Pendule renaissance par Baugrand

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6435
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Pendule renaissance par Baugrand

Message par worldfairs » 01 févr. 2019 07:14 pm

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Le petit monument de style Renaissance que nous reproduisons est une pendule sortie des ateliers de M. Baugrand , joaillier de S. M. l’Empereur. Cette œuvre, aussi précieuse comme matière que fine et exquise comme exécution, est remarquable aussi pour la composition et les mérites architectoniques. Elle est en outre toute française par le caractère, et par le goût qui a présidé à sa création.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Pendule renaissance par Baugrand - pendulerenaissancebaugrand.jpg

Elle se compose essentiellement de six parties. Le socle inférieur est en ivoire sur plan carré ; il relie, simplifie et résume le périmètre très-brisé de la construction. La petite plate-forme qui repose immédiatement sur le socle est dorée. Le soubassement a, à chaque face, quatre pilastres ou gaines, accouplés deux à deux sous les colonnes, et des panneaux intermédiaires ; sur les diagonales, des supports forment les avant-corps sur lesquels des Chimères à corps de lion et à queue de serpent sont chevauchées par des Amours qui semblent les exciter du geste et de la voix et se diriger avec elles vers les quatre points cardinaux. Au-dessus du soubassement, les faces principales sont fermées par des glaces en cristal de roche gravé; le cadran est enchâssé dans l’une de ces glaces; chaque pan coupé derrière les cariatides est aussi formé par un cristal de roche ; au-dessus du fronton de chaque arcature est assise l’une des quatre Saisons avec deux enfants ; au milieu de l’arc est une clef à fronton circulaire ornée de volutes et de feuillages avec une tête ailée en cul-de-lampe. Nous appelons l’attention sur l’art avec lequel la corniche relie les arcatures aux niches que supportent les Termes, et sur celui que révêlent les griffons placés en amortissement de ces niches et en retraite ; ils font monter le dôme insensiblement en même temps qu’ils remplissent des vides. Les arêtes du dôme se résolvent dans l’assiette du piédestal, de la façon la plus heureuse. La figure qui le surmonte est Uranie ; elle indique dans l’espace la course du Soleil père des Heures.

Toutes les pièces formant le corps de ce petit édifice sont en argent doré, ciselé, gravé et émaillé ; les figures, ainsi que les parties supérieures et inférieures des colonnes, sont en or fin, ciselé, gravé et peint sur émail; une partie du fût des colonnes est en lapis fin veiné de légers filets d’or ; le cadran est aussi en or fin, ciselé, gravé, revêtu d’émail translucide ou opaque, et peint ; les aiguilles, ciselées, sont aussi peintes sur émail. Les glaces sont l’une des parties les plus intéressantes de cette pendule : elles sont gravées et modelées dans le creux et laissent voir en transparence tout le fini du travail qui se détache sur un fond de velours grenat placé à l’intérieur.

Ce petit objet se compose de 120 pièces, qu’il a fallu 18 mois de travail incessant pour assembler à fortes soudures et avec la plus grande précision. On a dû en outre ajuster dans l’intérieur des pièces importantes, des armatures d’une nature tout exceptionnelle, en fer et en tôle, afin de diriger et de ramener les pièces après le refroidissement.

Cette pendule a aussi occupé un nombre considérable d’artistes. Ce sont spécialement MM. Fauré, dessinateur, Honoré et Fannière frères, ciseleurs, Soyer et Solié frères, peintres-émailleurs, Gagneré, émailleur, Hue, graveur sur cristal de roche, qui sont les auteurs de cette œuvre que n’eût pas désavouée Ducerceau.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité