Les publications artistiques de Firmin-Didot

Paris 1867 - Arts, design, fashion
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les publications artistiques de Firmin-Didot

Message par worldfairs » 02 janv. 2019 08:28 pm

Texte et illustration de "Les merveilles de l'Exposition de Universelle de 1867"

La gravure d’illustration et la typographie de luxe sont aujourd’hui dans un état très-prospère. Le procédé facile et comparativement rapide de la gravure sur bois a été, croyons-nous, le grand instrument de création de tant de livres et de publications illustrées très-remarquables, qui, œuvres d’art eux-mêmes, ont servi plus que quoi que ce soit à la popularisation de l’art. On pourrait hardiment dire, si le mot n’était pas mauvais sous le rapport de la langue, qu’ils ont conduit à la « démocratisation » de l’art. En effet, il existe en France maints volumes ou recueils périodiques, qui, au plus bas prix, donnent au public d’excellentes gravures, souvent des bois du premier ordre. C’est de quelques-unes de ces publications que nous allons entretenir nos lecteurs.

Au premier rang se place un ouvrage bien connu et que tous les amateurs d’art, d’archéologie et d’histoire ont dans leur bibliothèque, c’est le Dictionnaire raisonné du Mobilier français, de l’époque carlovingienne à la Renaissance, par M. Viollet-le-Duc. Ce savant ouvrage, publié par Morel, contient à chaque page quelque gravure reproduisant un meuble royal, religieux, seigneurial ou bourgeois, datant du neuvième au quinzième siècle; ces bois simplement et exactement dessinés, pittoresques cependant, ont été taillés avec élégance et vivacité ; les artistes se sont inspirés de la physionomie particulière des objets qu’ils étaient chargés de représenter, et ont su faire d’un objet individuel le type du genre auquel il appartient, en même temps qu’ils faisaient passer dans l’image le caractère d’une époque. Sous la forme qui n’est qu’une correcte copie se retrouve l’esprit.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Reliure du XIIe siècle, appartenant à Firmin-Didot - reliure13sieclefirmindidot.jpg
Reliure du XIIe siècle, appartenant à Firmin-Didot

Nous empruntons à l’éminent architecte un coffret à bijoux ou écrin en ivoire. C’est un chef-d’œuvre dont on appréciera les mérites généraux et les détails qui sont sans nombre, la perfection en un mot. Il est formé de plaquet d’ivoire ; les charnières, les poignées, la bosse de la vertevelle et son moraillon sont en argent ciselé, ainsi que les clous; les écus armoriés sont peints et dorés ; les fonds sont peints aussi, et de fines dorures courent sur les habits des personnages, mais avec cette sobriété qui conserve intacte la belle pâleur de l’ivoire, surtout sur les têtes, les mains et les autres parties nues des figures.

On pourra se rendre compte, d’après notre planche, de l’habileté, de la science avec lesquelles sont calculés et combinés les reliefs et les creux; avec un peu d’attention on verra parfaitement avec quel soin l’artiste inconnu qui a mis au monde ce coffret merveilleux, s’est appliqué à disposer ses saillies de açon à ce que la lumière en s’y accrochant aille se refléter sur les creux et fasse ainsi partout valoir le fini du travail, soit qu’il se présente franchement, soit qu’il se tienne discrètement à l’écart.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Ecrin ancien en ivoire - ecrinancienivoire.jpg
Ecrin ancien en ivoire

Entre mille objets, l'Art pour tous a reproduit la couverture de manuscrit que nous donnons ici. Cet important ivoire du treizième siècle qui figure à l’Exposition universelle, dans la partie française de la galerie de l’histoire du travail, appartient à la collection hors ligne de M. A. Firmin-Didot. Nous reproduisons cette merveille aux 4/5 de l’original. Le sujet central de cette reliure d orfèvrerie, représentant le Christ en croix, est sculpté en plein ivoire. La bordure qui 1 entoure est en or repoussé, profilée en biseau et ornée de caissons où la même rosace est répétée invariablement. Les angles sont occupés par quatre énormes boutons en cristal de roche, qui sont destinés à supporter le livre comme sur quatre pieds; les cabochons, les filigranes, les émaux qui forment la bordure principale, et l’ivoire même du centre sont ainsi préservés de tout contact destructeur. 11 est difficile au seul examen de la gravure de se faire une idée réelle de la richesse et de l’éclat de cette pièce d’orfèvrerie, où le ton mat de l’ivoire est opposé aux tons fauves de l’or, tempérés à leur tour par l’éclat des cabochons et la rare vigueur des émaux.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Les publications artistiques de Firmin-Didot

Message par worldfairs » 03 mai 2019 06:18 pm

Messieurs Firmin Didot et Cie viennent d’éditer un magnifique volume illustré, ayant pour titre : les Arts au moyen âge et a l'époque de la Renaissance, par M. Paul Lacroix, plus connu sous le nom de bibliophile Jacob. Cet ouvrage est le seul qui existe sur ce vaste et magnifique sujet encore si peu connu. Les innombrables figures dont il est orné charmeront les yeux en même temps que le texte parlera à l'esprit ; les planches chromolithographiques, dont les dessins ont été exécutés par M. Kellerhoven, feront revivre devant nous les richesses du passé.

Ce splendide ouvrage est une des parties principales du grand travail que M. Paul Lacroix avait publié il y a une vingtaine d’années, en collaboration avec M. Ferdinand Séré, et qui était intitulé : Le moyen âge et la Renaissance.

Présentée sous une forme plus simple, plus facile, plus agréable ; dégagée des obscurités de l’érudition ; mise à la portée de la jeunesse qui veut apprendre sans fatigue et sans ennui ; des femmes qui s’intéressent aux lectures sérieuses ; de la famille qui aime à se réunir autour d’un livre instructif et attrayant à la fois : cette histoire des Arts au moyen âge et a la Renaissance aura le même succès que son aînée. Les noms de son savant auteur et de ses éditeurs n’ont pas besoin de commentaires et nous sommes heureux d avoir pu en extraire, pour les placer sous les yeux de nos lecteurs, trois gravures représentant une armure, un calice et une reliure qui figuraient dans le musée rétrospectif de l’Exposition de 1867.

L’armure, que représente notre première gravure, appartient au musée d’artillerie. Elle est connue sous le nom d’armure aux lions, dite de Louis XII. Il nous reste plusieurs armures bombées, datant de la fin du quinzième siècle, les unes ornées de cannelures entremêlées parfois de magnifiques gravures eu creux, à l’eau-forte, ou de sujets en relief produits au repoussé, qui font de ces vêtements de guerre de véritables œuvres d’art; mais il n’en est point de comparable à celle que nous reproduisons, tant sous le rapport de la ciselure, du repoussé, de la délicatesse des dessins, que sous celui du fini et de la perfection du travail.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Histoire du travail - Armure aux lions, dites de Louis XII - armurelions.jpg
Histoire du travail - Armure aux lions, dites de Louis XII

Le calice dont nous donnons le dessin est une des rares pièces d’orfèvrerie du douzième siècle qui aient échappé aux dévastations commises pendant la Révolution française. Les œuvres d orfèvrerie de cette époque sont remarquables par leur style noble et leurs formes sévères; les perles, les pierres fines et les émaux dits cloisonnés sont les principaux éléments de décoration accessoire.

Le calice de l'église de Saint-Remi, placé aujourd’hui au cabinet des Antiques, est d’une magnificence rare et d’une pureté de style vraiment idéale. Les pierres précieuses qui l’ornent sont de toute beauté, de même que la ciselure qui se détache bien sur le fond d’or et les émaux qu’on croirait de délicates mosaïques.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Histoire du travail - Calice de l'église Saint-Rémi - caliceeglisesaintremi.jpg
Histoire du travail - Calice de l'église Saint-Rémi

Notre dernière gravure représente une reliure en or ornée de pierres précieuses ; elle recouvrait un évangéliaire du onzième siècle et représente Jésus crucifié, avec la Vierge et saint Jean à ses pieds. Cette reliure est la propriété du musée du Louvre.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Histoire du travail - Reliure d'un évangéliaire du onzième siècle - reliureevangile11siecle.jpg
Histoire du travail - Reliure d'un évangéliaire du onzième siècle
C’est à des reliures semblables, aux reliures de luxe que nous devons déposséder ces curieux monuments d’érudition, qui, sans elles, se fussent peu à peu détériorés, ou qui n’eussent point échappé à toutes les chances de destruction.

Toutes les grandes collections publiques montrent avec orgueil quelques-unes de ces rares reliures, décorées d’or, d’argent ou de cuivre estampé, ciselé, ou niellé, de pierres précieuses ou de verroteries de couleur, de camées et d’ivoires antiques, mais fort peu pourraient en montrer une plus belle que celle du musée du Louvre.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Les publications artistiques de Firmin-Didot

Message par worldfairs » 04 mai 2019 06:35 pm

Messieurs Didot publient une édition très-ornée et très-belle de la traduction du Nouveau Testament par M. l’abbé Glaire. On ne voit plus guère paraître de livres si magistralement exécutés. Ce n’est point une de ces éditions de luxe que tous les libraires font, surtout aux approches du jour de l’an, c’est une œuvre, une édition d’art. Le papier, le caractère, la composition, le choix des gravures, la physionomie et la disposition < des ornements, le tirage, tout est d’un art sérieux et soigné, en parfaite harmonie avec le texte. On a vraiment du plaisir à regarder ces encadrements, ces fleurons, ces guirlandes, ces trophées, qui ont la finesse et l’éclat de la plus belle gravure et qui sont d’une invention aussi correcte qu’abondante.

Ce ne sont pas, comme il est arrivé trop souvent, des planches, des ornements de différents styles, de diverses époques, amalgamés sans raison apparente et au détriment du texte. L’œuvre a son unité : elle est l’expression la plus pure en même temps que la plus splendide de l’art italien de la Renaissance, tel qu’il a jailli un moment sous l’influence vivifiante du catholicisme et de la résurrection des études de l’antiquité.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Le massacre des innocents, par Le Guide - massacreinnocentsleguide.jpg
Le massacre des innocents, par Le Guide

Ce Nouveau Testament français contient donc le texte complet, qui se développe au milieu de sa riche ornementation, sans que l’un empiète jamais sur l’autre. Les notes explicatives ou philologiques du traducteur ont dû être reportées à la fin de l’ouvrage. Les principales planches, dont la beauté ne le cède en rien à celle du burin le plus moelleux, la gravure que nous reproduisons le prouve surabondamment, sont toutes exécutées sur bois et, sauf deux exceptions, d’après les dessins des grands maîtres, tels que Andréa Orcagna, Fra Angelico, Léonard de Vinci, le Pérugin, le Titien, Raphaël, Annibal Carrache, etc. Cette œuvre magnifique, résultat d’immenses sacrifices et de nombreuses difficultés vaincues, est digne d’attention au triple point de vue de la religion, de la littérature et de l’art.

L’orthodoxie de cette traduction est prouvée par la recommandation de dix-neuf archevêques et évêques, et surtout par la haute approbation du Saint-Siège, la seule qui ait été accordée jusqu’à présent à une traduction française de la Bible.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Les publications artistiques de Firmin-Didot

Message par worldfairs » 04 mai 2019 06:47 pm

En reproduisant au dix-neuvième siècle la charmante édition d’Horace donnée, en 1676, par les Elzeviers, et en apportant au texte et aux commentaires toutes les améliorations qui résultent des travaux critiques dont Horace a été l’objet dans tous les pays, MM. Didot satisfont au vœu formé par tous ceux qui font d’Horace le sujet de leurs études et de leurs lectures favorites. Le savant M. Fr. Dübner s’est chargé du soin de revoir le texte, et de mettre au niveau des progrès de la science le commentaire publié par Jean Bond, il y a deux cents ans. Tout en conservant l’éminente clarté de l’interprétation, il a pris un soin minutieux d’expliquer brièvement la pensée du poète et de trancher toutes les difficultés. M. Noël des Vergers a écrit pour cette édition une Vie d’Horace qui est une œuvre toute nouvelle où plusieurs points de la biographie du poète ont été éclaircis ; enfin M. Barrias, l’un de nos peintres les plus distingués, a composé les dessins des charmantes vignettes dont nous donnons des spécimens.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Quintii horatii - quintihoratii.jpg
Quintii horatii

Ce qu’ils avaient fait pour Horace, MM. Didot l’ont fait aussi pour Virgile ; ils ont publié, dans le même format et avec les mêmes dispositions typographiques, une édition de Virgile dont le mérite littéraire présente les mêmes avantages. C’est encore M. Dübner qui a entrepris d’écrire un commentaire sur Virgile, conçu sur le plan universellement approuvé de Jean Bond. Ce grand travail, auquel il a consacré plusieurs années, est un modèle de clarté et de concision qui peut lutter avec le commentaire de Jean Bond. Aussi ne craignons-nous point d’affirmer qu’il suffit de jeter les yeux sur cette édition de Virgile pour apprécier le rare savoir de M. Dübner et le talent remarquable avec lequel, sous la forme la plus succincte, il est parvenu à répondre aux besoins des lecteurs les moins éclairés, tout en intéressant et instruisant les plus érudits. Les plus anciens manuscrits de Virgile étaient accompagnés de vignettes offrant des compositions relatives au texte, et il est peu d’auteurs dont les éditions aient été enrichies de gravures autant que celles de ce poète. MM. Didot ont cru devoir se conformer à cet usage et faire précéder de vignettes chaque Bucolique et chaque livre des Géorgiques et de l'Enéide.

Paris 1867 - Arts, design, mode - Les publications artistiques de Firmin-Didot - Publii virgilii - publiivirgilii.jpg
Publii virgilii

Dues au talent de M. Barrias, ces gravures respirent toutes le profond sentiment de l’antiquité que possède si bien cet habile artiste. C’est donc aux vrais amis des lettres que sont dédiés ces deux chefs-d’œuvre de l’antiquité latine, puisque la dimension du volume leur permettra de les emporter partout avec eux, et qu’au moyen des explications savantes, claires et simples qui accompagnent le texte, la lecture leur en sera toujours facile.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1867 - Arts, design, mode »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité