Le pavillon "Club des Architectes diplômés"

Paris 1925 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6426
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Le pavillon "Club des Architectes diplômés"

Message par worldfairs » 31 juil. 2018 12:55 pm

Article de la revue "La construction moderne" du 29 novembre 1925

Par un curieux hasard, le compte rendu des fêtes du Centenaire de Charles Garnier se rencontre en ce numéro de la « Construction Moderne » avec la monographie du Pavillon du Club des Architectes diplômés à l’Exposition des Arts Décoratifs. L’architecture de Charles Garnier parut si nouvelle, en 1861, à l’Impératrice Eugénie, lorsque celui-ci vint présenter son projet à l’Empereur, qu’elle ne put s’empêcher de dire à Charles Garnier sur un ton désagréable (car elle aurait désiré que Viollet-le-Duc construisît l’Opéra) : « Qu’est-ce que c’est que ce style-là ? Ce n’est pas un style. Ce n’est ni du grec, ni du Louis XVI, pas même du Louis XV ! » — « Non, dit Garnier, ces styles-là ont fait leur temps. C’est du Napoléon III, et vous vous en plaignez ! » Le Pavillon du « Club des Architectes diplômés » a permis de présenter, en 1925, les nouvelles conceptions réalisées au Maroc et en France par un certain nombre d’architectes diplômés et si certains visiteurs ont pu regretter, comme... l’Impératrice, que ce ne soit pas du style, beaucoup ont admiré les belles et originales constructions réalisées pendant ces dernières années. Pour notre part nous regrettons que la S. A. D. G. n’ait pas pu faire encore plus grand afin de permettre d’exposer un plus grand nombre d’œuvres.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - Porte de sortie composée par Subes, exécutée par Borderel et Robert - clubdesarchitectes.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - Porte de sortie composée par Subes, exécutée par Borderel et Robert

Il nous aurait été particulièrement agréable de pouvoir pousser d’une manière plus étendue l’analyse du Pavillon du « Club des Architectes diplômés » pour faire ressortir auprès des architectes qui n’ont pu se rendre à l’Exposition des Arts décoratifs le talent de l’architecte Paul Tournon, auteur de ce joli pavillon.

En examinant la construction on remarque que l’architecte n’a pas voulu, comme beaucoup de ses confrères, s’inspirer de l’octogone ; il a appliqué à son plan et aux ouvertures des pans du Hall la forme hexagonale et cela nous a changé quelque peu des autres constructions de l’Exposition puisqu’on y avait fait de l’art octogonal partout et dans tout.

Le plan de l’architecte Tournon était curieux, son départ était un hexagone servant de hall d’entrée. Au fond une galerie avec une annexe de chaque côté pour y disposer un diorama ; dans cette galerie aucune ouverture afin de permettre à la lumière électrique d’apporter son effet derrière des photographies sur verre disposées dans des boiseries couvrant les parements latéraux et d’éclairer les dioramas. Sur un pan de chaque côté de l’hexagone était une salle (marquée au plan : bibliothèque), qui fut un salon sans meubles, parce que l'affluence des visiteurs démontra qu’ils gênaient la circulation, et où étaient disposées également des photographies sur verre éclairées en arrière par des ampoules électriques ; ces deux salles ont permis aussi à l’architecte de faire une façade d’entrée agréable. Sur un autre côté de l’hexagone s’ouvrait un salon de forme circulaire, réservé aux dessins des expositions temporaires, éclairé par une fenêtre garnie de la grille représentant « l’Architecture », composée par M. Tournon. Cette heureuse disposition du plan permettait de placer, en outre, un dépôt pour le matériel de nettoyage et un office avec les tableaux de distribution électrique. Un vestibule se trouvait ainsi formé pour la grande porte s’ouvrant sur la cour d’honneur. L’originalité du plan permettait, avec une architecture intérieure et une décoration extrêmement simples, d’obtenir un maximum d’effet et une certaine élégance.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - Façade principale - clubdesarchitectes1.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - Façade principale

La façade principale du pavillon, que nous donnons en planche, s’élevait en bordure de la terrasse de la Minerve, dominant légèrement la belle perspective du joli jardin de l’architecte jardiniste Ploquin; cette façade se prolongeait sur chacun de ses côtés par un passage formant niche, à la partie supérieure ajourée décorée d’une belle vasque avec joli bassin en mosaïque de Gentil et Bourdet. Trois larges portes précédées d’un perron à trois marches s’ouvraient sur cette façade, elles étaient surmontées chacune par un panneau en bas-relief de Silvestre, sculpteur au talent incontesté inspiré d’un très bon goût moderne et sans extravagance.

La façade sur la cour d’honneur était très simple, comme il convenait, avec une belle porte en fer forgé d’une très bonne composition et d’une parfaite exécution, comme toute la ferronnerie.

Il paraîtrait superflu de vanter la belle conception de l’architecte Paul Tournon puisque, malgré sa jeunesse, il fut distingué par ses camarades pour composer et réaliser ce Pavillon de la Société des Architectes diplômés.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - Vue du hall - clubdesarchitectes2.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - Vue du hall

Il convient de signaler l’initiative, l’activité, le dévouement du ferronnier Borderel, qui créa le Groupe des « Artisans de Paris », formé par des entrepreneurs qui répondirent à son appel pour apporter leur appui et leur concours à la Société des Architectes diplômés pour la réalisation du Pavillon. Nous citerons parmi eux la Maison Dervillé et Cie qui fournit les dallages en marbre blanc, Rontaix pour la maçonnerie, Gonot pour la charpente, Thuillier et Lasalle pour la couverture, etc.

Les artistes apportèrent aussi leur collaboration désintéressée : le maître-verrier Gruber se fit remarquer par ses vitraux et un joli médaillon de verres aux teintes éclatantes enrichies de pierreries ; Gentil et Bourdet par leurs mosaïques toujours si belles; Subes par ses élégantes ferronneries exécutées par la Maison Borderel et Robert telles que le cache-radiateur et les sièges tendus de cuir rouge tressé, etc.

Il est impossible de tout citer. Silvestre, le sculpteur, avait aussi orné le centre de la coupole du hall, tandis que Gruber l’avait entourée d’une frise de verre moderne fort curieuse et très belle.

L’exposition des œuvres des architectes était particulièrement remarquable puisqu’elle réunissait les meilleures parmi les plus belles émanant des architectes diplômés par le gouvernement ; il convient d’ajouter qu’elles auraient pu être plus nombreuses si le local l’avait permis et que d’autres fort belles aussi n’ont pu y figurer pour cette unique raison que la place était insuffisante.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - La danse triomphale - clubdesarchitectes3.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - La danse triomphale

Dans la galerie principale, c’est-à-dire médiane, on voyait sur la gauche le diorama de la Résidence de France à Rabat (visible, en partie sur la photographie), c’est-à-dire l’ensemble des Constructions exécutées sous la direction de l’architecte Henri Prost, puis des dispositives sur verre de photographies de ces bâtiments et de ceux exécutés au Maroc aussi sous la direction de cet architecte.

Le diorama comprenait : l’habitation du Résident général par Laprade, les bureaux du cabinet militaire du Résident général par Laprade; les services civils par Leblanc et Lemonnier, l’Office économique par H. Dupuy; le secrétariat général par Leblanc; les bureaux des Domaines, des Finances, de l’Agriculture, des Travaux publics par Laforgue.

Parmi les photographies, nous avons remarqué l’entrée de la réception de la Résidence générale par Laprade et Laforgue ;
Une vue du patio sur les ruines du Chella, par Laprade ;
L’hôtel de ville et le palais de justice de Casablanca, par Marrast ;
L’hôtel de la subdivision à Casablanca par Laprade ;
La nouvelle ville indigène de Casablanca par Laprade et Cadet ;
L’hôtel des postes à Casablanca par Laforgue ;
La direction des services indigènes à Rabat par Rigollet ;
Un hôtel de tourisme à Marrakech, par Marchisio.

Sur le côté droit de cette galerie, on voyait le diorama du Foyer rémois, par Auburtin, et les photographies d’œuvres exécutées en France durant ces dernières années ; nous citerons :
Le monument de Douaumont par Azéma, Hardy et Edrei.
Le monument à Paradru de Pouradier-Duteil.
Une chapelle à Saint-Nicolas (Haut-Rhin) par Danis.
Le monument du Donon, par P. Gelis.
La boutique du coiffeur du Grand Hôtel à Paris, par Azéma, Hardy et Edrei.
Le palais de justice, du Caire, par Azéma, Hardy et Edrei,
Une île flottante aménagée comme station d'avions, par Defrasse.
Un porche à Dunkerque, par Morel.
Une synagogue par G. Debré.
Les nouveaux magasins du Bon-Marché, par Boileau.
Les bâtiments de la filature de Wambrechies (Nord) par A. Granet.
Différentes maisons de diverses importances par De-bat-Ponsan.
Différentes constructions du Foyer rémois par Auburtin.

Puis dans le salon (côté droit) :
Une pâtisserie turque à Paris, par Georges Guchot.
L’église Saint-Louis de Vincennes, par Marrast.
Les ateliers des Etablissements Vaucanson à Paris par Auburtin.
Le nouvel hôtel du journal « l’Intransigeant », par Pierre Sardou.
La parfumerie Roger et Gallet, par Marrast.
Un hôtel boulevard de la Madeleine, par Auburtin.
L’école des filles de la rue de Pontoise, par Auburtin.
Une brasserie française par M. Chrétien-Lalanne.
Des petites maisons d’habitation par H. Deville.
Un hôtel au bord de la mer, par M. Chrétien-Lalanne.
Divers édifices à Béthune par Jacques Alleman.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - - clubdesarchitectes4.jpg
Le pavillon du Club des Architectes -

Et dans le salon de gauche : Un intérieur : le Logis au Pâtis du Baizil par Gelin ; la façade d’une pharmacie par Le Bourgeois ; un immeuble industriel de la Maison Gillet-Lafond par Le Bourgeois ; un intérieur d’une salle de la Maternité de la Marne par Gelin ; le loyer des P. T. T. à Arcueil, par Auburtin ; le Musée Pasteur à Strasbourg par R. Danis ; la propriété, de M. Boissonnas à Senlis par Ch. Letrosne ; un hôtel particulier à Paris par Danis, un hôtel particulier à Paris par Ch. Letrosne ; la cité-jardin par Albenque. et Gonot; une porte en fer forgé par P. Chirol; des ferronneries par Fontaine; des immeubles à loyers modérés par Guidetti; d’autres immeubles à loyers modérés par Plousey; des décorations d’intérieur par Ch. Letrosne, une maison de rapport à Paris par Granet, un hôtel à Paris par Guadet, des maisons de rapport à Paris par Ch. Letrosne, le central téléphonique d’Auteuil par Guadet.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes -  Porte de gauche : les Elements par Sylvestre - clubdesarchitectes5.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - Porte de gauche : les Elements par Sylvestre

Cet aperçu rapide montre l’importance de l’Exposition des œuvres des architectes diplômés; ce n’est qu’une liste que nous tenons cependant à donner parce qu’elle n’a pas encore été publiée et parce qu’aussi elle peut intéresser certains architectes.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - Porte de gauche la flore par Sylvestre - clubdesarchitectes6.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - Porte de gauche la flore par Sylvestre

Au fond de la Galerie principale était apposée la plaque commémorative destinée au siège de la Société des Architectes diplômés composée par R. H. Expert, d’une très grande simplicité, au centre de laquelle est incrusté un médaillon de bronze, œuvre de Sarrabezolles. Cette plaque de marbre ne porte que des inscriptions soit en creux, soit en relief, soit simplement en dépoli ; ce sont les noms des quatre-vingt-quatre jeunes camarades morts pour la Patrie, se détachant en relief sur deux grandes dates 1914-1918 qui flanquent de chaque côté le médaillon de bronze dû à Sarrabezolles qui a représenté avec une 1res belle expression un jeune et mâle profil qui symbolise le sacrifice avec l’inscription « Pro Galba, pro Arte ».

Sur le côté droit de la terrasse de la Minerve tranchant sur un fond de verdure on remarquait la statue dorée qui avait donné son nom à la terrasse.

Cette œuvre puissante, « la Danse triomphale », représente une Minerve animée d’un entrain superbement traduit; elle ferait une belle réputation à Sarrabezolles si ce sculpteur ne s’était pas distingué déjà par d’autres aussi remarquables. La statue de « la Minerve de Sarrabezolles » est incontestablement l’une des plus belles œuvres de l'Exposition des Arts décoratifs.

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - Façade postérieure - clubdesarchitectes7.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - Façade postérieure
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6426
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Le pavillon "Club des Architectes diplômés"

Message par worldfairs » 11 août 2018 11:41 am

Le pavillon du Club des Architectes - Plan

Paris 1925 - Architecture, pavillons - Le pavillon "Club des Architectes diplômés" - Le pavillon du Club des Architectes - Plan - clubdesarchitectesplan.jpg
Le pavillon du Club des Architectes - Plan
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1925 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité