Kiosques et édicules modernes - Une poissonnerie moderne

Paris 1925 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 7134
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Kiosques et édicules modernes - Une poissonnerie moderne

Message par worldfairs » 12 août 2018 02:05 pm

Article de la revue "La construction moderne" du 27 décembre 1925

kiosquepoissonnerie.jpg

Les poissonneries sont quelquefois très bien aménagées dans des boutiques luxueuses, il s’agit alors le plus souvent de grandes installations tandis qu’au contraire les petits marchands continuent à faire leur commerce de marée dans des petites boutiques qui n’ont rien d’agréable. L’architecte Gouverneur avait construit au village français de l’Exposition des Arts décoratifs justement une poissonnerie moderne; elle était intéressante par ses dimensions relativement restreintes, sa construction rationnelle et simple et par une décoration spéciale bien appropriée.

L’emplacement désigné à l’architecte, les dimensions qui lui étaient imposées, ainsi que la disposition des arbres ne permettaient pas de faire un grand bâtiment; le programme obligeait, en outre, l’architecte de faire une boutique et non un kiosque, parce que les kiosques étaient déjà fort nombreux à l’Exposition. C’est ainsi que M. Gouverneur a été amené à concevoir une poissonnerie dans laquelle seraient présentés des poissons vivants auxquels le public et surtout les enfants s’intéressent toujours; cette poissonnerie constituant une attraction.

Ce petit bâtiment a été conçu en béton armé, composé de poteaux de très faibles dimensions reliés entre eux par des dalles, la toiture étant également en béton armé et formant lanterneau. Des dalles de verre laissaient pénétrer la lumière par la toiture, de grandes glaces garnissant les baies de trois façades permettaient au public de voir évoluer les poissons dans des aquariums bien aménagés, poissons de types différents et curieux, d’espèces diverses, cultivés par les établissements Dagry Frères.

L’emploi du béton armé a permis de donner à ce petit bâtiment une forme simple particulièrement heureuse pour une telle présentation; les petites choses demandent souvent à être bien étudiées, on avait l'impression que M. Gouverneur avait bien étudié sa poissonnerie. Des façades au ton gris du ciment rendues plus sombres par le large entablement, par l’auvent qui les protégeait du soleil et diminuait la lumière extérieure, tandis que l’intérieur apparaissait bien éclairé par la lumière traversant les dalles du plafond formaient un contracte agréable. Ces façades étaient égayées, ornées simplement par des petits panneaux d’angles en mosaïque composée d’émaux de Briare aux tons saumon, rouge, vert clair et d’or représentant des poissons et l’effet extérieur complété par la coloration verte de vitraux disposés au-dessus des glaces et sur le lanterneau.

La lumière du jour filtrant au travers de ces vitrages de couleur verte donnait à l’intérieur de la boutique la coloration générale de l’eau au travers de laquelle semblaient évoluer des poissons de mer représentés sur un grand panneau de mosaïque figurant un fond de l’océan avec des algues et des astéries. L’excellent artiste Marcel Vuillaume avait eu l'occasion de dessiner un grand carton pour ce panneau et d’utiliser les éléments toujours curieux que nous offre la mer, carton qui avait permis à la Société dés Carreleurs de Paris de faire cette grande et belle mosaïque à laquelle son directeur M. Legras apporta tous ses soins.

Le soir, une rampe lumineuse composée de lampes électriques bleues et disposée à l’intérieur du lanterneau conservait pour les visiteurs cette même impression de « fond de mer ». Cette idée de fond de mer marquait l’originalité de la conception de l’architecte Gouverneur.

Le sol de la boutique composé de carreaux de céramique unie aux tons crème et noir, rehaussée de petits motifs carrés en mosaïque formait un joli dallage économique complétant bien la décoration générale. Ce dallage et les petits panneaux décoratifs, des façades avaient été également composés par Marcel Vuillaume et exécutés aussi par la Société des Carreleurs de Paris.

La poissonnerie moderne due à M. Gouverneur peut donc être donnée comme un modèle du genre, il est à souhaiter que beaucoup de villes s’inspirent de ce modèle pour remplacer les affreuses installations d’autrefois que l’on reproduit encore sans souci d’esthétique, de commodité et surtout d’hygiène et de propreté. L’Exposition des Arts décoratifs a été l’occasion pour beaucoup d’architectes de nous présenter de nouveaux modèles de petites constructions et de kiosques qui certainement serviront à apporter à nos villes et même aux petites agglomérations une note nouvelle et ce sera là un des effets et non des moindres de l’Exposition des Arts décoratifs et industriels modernes.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1925 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité