Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts

Message par worldfairs » 14 janv. 2019 07:30 pm

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Nous consacrons la septième livraison des Merveilles de l'Exposition à l’étude des publications illustrées exposées par la Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts. Mais avant d’entrer dans cette longue série d’ouvrages, tous remarquables au point de vue de l’art, de la perfection typographique, de l’excellence et de la variété des procédés de gravures, quelques considérations rétrospectives ne sont peut-être point inutiles. Il y a quelques années, la Librairie spéciale d architecture n’existait pour ainsi dire pas. Les dépenses énormes, nécessitées par l’édition d’une seule publication de ce genre, décourageaient l’artiste et effrayaient l’éditeur. L’auteur, ne pouvant faire lui-même les frais de son œuvre, n'ouvrait ses cartons qu’à regret, Hans la crainte bien légitime d’une interprétation incomplète ou défectueuse. L’éditeur, pourvu des éléments nécessaires pour faire un beau livre, reculait à son tour devant les charges imposées par l’exécution matérielle, charges d’autant plus lourdes qu’il avait affaire à une clientèle moins nombreuse, disséminée, spéciale enfin, et, par cela même, difficile à pleinement satisfaire. — Le problème à résoudre était compliqué. C’est en vain qu’on aurait cherché dans des pays voisins des précédents ou des modèles : l’Allemagne et l'Angleterre n'étaient, sous ce rapport, guère plus avancées que nous, et nous comprenons l’étonnement de ce membre d’un jury étranger s’arrêtant devant la vitrine de M. Morel, parcourant ses ouvrages, admirant franchement la perfection de l’ensemble et des détails, et terminant enfin son examen par cette singulière boutade : « Beaux et bons livres, assurément, mais qui ne se vendent pas! »

Erreur, monsieur; ils se vendent, ces livres, et, malgré leur prix relativement élevé, vous les trouverez aujourd’hui dans la bibliothèque de tous les artistes et des amateurs, non-seulement en France, mais chez vous, en Angleterre, en Allemagne, en Italie, en Espagne, en Russie et jusqu’en Amérique. C’est par eux que vous connaissez les noms de nos maîtres, que vous sympathisez avec leur talent, que vous vous inspirez au souffle de leur génie. Simple échange, du reste : car par ces mêmes livres nous apprenons ce qui se fait chez vous de beau et de bon. Le burin n’a pas de nationalité: interprète du dessin, il parle toutes les langues; il suffit de voir pour le comprendre. Peu lui importent les questions d’idiome ou les querelles d’école : la planche gravée à Paris est aussi couramment lue à Londres qu’à Berlin.

Le catalogue des ouvrages exposés par M. Morel compte environ cinquante publications, représentant plus de cent volumes in-folio, contenant chacun en moyenne une centaine de planches du même format, gravées sur cuivre ou sur acier, ou imprimées en couleur; et nous étonnerons peut-être beaucoup de nos lecteurs en leur apprenant que certaines de ces publications dont le prix aurait paru, il y a quelques années, une nouveauté dangereuse en librairie, comptent par milliers leurs souscripteurs. Le jury international a compris ce qu’il avait fallu à un éditeur intelligent, d’audace, de constance et d’habileté pour arriver à renverser une à une toutes les idées préconçues et, réalisant enfin ce qui avait paru jusqu’alors impossible, à affirmer du premier coup et avec tant de puissance sa vitalité. Une des rares médailles d’or dévolues à la classe 6 a été décernée à M. A. Morel. Cette haute approbation ne peut que l'encourager dans ses efforts, en lui montrant que [la voie qu’il suit est la bonne et que le suffrage des gens compétents lui est assuré. Mais une récompense non moins digne de flatter l’éditeur, ressort de l’accueil même fait à ses publications. Non content, en effet, de la clientèle choisie à laquelle s’adresse naturellement la majeure partie de ses magnifiques ouvrages, il a voulu, marchant avec le progrès, mettre à la portée de tous les chefs-d’œuvre de l’art et les enseignements des maîtres. Ce but, on peut (lire qu’il a pris la meilleure route pour l’atteindre grâce à ses publications populaires et périodiques, telles que l'Art pour tous, la Gazette des architectes et du bâtiment, le Journal manuel de peinture, le Journal de menuiserie, etc., véritables encyclopédies de l’art et du métier, rédigées au point de vue pratique et industriel, et apportant à jour fixe, à l’usine ou à l’atelier, non-seulement l’enseignement, mais.encore le modèle. Cette liste est incomplète sans doute : quelques groupes oubliés réclament, eux aussi, un organe; ils l’auront un jour. Il y a pour l’éditeur, dans ces nouvelles créations, une mission vulgarisatrice qu’il doit avoir à cœur de poursuivre. Le passé n’est-il pas là d’ailleurs pour lui garantir l’avenir? Et s’il a parcouru les salles diverses où sont exposés les précieux produits de l'art dit industriel, sur combien de ces produits n’a-t-il pas dû reconnaître lui-même l’empreinte irrécusable dont les a heureusement frappés la lecture intelligente d’une de ses revues ou l’étude assidue d’un de ses ouvrages?

Et maintenant, comment, dans ce rapide aperçu, faire bien comprendre l’importance de cinquante volumineuses publications, ou seulement le but qu’elles se proposent? Nous avons simplifié notre tâche en prenant le parti de faire parler les livres eux-mêmes. Laissant à regret de côté celles de ces publications qui se composent exclusivement de planches gravées sur cuivre ou sur acier, ou de planches en couleur, — et c’est le plus grand nombre, — nous avons choisi, dans quelques autres, une douzaine de gravures en relief. Ce chiffre est modeste et le choix a été difficile, en présence du grand nombre et de la valeur égale des matériaux dont nous pouvions disposer.

Ces huit volumes que nous avons sous les yeux sont l'œuvre la plus considérable peut-être que l’étude de l’art ait produite de nos jours. L’auteur, M. Viollet-le-Duc, n’est pas seulement un habile architecte, il est avant tout un éminent artiste, voire même un écrivain entraînant et très-érudit. M. Morel a eu l’heureuse fortune de devenir l’éditeur des trois grands ouvrages de M. Viollet-le-Duc, et l’on peut dire hardiment, qu’en les faisant entrer dans son catalogue, il l’a enrichi des trois perles les plus précieuses de son écrin. La publication du Dictionnaire raisonné de l'architecture française du onzième au seizième siècle, qui en est â son huitième tome, aura dix volumes une fois complète. Dans ce cadre, l’auteur a su, suivant le sujet ou le besoin, jeter en germe ou développer avec talent les théories les plus élevées de l’art comme les enseignements les plus élémentaires et les plus pratiques.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Statues XII siècle, cathédrales de Reims et de Strasbourg - statuescathedralesreimsstrasbourg.jpg
Statues XII siècle, cathédrales de Reims et de Strasbourg

Le Dictionnaire fut, à son apparition, une véritable révélation; les critiques passionnées ne manquèrent pas à son auteur : on blâma ses audaces, on accusa ses tendances. Aujourd’hui, critiques et admirateurs sont d’accord, en ce sens que tous veulent le lire : heureux privilège du talent qui sait s’imposer à ceux même qui sont le moins de son avis ! — Parmi les quatre mille bois dessinés par M. Viollet-le-Duc lui-même, et qui enrichissent le texte des huit premiers volumes, nous avons puisé au hasard deux motifs, certains d’avance de mettre la main sur une œuvre de maître. Ces deux statues, dont les lignes sobres et harmonieuses rappellent les plus beaux temps de la Grèce, ornent, l’une, le portail de la cathédrale de Reims ; l’autre, le portail de la façade ouest de la cathédrale de Strasbourg : deux chefs-d’œuvre du treizième siècle, reproduits avec amour par le crayon convaincu d’un admirateur!

Complément du Dictionnaire d’architecture, le Dictionnaire du Mobilier comprendra deux volumes; le premier seul est publié. Il traite du mobilier proprement dit, et se termine par un résumé historique, petit chef-d’œuvre d’humour et d’érudition dans lequel l’auteur nous fait entrer à sa suite dans les moindres détails de cette vie publique et privée du moyen âge qu’il connaît si bien. Nous empruntons à l’article Forme une sorte de siège à trois places (v. page 79), ayant servi à quelque salle capitulaire peut-être et reconstruit par l’auteur avec des fragments de boiseries trouvées dans l’église Saint-Andoche de Saulieu. — Mais il n’est pas d’éloge qui ne soulève aussitôt la critique : « Partisan exclusif du moyen âge! » qui n’a lu et relu ce reproche, passé à l’état de cliché, à l’adresse de l’auteur des deux Dictionnaires. A ces détracteurs quand même nous nous contenterons de répondre :
« Lisez les Entretiens sur l'architecture! » L’homme qui a écrit ces pages si vraies, si entraînantes, connaît la Grèce; comme vous, il en goûte les splendeurs et les harmonies, et, mieux que vous souvent, il les raisonne.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Stalle (XIIIe siècle) - stalle13siecle.jpg
Stalle (XIIIe siècle)

M. Claude Sauvageot a deux publications dans la vitrine de M. Morel : les Palais, Châteaux, Hôtels et Maisons de France du seizième au dix-huitième siècle et l'Art pour tous. Nous empruntons au premier de ces ouvrages une vue perspective du château de Saint-Germain. A cette simplicité dans l’effet, à cette netteté dans le rendu, à cette fermeté dans le trait, on reconnaît tout d’abord le commerce assidu des maîtres. Ajoutons que légitimement soucieux du succès de son œuvre, Sauvageot en a dessiné lui-même tous les bois, comme il en a gravé seul toutes les planches.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Canapé Louis XV - Tapisserie des Gobelins - Dessin de Boucher - canapelouis15.jpg
Canapé Louis XV - Tapisserie des Gobelins - Dessin de Boucher

L’ Art pour tous est une œuvre toute différente. Ouvrage de compilation, il recueille de tous les côtés, mais avec discernement, les éléments et les motifs dont il se compose. Reflet de toutes les écoles, de tous les genres et de tous les maîtres, cette collection, véritable encyclopédie de l’art industriel, est en même temps une histoire complète de la gravure à notre époque. Tous les procédés y sont représentés et la nomenclature en est aussi nombreuse que variée. C'est l'Art pour tous qui nous a fourni ces merveilleux spécimens de gravures; nous lui empruntons deux nouveaux motifs : un canapé, des dernières années du règne de Louis XV (tapisserie des Gobelins, dessin de Boucher), et un petit cartel d’un excellent goût et d’un charmant effet.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Cartel - Collection Tainturier - cartel.jpg
Cartel - Collection Tainturier

De l'Art pour tous à la Perse moderne la transition paraîtra brusque; elle est pourtant toute naturelle. N’est-ce pas la Perse qui nous fournit ces magnifiques tapisseries et ces faïences émaillées dont l'Art pour tous a composé parfois son butin? M. Coste a pu admirer sur place les produits féeriques de ce pays des Mille et une Nuits. Il a été séduit, et nous nous en réjouissons d'autant plus que cet enthousiasme nous a valu les éléments d'un bran et bon livre. Pourquoi ne pouvons-nous prendre à la Perse moderne qu’un simple bois gravé,-modeste spécimen d’une œuvre qui emprunte aux planches en couleur une grande partie de son charme, sinon son intérêt?

Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Vue du château de Saint-Germain-en -Laye - chateaustgermainenlaye.jpg
Vue du château de Saint-Germain-en -Laye

D’où provient cette Diane de Poitiers, représentée couchée sous les traits de Vénus et appuyée sur un Amour qui la tient embrassée? Ce bijou, reproduction fidèle d’une peinture en émail de Léonard Limosin, est tiré de l'Histoire des arts industriels, de M. Jules Labarte. C’est au même ouvrage que nous empruntons cette salière d’or, œuvre de Benvenuto Cellini, exécutée pour François Ier et conservée précieusement aujourd’hui dans le musée des Antiques à Vienne. Deux gravures sur bois! modeste bagage pour donner l’idée d’un ouvrage qu’un critique éminent définissait il y a quelques jours à peine « la merveille non-seulement de l’Exposition universelle de 1867 et de la librairie contemporaine, mais de la science archéologique la plus élevée et de la critique d’art la plus autorisée. » Amateur passionné des belles choses, appelé par ses relations et par ses goûts personnels à manier journellement les produits les plus remarquables de l’art, M. Labarte a voulu faire pour les arts industriels au moyen âge et à la Renaissance ce même travail de critique et de réhabilitation que M. Viollet-le-Duc avait victorieusement entrepris en l’honneur de l’architecture du onzième au seizième siècle. Les deux œuvres sont frappées au coin d’un maître, et le plus bel éloge que nous en puissions faire est de les considérer comme deux sœurs inséparables, de beauté et de charmes différents, brillant l’une à côté de l’autre, mais sans se porter ombrage et sans se nuire.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Tombeau du poète Sardi, A CHiraz - tombeaupoetesardi.jpg
Tombeau du poète Sardi, A CHiraz
Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Peinture en émail de léonard Limosin - peintureemailleonardlimosin.jpg
Peinture en émail de léonard Limosin
Paris 1867 - Arts, design, mode - Librairie Centrale d'architecture, d'archéologie et de beaux-arts - Salière par Benvenuto Cellini - salierebenvenutocellini.jpg
Salière par Benvenuto Cellini
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité