Le jardin des oiseaux

Paris 1925 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6779
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Le jardin des oiseaux

Message par worldfairs » 12 août 2018 12:41 pm

Article de la revue "La construction moderne" du 13 décembre 1925

jardindesoiseaux.jpg

Dans un article précédent, nous entretenions nos lecteurs des idées de l’architecte A. Laprade sur les jardins en présentant son « bassin des Nymphéas » à l’Esplanade des Invalides entouré par un jardin, limité par un muret circulaire rehaussé de portiques surmontés de jolies statuettes dorées. Nous faisions remarquer l’heureuse influence des jardins espagnols et marocains sur le goût délicat de cet architecte qui a eu l’avantage de pouvoir séjourner au Maroc durant plusieurs années.

Aujourd’hui nous tenons à montrer à nos lecteurs son « Jardin des Oiseaux » situé au Cours-la-Reine et qui était presque une cour-jardin ; il aurait été mieux dans un patio, car il occupait aussi un emplacement peu favorable. Son auteur l’a nommé « Jardin des Oiseaux » parce qu’il y avait disposé de grandes cages élégantes dans lesquelles il avait placé des oiseaux qui apportaient leur gazouillis et joignaient leurs vives couleurs à celles des fleurs des parterres. Ce jardin nous est donc apparu plus vivant, plus riche encore avec ces oiseaux que M. Laprade si méticuleux avait choisi parmi les plus magnifiques, parmi ceux ayant les plumages les plus éclatants.

Le Jardin des Oiseaux, situé au milieu des grands arbres du Cours-la-Reine, s’offrait à l’admiration des visiteurs du Pavillon de la Ville de Paris dont il bordait presque l’une des façades. Ce jardin, de forme rectangulaire allongée, était limité sur un de ses grands côtés par une galerie à arcades, sur l'autre par un talus surmonté d’une haie et de socles portant des vases et terminé a son autre extrémité par une terrasse basse sur laquelle s’élevait le Pavillon en treillage de l’Office National des Vins, dû aussi à l’architecte Laprade. Ce jardin était donc disposé dans un léger creux, mais ses proportions permettaient au talent de cet architecte de le bien composer.

Le Jardin des Oiseaux comprenait d’abord cinq compartiments carrés alignés suivant l’axe de l’ensemble, chacun avait en son milieu une belle et grande cage en bois doré au grillage également doré, (.les cinq compartiments étaient entourés de rigoles, de petits canaux qui les séparaient d’autres compartiments formant angles et encadrement. Cet ensemble était entouré par un canal assez large, de même profondeur que les rigoles et les canaux qui le séparait d’un cadre constitué par une bordure fleurie limitant la composition de M. Laprade.

Les compartiments garnis de terre végétale étant au niveau du dessus des murets qui les encadraient et des allées du pourtour, les rigoles et canaux avaient une faible profondeur, environ sept centimètres ; la hauteur de l'eau était toujours d’environ trois centimètres afin que celle eau claire et limpide laisse à la vue l’exacte tonalité non atténuée de la céramique.

Le dessus des murets était formé par une ligne de carreaux rectangulaires étroits de couleur céladon, le parement extérieur et visible de ces murets était revêtu par une ligne de mêmes carreaux rectangulaires, mais de ton crème et les fonds des canaux et rigoles par un damier de carreaux semblables de tons céladon et crème.

La douce tonalité de la céramique faisait valoir les teintes superbes des lapis de bégonias toujours fleuris roses et blancs et d’agérates naines bleues qui garnissaient les compartiments.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1925 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité