La porte de l'Alma

Paris 1937 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

La porte de l'Alma

Message par worldfairs » 11 mars 2018 01:25 pm

Article de la revue "La construction moderne" du 12 septembre 1937


La porte de l'Alma
par Marc SOLOTAREFF, Architecte S.A.D.G.
Collaborateurs :
Léo SOLOTAREFF et Henri BARD, Architectes S.A.D.G.


La porte de l’Alma est certainement un des ouvrages les plus caractéristiques de la technique moderne auxquels l’Exposition ait donné naissance.

portealma1.jpg
Port de l'Alma

L’architecte Marc Solotareff a su y résoudre un triple problème :
1° Conception d’une entrée principale en plein milieu d’une place déjà occupée par un monument important, celui du poète polonais Mickiewicz ;
2° Construction à exécuter dans l’embarras d’une circulation intense atteignant jusqu’à mille voitures à l’heure ;
3° Obligation d’employer le bois comme matériau presque exclusif.

C’est qu’en effet, par suite d’un accord entre le Ministère de l’Agriculture, le Service Technique du Ministère des Travaux Publics et l’Office Technique d’Utilisation du Bois (O.T.U. Bois), — président et vice-président, MM. Didierjean et Chalos, — il avait été décidé que la Porte de l’Alma serait pour O.T.U. Bois une carte de visite, un chef-d’œuvre de maîtrise à la manière du moyen âge, destiné à remettre-le bois en honneur, comme il le mérite.
portealma2.jpg
Port de l'Alma - Entrée monumentale

C’est qu’en effet le matériau du XXe siècle n’est plus celui qu’employaient les maîtres d’œuvre du XVe : alors que ceux-ci employaient le bois en gros équarrissages, les plus économiques pour eux, les architectes et les ingénieurs modernes ont à leur disposition un matériau absolument différent: c’est la planche, d’épaisseur infiniment variable, dont la production rapide et économique est une des conquêtes de notre industrie.

Le bois offre une grande résistance à la traction et à la compression, mais faible au cisaillement dans le sens des fibres.

Le débitage en planches a permis la fabrication du contreplaqué qui, en faisant travailler en sens contraire les fibres de plusieurs planches de bois collées les unes sur les autres, donne, pour une épaisseur déterminée, une résistance plus grande qu’une planche monoxyle de même épaisseur.

portealma3.jpg
Port de l'Alma - Vue d'ensemble du grand arc et des pylônes

De même, une poutre composée en bois est plus résistante qu’une poutre pleine de même section.

En outre, et ceci n’existe pas pour l’acier, en choisissant judicieusement le bois, l’architecte peut réaliser telle ou telle conception suivant les qualités propres à telle ou telle essence.

A l’Alma, chaque essence choisie l’a été minutieusement par l’Architecte et les Ingénieurs, ensemble, en raison soit de telle ou telle qualité recherchée, soit des conditions de volume exigées par l’art et par la technique.

C’est ce qui a permis aux ingénieurs, par des calculs d’une rigoureuse précision scientifique, de réaliser les conceptions les plus hardies de l’Architecte Solotareff.

Les bois employés ont été les suivants :
Pylônes ; Structure, sapin du jura. Panneaux pleins, sapin du Nord. Sculpture, chêne d’Alsace. Arc : Chêne de pays, de 65 origines françaises différentes. Poutres droites et poutres courbes : Membrures, Sapin de pays ; Ames, Sapin du Nord. L’Architecte a laissé au bois sa couleur naturelle en le préservant seulement par un vernis incolore.

portealma4.jpg
Port de l'Alma - Passerelle droite

Pour cet ouvrage, il avait été fait appel en juillet 1936 à tous les charpentiers de France ; une trentaine s’étaient inscrits, 20 avaient été admis à concourir. Sur ces vingt, 7 avaient étudié complètement le dossier, et 3 enfin avaient participé à l’adjudication : mais 2 des 3 avaient demandé des prix tels qu’on peut penser qu’effrayés par l’énormité de l’œuvre, ils s’étaient fait écarter élégamment.

Seul donc entre tous les charpentiers de France, M. Antoine Moles, 199, rue de Verdun, à Amiens, eut l’audace de concourir avec la volonté de réussir et d’attacher son nom, quelque réduit que dût être le bénéfice, à la réalisation d’un ouvrage en bois conçu d’une façon radicalement nouvelle.

L’architecte et les ingénieurs ont constamment trouvé en lui un praticien habile et un collaborateur dévoué et désintéressé, en même temps qu’un entraîneur d’hommes remarquable.

Le prix total de tous les travaux quelconques, y compris toutes sujétions spéciales tant aux travaux de l’Exposition qu’à ceux de la Ville de Paris (fondations de l’arc sur la voûte du métropolitain, etc.) n’a pas dépassé 8 millions.

Le plan montrera le programme donné et son élégante réalisation : sur la place et le pont de l’Alma, où convergent 7 grandes voies sur la rive droite et 4 sur la rive gauche, la circulation devait rester intacte tant pendant les travaux que pendant la durée de l’Exposition ; au-dessus, avec un passage libre de 4 m., un ensemble de passerelles devait relier les 2 quais de la rive droite et la passerelle sur la Seine pour assurer la liaison entre les différentes parties de l’Exposition, avec accès par le centre de la place et par les 2 trottoirs à l’angle des avenues George-V, Président-Wilson et Montaigne.

portealma5.jpg
Port de l'Alma - Escaliers superposés

Pour augmenter l’effet décoratif de ces passerelles et montrer que le bois se prêtait aux mêmes audaces que les autres matériaux, la passerelle de liaison des deux quais de la rive droite a été disposée en un arc de 65 m. d’ouverture, dont la courbe gracieuse permet aux visiteurs de jouir, d’un point central surélevé, du magnifique point de vue que présente, à cet endroit, l’ensemble de l’Exposition.

Notons en passant que, les piétons aimant flâner pour la plupart, la circulation par une passerelle extérieure est certainement plus agréable, plus décorative et plus propre que le passage souterrain : celui-ci a d’ailleurs été un peu massacré par le Métropolitain en raison de son mépris du principe : le moindre accès doit toujours être une composition, donc essentiellement œuvre d’architecture.

L’ingénieur seul fait rarement un chef-d’œuvre, et il est dérisoire de l’entendre appeler ouvrages d’art des ouvrages d’où l’art est généralement exclu.

portealma6.jpg
Port de l'Alma - Grand arc

Un tout petit édifice peut d’ailleurs être plus monumental qu’un ouvrage gigantesque, si sa conception a fait jaillir la divine étincelle.

C’est ce qu’ont parfaitement compris MM. Louis Grelot et Marcel Chalos, ingénieurs en chef des Ponts et Chaussées, directeur et directeur-adjoint du Service Technique du Ministère des Travaux Publics et c’est parce que, en ingénieurs de grande classe, ils ont su se plier à la discipline de l’architecte que nous constatons ici une réussite totale.

Le sommet de l’arc est relié à l’entrée monumentale par un demi-arc de 12 mètres de largeur et de 19 mètres de portée, disposé dans l’axe même du pont de l’Alma.

Les deux extrémités de l’arc sont reliées à la plateforme de l’entrée par deux portions courbes de passerelles, décrivant environ 1/8 de circonférence.

portealma7.jpg
Port de l'Alma - Escaliers superposés

Les fondations ne comportent en tout que 5 points d’appui sur la voie publique qui est donc très peu encombrée. Ces points sont répartis en 3 groupes :
1° Un pour la plateforme centrale et les pylônes qui constituent l’entrée monumentale ;
2° Deux pour l’arc et les poutres courbes qui lui sont contiguës ;
3° Deux pour l’extrémité des passerelles droites et des escaliers conjugués les desservant sur les trottoirs des angles de l’avenue George-V.

La plateforme centrale et ses passerelles sont accrochées au massif central de fondation par l’intermédiaire de poutres en forme de fléau, appuyées en leur milieu sur le mur extérieur des massifs et retenues à l’arrière par des ancrages scellés dans le radier.

portealma8.jpg
Port de l'Alma - Un palier de l'escalier

Les passerelles courbes sont formées de 2 poutres circulaires composées,, entretoisées, espacées de 3 m. 50, d’une hauteur de 2 m. et d’une portée de 30 mètres. Les entretoises sont prolongées du côté intérieur, dans le but d’assurer la stabilité, par des consoles ayant 4 m. 50 de porte-à-faux qui équilibrent, par rapport à la ligne d’appui, la convexité de la poutre extérieure (V. coupe sur ces passerelles). La largeur de la passerelle est 9 m.

La charpente des pylônes est constituée par une série de poteaux de section décroissante à mesure que la hauteur augmente, réunis dans les 2 sens, par un treillis en croix de Saint-André pour assurer un contreventement parfait. (V. photo des pylônes en cours de construction.) L’ensemble est encastré dans la fondation.

Le grand arc de 65 m. d’ouverture a 9 m. 50 de flèche ; il est à fibre moyenne circulaire et à section constante ; il est constitué par 3 anneaux indépendants et laissant entre eux un vide, dont l'un est utilisé pour permettre le passage d’un arbre existant près de l’entrée du Métropolitain.

La largeur de la passerelle établie sur l’arc est 8 m. alors que son épaisseur est seulement 0 m. 90.

portealma9.jpg
Port de l'Alma - Vue sur des passerelles

Les passerelles droites ont une portée de 44 mètres et sont constituées par 4 poutres à treillis de 2 mètres de hauteur, contreventées par des X. Leur largeur est 5 m. 50 (V. coupe de ces passerelles).

Les escaliers desservant ces passerelles sont constitués par 2 systèmes superposés comprenant chacun 2 volées réunies par un palier demi-circulaire, ce qui a permis de réduire la largeur de chaque escalier à 3 m.

Les marches et les paliers sont portés sur des poutrelles brisées multiples formant limon, supportées par des poutres principales armées réunissant les appuis des passerelles droites et deux poteaux placés au centre des paliers demi-circulaires.

Les paliers et les volées extérieures sont ainsi disposés en encorbellement, ce qui facilite la circulation sur les trottoirs.

Comme il s’agissait de montrer toutes les possibilités du bois, il a été tout naturellement prévu une décoration sculpturale sobre sur la partie inférieure des faces intérieures des pylônes.

portealma10.jpg
Port de l'Alma - Vue intérieure de la passerelle courbe

Cette décoration a été confiée au jeune sculpteur S. Morenon, Grand Prix de Rome, qui a su, lui aussi, se plier à la discipline de l’Architecte, maître de l’œuvre, si bien que sa sculpture, si expressive de toutes les possibilités de l’Art et de la Technique du bois, s’intègre parfaitement à l’œuvre de Solotareff.

Suivant le thème général de l’Exposition, Art et Technique, un des pylônes, celui du Nord, symbolise la Technique et comporte 3 figures principales, celles de l’ouvrier qui abat l’arbre, de celui qui le débite et de celui qui façonne le bois.

Les bas-reliefs entourant ces figures illustrent les différentes phases de cette transformation : dans le haut, la forêt, au centre, l’arbre abattu par les bûcherons, puis élagué et scié ; à gauche et à droite, les deux modes de transport les plus caractéristiques du bois, savoir le schlittage des Vosges et le flottage du Gabon ; enfin, à gauche, ce sont les sabotiers, les charrons, les tonneliers ; à droite, les charpentiers, les tourneurs et les menuisiers.

portealma11.jpg
Port de l'Alma - Grand arc vu de dessous

Le pylône du Sud est consacré à l’Art du Bois ; les figures principales représentent le maître d’œuvre (Architecte ou Ingénieur, en l’espèce un Solotareff d’une ressemblance parfaite), encadré du constructeur (le Charpentier) et du décorateur (le Sculpteur).

Les bas-reliefs chantent le bois, son utilité, son emploi dans la vie de l’homme, son influence bienfaisante sur le développement de son bien-être et de sa civilisation : en bas, à gauche, utilité du bois dans la civilisation primitive, le feu, la chasse, les premières armes nécessaires a la défense et à la vie du foyer ; la pêche, le bateau taillé dans un tronc d’arbre.

Au-dessus, l’agriculture, la première charrue, les outils, le joug, la roue, le char, la vis du pressoir, etc.

En bas à droite : l’utilisation du bois dans la vie, le berceau, les jouets, les meubles, la navette et le métier à tisser. Au-dessus, les bois de modelage pour l’industrie, les constructions, la gravure et l’imprimerie.

portealma12.jpg
Port de l'Alma - Vue de la moitié du grand arc
portealma12.jpg (243.76 Kio) Vu 347 fois

Au centre, hommage reconnaissant à l’arbre qui, comme l’homme, naît, vit et meurt et qui nous donne ses fleurs, ses feuilles, ses fruits et son bois.

Dans le haut, le bois dans l’Art : l’Art antique, les premières idoles (Termes-Xoanon), les premiers temples en bois ; l’Art asiatique, l’Art chrétien, l’Art nègre et primitif.

A gauche : l’Art des Constructions navales, qui a permis de développer les voyages et le commerce; A droite : l’hélice en bois, aile de l’homme qui lui a permis de conquérir les airs.

portealma13.jpg
Port de l'Alma - En dessous de la passerelle courbe

Les techniciens comme les artistes ont été frappés de l’heureuse proportion de chaque élément de cet ouvrage absolument unique en son genre, pour l’élaboration duquel l’Architecte, l’Ingénieur, le Sculpteur, le Charpentier et les Ouvriers se sont mutuellement félicités de la collaboration de tous les autres.

L’architecte Solotareff a trouvé, grâce à elle, dans le bois un matériau d’une souplesse et d’une solidité étonnantes, si commode, si léger, si sûr et si décoratif que son emploi a été pour lui un plaisir sans cesse renouvelé.

Les Ingénieurs ont trouvé en Marc Solotareff un artiste qui a su leur prouver que toute décoration est superflue lorsque la construction est sincère et expressive.

La porte de l’Alma donne une agréable impression de renaissance d’un matériau dont l’emploi est lié d’une façon indissoluble à toute l’histoire du monde.

portealma14.jpg
Port de l'Alma - Passerelle droite vue de la poutre
portealma14.jpg (197.38 Kio) Vu 347 fois

Qu’il nous soit permis de suggérer à M. Qui-de-droit la conservation dans le domaine artistique permanent de la Ville de Paris, d’un magnifique édifice absolument unique qu’il serait criminel d’anéantir.

portealma15.jpg
Port de l'Alma - Pylônes decoration sculptée
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: La porte de l'Alma

Message par worldfairs » 17 mars 2018 03:07 pm

Porte de l'Alma - Plans
portealmaplan1.jpg
Porte de l'Alma - Plans
portealmaplan2.jpg
Porte de l'Alma - Plans
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1937 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité