Cabinet à bijoux, par M. Roudillon

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6504
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Cabinet à bijoux, par M. Roudillon

Message par worldfairs » 09 janv. 2019 05:17 pm

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Avec quel plaisir nous arrêtons longtemps nos regards sur l’ensemble des objets exposés par M. Roudillon, cet habile ébéniste décorateur si apprécié du monde élégant et connaisseur.

Voici d’abord un grand lit Renaissance (Henri II), d'un nouveau rouge de Chine, en satin et application de velours de soie et broderies : le dessin est d’une très-grande pureté, et cette nouvelle couleur d’un ton un peu rompu est du plus heureux effet.

Quoi de plus élégant que ce paravent à quatre feuilles, avec glaces et soies brodées, dont la monture est en bronze doré style chinois !

La vitrine pour objets d’art, style Henri II, est une pièce remarquable à plusieurs titres, elle est en ébène, et les côtés ainsi que les portes en acier ciselé; c’est un véritable tour de force de fabrication, et la légèreté de formes est telle que rien ne vient masquer la vue des objets précieux que ce meuble est destiné à recevoir.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Cabinet à bijoux, par M. Roudillon - cabinetbijouxroudillon.jpg

L’architecture a été très-scrupuleusement observée ; la finesse, la sobriété et la sculpture donnent un grand £prix à cette pièce choisie et achetée par Sa Majesté l’Empereur.

Enfin le cabinet Renaissance, destiné à servir de coffre à bijoux et que nous avons reproduit, est certainement le plus remarquable morceau de ce superbe ensemble. Il est en magnifique ébène poli et orné de colonnettes en jaspe sanguin montées sur des bronzes ciselés de la plus grande finesse.

Les plaques d’ivoire gravé qui ornent les panneaux sont une heureuse idée ; les élégants dessins qui les couvrent, dus à l’habile crayon de M. Galland, viennent rompre la sérieuse composition de ce meuble.

Le fronton est surmonté d’une statuette fort élégante et qui rappelle bien le style général; ainsi que les ivoires elle en indique la destination. Somme toute ce meuble est parfaitement réussi et on v voit les traces dune grande recherche; il fait le plus grand honneur à M. Roudillon, qui d'ailleurs, par l’aspect général de son exposition, indique la volonté bien marquée de toujours joindre le goût à la pureté d’exécution.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité