M. Damey - locomotivevapeurdamey.jpg
Machine à vapeur locomotive, par M. Damey

Parmi toutes ces machines, nous avons expérimenté celles qui, quoique moins connues du public, nous ont paru présenter les dispositions les plus perfectionnées et les mieux entendues pour le bon emploi du combustible dans le générateur et la meilleure utilisation de la vapeur dans les cylindres : ce sont celles de MM. Ransomes et Sims, en Angleterre, et de M. Damey, en France ; ces machines sont à détente variable par l’action du régulateur, et leurs organes de distribution sont établis avec tout le soin que comporterait une machine de manufacture. Toutes deux réchauffent l’eau d’alimentation et elles ont donné régulièrement une consommation de 2k,05 (Ransomes et Sims) et de 1k,53 (Damey) par force de cheval et par heure dans des expériences faites avec le plus grand soin.

Nous ne pouvons sans l’aide des figures décrire ces organes, mais nous devons signaler dans la chaudière de M. Damey une disposîtion fort ingénieuse à l’aide de laquelle la flamme se rend directement à la cheminée pendant la période d’allumage et est ensuite obligée de faire, en service courant, trois parcours successifs pendant lesquels sa chaleur est fort bien utilisée.

Paris 1867 - Inventions, nouveautés et moyens de transport - Les machines de M. Damey - Machine à vapeur fixe, par M. Damey - machinevapeurfixedamey.jpg
Machine à vapeur fixe, par M. Damey

En citant ce rapport nous avons voulu faire ressortir deux points d’une importance extrême : le premier est que les machines de M. Damey sont à détente variable par l’action du régulateur; et le second, qu’entre les deux machines qui présentaient les dispositions les plus perfectionnées et les mieux entendues pour le bon emploi du combustible » il y a cependant un écart de 2o pour 100 dans la consommation, et que cet écart est en faveur des machines de M. Damey.

Les machines fixes de M. Damey sont tout aussi remarquables; construites d’après les mêmes principes, leur mécanisme, très-solide, est excessivement simple et facile à entretenir ; l’emplacement nécessaire est très-restreint.

Toutes les machines de M. Damey, fixes ou locomobiles, sont montées sur un bâti en fonte indépendant de la chaudière afin d’éviter les effets de dilatation qui surviennent dans les mécanismes assujettis à la chaudière.

A coté de ces moteurs, M. Damey avait exposé plusieurs machines agricoles, parmi lesquelles nous avons choisi une machine .à battre en bout mobile, qui possède de grandes qualités et est appelée à rendre de grands services à la campagne, où l’on se plaint toujours, en temps de moisson, du manque de bras.

Paris 1867 - Inventions, nouveautés et moyens de transport - Les machines de M. Damey - Machine à battre en bout mobile, par M. Damey - machineabattredamey.jpg
Machine à battre en bout mobile, par M. Damey

Cette machine a les balanciers régulateurs à index pour régler le batteur ; un nouveau système de batteur et de nettoyage, breveté, permet de produire la balle pure, sans aucun grain ni menue paille. Le grain bien vanné, sans toutefois être divisé, tombe dans deux sacs à la fois, ou dans une grande caisse. La menue paille est séparée de la grande paille qui est secouée et conservée droite, et qui peut être mélangée ou même-froissée à différents degrés, au moyen de quelques modifications que M. Damey apporte à ses machines avant de les livrer lorsqu’on lui en fait la demande.

Elles sont très-faciles à nettoyer et à transporter, pouvant se démonter facilement. Enfin, leur rendement est de 30 à 80 hectolitres de blé vanné par jour, en n’exigeant que quatre personnes pour le rendement, et elles sont relativement légères, puisqu’elles ne pèsent en moyenne que 1086 kilogrammes.

Les autres batteuses se trouvent dans les mêmes conditions et font honneur à l’habileté de M. Damey, dont les efforts ont été récompensés par l’obtention d’une médaille d’or et par sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’honneur.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Inventions, nouveautés et moyens de transport »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité