Hanap en argent ciselé, par Fannière Frères

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6426
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Hanap en argent ciselé, par Fannière Frères

Message par worldfairs » 05 janv. 2019 04:48 pm

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Le petit hanap que nous donnons ici est une des pièces les mieux équilibrées sous le rapport de la construction générale et sous celui de la répartition du décor que l’on puisse rencontrer.

La zone inférieure du pied, celle sur laquelle tout repose, s’étend bien par une inclinaison de 45 degrés, de façon à mordre sur ce qui la rapporte ; l’amincissement assez rapide du pied à mesure qu’il s’élève donne une base solide à la tige et au calice. La tige ni trop courte ni trop longue se renfle aux deux tiers de sa hauteur en une nodosité qui n’a d’autre but que de rompre la monotonie de la verticale, et vient saisir doucement le fond du vase qui s’épanouit avec noblesse suivant une courbe très-réservée.

Quant à l’ornementation, qui est le style de la Renaissance, elle est riche sans luxe, originale sans bizarrerie, et délicate sans faiblesse.

Toute la moitié supérieure du calice est nue et se montre dans toute la simplicité majestueuse de sa belle matière, l’argent.
La partie inférieure apparaît encore sous les rinceaux enlacés autour d’elle par une main légère : des feuilles, des fleurettes entremêlées à des arabesques peu tourmentées et dont les enchevêtrements sont faciles à saisir.

Voilà ce que le ciseleur y a apposé.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Hanap en argent ciselé, par Fannière Frères - hanapfannierefreres.jpg

Sur le renflement du milieu, des rubans enveloppent des plantes légères, un cartouche porte les armoiries du propriétaire : un lion passant sur une gerbe.

Le décor du bas a le même caractère ; il est clair, fin et élégant.

Ce chef-d’œuvre de goût est dû à MM. Fannière, dont nous avons déjà parlé, et qui, tenant le premier rang parmi les orfèvres récompensés, ont obtenu la première médaille d’or.

Nous admirons également à la vitrine de ces habiles artistes, un bouclier en tôle d’acier repoussé, avec des reliefs et des dessins délicatement fouillés.

Ce travail, d’une difficulté inouïe, a été commandé par M. le duc Albert de Luynes et n’est pas encore terminé. Comme les véritables artistes passionnés pour leur art, MM. Fannière ne se séparent qu’à regret de leurs œuvres conçues et exécutées avec amour, et le bouclier dont il est ici question, une fois terminé, sera l’œuvre la plus remarquable qu’on aura exécutée à notre époque.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité