Les seizième et dix-septième siècles

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6428
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les seizième et dix-septième siècles

Message par worldfairs » 05 janv. 2019 12:43 pm

Texte et illustrations de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

Les seizième et dix-septième siècles nous fournissent de beaux spécimens des armes de luxe exécutées à cette époque, et nous empruntons encore à l'Art pour tous, cette inépuisable mine où se trouvent réunis les plus précieux trésors de l’art ancien , un pistolet et une dague, faisant partie de la riche collection de l’empereur Napoléon III. La dague, d’un travail allemand, est en fer noirci et à filet doré. La fusée, de forme conique, en torsade, avec gorge dorée; le pommeau presque plat montre un arbre, à droite et à gauche duquel se voient un aigle et un hibou. Petite garde en anneau et quillon décorés de rinceaux en feuillages ; le fourreau spécialement représenté par notre gravure est en fer noirci, décoré dans sa partie supérieure d’un saint Georges terrassant un dragon, et dans sa partie inférieure d’élégants rinceaux à feuillage d’une extrême finesse. La trousse est complète et comprend deux petits couteaux.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les seizième et dix-septième siècles - Armes anciennes des XVIe et XVIIe siècles (Collection de l'empereur Napoléon III)<br />Pistolet et dague de fabrique allemande - armesanciennes.jpg
Armes anciennes des XVIe et XVIIe siècles (Collection de l'empereur Napoléon III)
Pistolet et dague de fabrique allemande

Le pistolet est également d’origine allemande avec ornements en cuivre découpé et appliqués sur le bois. Sur la crosse, des lévriers poursuivent un lièvre en sautant au travers d’élégants rinceaux ; sur le canon, une chasseresse est debout, un arc à la main et son chien à ses pieds.

Le trépied, ou brûle-parfum, est l’œuvre d’un maitre habile et célèbre du dix-huitième siècle, il fut exécuté pour l’un des plus illustres amateurs de cette époque, le duc d’Auinont. Après avoir figuré dans la collection du prince de Beauveau, il appartient aujourd’hui au marquis d’Hertford.

Ce brûle-parfum, ciselé par Gouthière, est une des plus belles œuvres de la galerie du célèbre collectionneur.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les seizième et dix-septième siècles - Brule-parfum en bronze doré et jaspe fleury, par Gouthière - bruleparfumgouthiere.jpg
Brule-parfum en bronze doré et jaspe fleury, par Gouthière
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité