Les Scies à découper de M. Périn

Paris 1867 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6495
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les Scies à découper de M. Périn

Message par worldfairs » 27 déc. 2018 03:09 pm

Texte de "L'Exposition Universelle de 1867 Illustrée"

Paris 1867 - Informations, renseignements, discussions, questions - Les Scies à découper de M. Périn - decoupeperin.jpg

Il est certaines industries que le système de classement aura plus spécialement favorisées.

L’industrie de M. Périn est de ce nombre. Elle figure dans deux classes différentes : la classe 54, qui comprend les machines-outils, et la classe 58, où se trouvent réunis le matériel et les procédés de la confection des objets du mobilier et de l’habitation. Notons que M. Périn, mécanicien distingué, construit des lames de scie sans fin, pour le bois en grume, pour le dédoublage, ainsi que les machines à faire les tenons et à faire les mortaises. Mais voici à quoi lui aura servi sa double exposition.

La grande difficulté de l’outillage mécanique est le découpage courbe; cette difficulté apparaît plus évidente encore par la juxtaposition de l’outil et du travail exécuté.

Quel que soit le mérite de M. Périn, comme constructeur de machines-outils, il eût certainement risqué de n’être point apprécié à sa juste valeur, vu l’extrême variété d’application de ses produits qui figurent dans la classe 54. Mais la classe 58, en même temps qu’elle restreignait le nombre des outils admis, mettait mieux en relief leur spécialité. Aussi le jury, en assignant à M. Périn un rang honorable dans la construction des machines-outils en général, par le don d’une médaille d’argent, a pu rendre à l’exposant, pour sa scie à rubans et pour sa machine à faire les moulures, la justice qui lui était due, en lui accordant la première médaille d’or de la classe 58.

A l’Exposition universelle de 1862, un rapport officiel constatait, dans le travail du bois, la supériorité française en face du travail mécanique des Anglais, tout en ajoutant que si nous étions supérieurs au point de vue de l’art, les Anglais nous primaient par le travail économique de leurs machines.
L’ébénisterie du faubourg Saint-Antoine n’a jamais voulu abjurer ses tendances artistiques; les perfectionnements des machines-outils de M. Périn sont effectués dans ce sens; et le meuble en bois découpé que reproduit notre gravure est un admirable échantillon des progrès obtenus.

L’un des plus grands mérites des scies à lames sans fin est la possibilité de tailler facilement, et avec une exactitude rigoureuse, les courbes les plus délicates, quelles qu’en soient les applications.

Ces applications ne se bornent pas à l’ornementation d’un meuble; la marine, les arsenaux, les ateliers du chemin de fer, les grandes usines et les industries privées se servent journellement de cet excellent outil.

Il y a seulement dix ans que M. Périn s’est révélé comme constructeur; et puisque nous avons fait l’éloge de la fabrication, nous demandons la permission de dire aussi un mot du fabricant.

La mention portée sur la liste des récompenses au nom de M. Périn est ainsi conçue : « De simple ouvrier est parvenu à une supériorité remarquable comme constructeur mécanicien, et a rendu des services exceptionnels à l’industrie des meubles. »

Si les ouvriers veulent bien se souvenir de ce fait et s’inspirer de ce modèle, plus que tous autres ils sont à même d’arriver au premier rang.
Et pour cela, l’instruction est le premier outil.

Avant de terminer, nous prendrons la liberté d’appeler l’attention du lecteur sur la gravure qui accompagne cet article. D’une exécution rare, elle mérite en effet une mention particulière ; et, digne de figurer auprès de ce que la Renaissance a de plus charmant dans ce genre, elle défie toute comparaison moderne. Pour les finesses exquises, le burin merveilleusement patient et délié de Mlle Hélène Boetzel n’a pas de rivaux.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1867 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité