Collection d’armes

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Collection d’armes

Message par worldfairs » 20 févr. 2019 08:11 am

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Nous empruntons à la collection d’armes de M. le comte de Nieuwerkerke, l’une des plus riches de Paris en armes rares et artistiques, trois poignées d’épées qui sont de véritables chefs-d’œuvre.

On admirera la première pour l’élégance et l’aisance de ses courbes; celles de la sous-garde font l’effet de rubans un peu forts, qu’on aurait disposés en cet endroit ; ce sont comme de gracieux bracelets groupés par un habile joaillier pour être mis en montre. Mais le
joyau apparaît bien plus lorsqu’on examine l’arme de près : ces détails de toute sorte, ces fines ciselures, ces petits médaillons, ces cordons de fleurettes sont exquis; les sujets ne sont pas moins fins; les petits combattants qui se tuent sans cesse avec acharnement sans pouvoir mourir, sont dans leurs proportions exiguës, d’une justesse de mouvement, d’une vitalité ordinaires. Cette épée a dû appartenir à quelque grand seigneur, homme de goût. Mais sa destinée est la même aujourd’hui.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Collection d’armes - Histoire du travail - Collection de M. le comte de Nieuwerke - epee1.jpg
Histoire du travail - Collection de M. le comte de Nieuwerke

A côté d’elle, ce ne sont plus des bracelets qu’il nous semble voir : c'est comme une ceinture de châtelaine enrichie aux extrémités et au milieu de superbes agrafes. Comme tout cela est bien à jour! comme cela est léger et charmant! et comme cette poignée donne l’envie de la prendre!

La grande épée Renaissance que nous donnons en troisième lieu, est du meilleur style. Le décor en est abondant et riche sans profusion ni lourdeur; la composition, où se rencontrent tant d’objets divers fort bien liés, est claire et parait simple. Le dessin est exquis de nerf et de grâce : comme ces fusées d’acanthes partent bien, et avec quel art elles se résolvent â leur départ en rhytons ou en enroulements. Remarquons aussi comme les épisodes de cette ornementation sont décoratifs; et ces mascarons échevelés, ces tritons qui se tordent, ces chimères de gargouille qui se forment en acanthes, ces chérubins, ces groupes de femmes, tout ce monde étrange qui grimace et s’agite est assez sacrifié cependant pour n’être après tout qu’une partie d’un ensemble, qu’une série de motifs formant un décor.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Collection d’armes - Epée renaissance - Histoire du travail - Collection de M. le comte de Nieuwerkerke - epeerenaissance.jpg
Epée renaissance - Histoire du travail - Collection de M. le comte de Nieuwerkerke
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité