La Maison du Travail

Paris 1937 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6496
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

La Maison du Travail

Message par worldfairs » 27 janv. 2018 09:33 am

Article de la revue "La construction moderne" du 19 décembre 1937


La Maison du Travail
par M. Léon HÉRY, Architecte D.P.L.G.

Sur la rive gauche de la Seine, entre les Pavillons de la Marine Marchande et du Gaz, et très heureusement isolé par le Pont Alexandre-III et le Pont des Invalides, s’élève la Maison du Travail de l’architecte Léon Héry, D.P.L.G.

L’Exposition Internationale étant une manifestation du travail dans les Arts comme dans les Techniques, il était juste que le Travail lui-même y fût représenté.

Paris 1937 - Architecture, pavillons - La Maison du Travail - Maison du Travail - Intérieur - maisontravailinterieur.jpg
Maison du Travail - Intérieur

Le Pavillon qui en est la synthèse associe heureusement la vie matérielle des travailleurs à l’Art qui tend à élever toujours davantage leurs pensées.

En réalité, c’est un véritable Palais que cette Maison du Travail, destinée à être le lieu de réunion des travail leurs, intellectuels et manuels de tous les pays du monde, en même temps qu’un centre de renseignements concernant les questions syndicales et le tourisme populaire.

L’architecte a triomphé très habilement de la difficulté de composer un édifice pour lequel les Services Techniques de l’Exposition imposaient de réserver des passages distincts à la circulation des piétons et à celle des voitures en dehors de l’enceinte, alors que, naturellement, la circulation des visiteurs le long de la berge devait être assurée.

La composition est dominée par le Grand Hall de la Paix, servant tour à tour aux Congrès et Conférences, aux Fêtes et Concerts, ainsi qu’aux projections cinématographiques.

Dans cette salle, des emmarchements symbolisent par trois paliers successifs l’accession au triomphe de la Paix, dont la statue monumentale est l’œuvre de Brasseur (Prix de Rome). Ces paliers coupent très heureusement cette immense salle qui. ainsi traitée, n’a nullement l’air d’une galerie. Chacun de ces trois paliers est lui-même divisé en deux par les socles de 6 bustes colossaux de grands syndicalistes tels que Jean Jaurès, Jules Guesde, Albert Thomas, etc., dont le hors d’échelle a été nettement voulu par l’architecte et fait partie intégrante de sa composition.

Ces bustes sont les œuvres des sculpteurs Biaggi, Chaumot, Cari Longuet, Molineau, Pourauet, Verdilhan.
La décoration, due à une pléiade d’artistes, comporte, dans sa partie haute, de grandes compositions symbolisant le travail ; à hauteur de cimaise, des graphiques donnant au public, de façon claire et imagée, une indication exacte de l’ascension du mouvement syndical ainsi que des tableaux illustrant les principaux événements syndicaux.

Dans les vitrines sont exposés des ouvrages rarissimes et des graphiques sur le travail faisant partie de la Bibliothèque du Bureau International du Travail et obligeamment prêté par lui.

L’éclairage est assuré par une immense verrière courant tout le long du plafond et se retournant à l’extrémité de la salle, derrière la statue de la Paix.

C’est en définitive une très belle salle que le Maître Gustave Charpentier considère comme une des meilleures salles de Paris au point de vue de l’acoustique.

Une autre particularité de cette œuvre d’Héry est que, par un procédé nouveau, mis au point sur ses propres directives, on a pu y faire des projections cinématographiques en plein jour sur un écran de 2 m. 50X4 m.

Le grand Hall de la Paix est précédé d’un vestibule décoré d’une fresque de Marie-Louise Simard: « Les Quatre Races », encadrant une grande médaille du graveur Bazor (Prix de Rome), dédiée à la Paix et, de part et d’autre de la porte d’entrée, de deux statues, le « Paveur » et le « Fondeur », de Paul Lefèbre.

Paris 1937 - Architecture, pavillons - La Maison du Travail - Maison du Travail - maisontravail.jpg
Maison du Travail

De Marie-Louise Simard également, une char mante cire perdue, « Berceuse », orne la salle, voisine, des œuvres sociales.
Les peintures de la Maison du Travail sont dues aux peintres Perroud, Martial (Prix de Rome), Luce Roland, Coudon, Lombard, Pavil, Herviault, Hellé. Nous avons choisi trois des compositions du peintre Herviault, parce que consacrées au bâtiment : elles chantent le travail collectif dans l’Antiquité, sous le fouet du conquérant, au moyen âge, dans l’élan de foi qui nous a valu les grandes cathédrales, à notre époque, enfin, dans la joyeuse ardeur de la construction de la Maison du Travail.

Notons, en passant, à la louange de l’architecte et de tous ses collaborateurs, que la Maison du Travail était achevée pour l’ouverture de l’Exposition et a pu être inaugurée dès le 15 juin.

A l’extérieur, la composition de la façade comporte essentiellement :
1° En pan coupé, du côté du vestibule d’entrée, une grande carte de la France au travail, œuvre de l’Association d’Artistes Mai 36, encadrée de deux drapeaux gigantesques, puis de deux panneaux reproduisant en couleurs chatoyantes les multiples armoiries de nos vieilles corporations, dont les syndicats revendiquent directement l’héritage ;
2° En façade sur la Seine, une énorme fresque du peintre Martial (Prix de Rome) , symbolisant l’union des travailleurs de toutes les professions, que groupe un désir unanime d’atteindre pour l’assurer à leur famille un minimum de Bien-être dans la Paix et la Liberté.

En-dessous de cette -gigantesque tapisserie, une voûte d’eau, sous laquelle s’effectue la circulation au sous-sol, se compose avec elle en formant un ensemble de très grande allure.

La Construction Moderne, dans son numéro 3 du 17 octobre, a publié à l’avance deux vues de cette façade, l’une de jour, l’autre de nuit, et que nous conseillons de rapprocher de celle que nous donnons aujourd’hui et qui permettront à nos lecteurs de se faire une idée exacte de cet ensemble que complètent, en représentation du travail des gens de mer, un thonier et un sardinier amarrés de chaque côté de la Maison du Travail.

Au-dessus de la grande frise, un balcon court tout le long de locaux occupés par les Salles de Commissions et les Bureaux, dont le Bureau et le Salon de Réception, décorés de panneaux peints par Hellé, Laboureur (Prix de Rome de gravure), Pavil, Luce et Lombard et orné d’un buste de Léon Jou-haux par Niclausse ; la Salle des Loisirs, par Hellé. Une toile de Pavil est également à signaler.
Derrière la grande frise, de plain-pied avec le Grand Hall de la Paix et largement ouvertes sur lui, six salles plus petites réservées aux principales Fédérations et à la matérialisation par les dioramas de Prévost du travail dans les différentes industries, métallurgie, chemins de fer, bâtiment, etc.

Paris 1937 - Architecture, pavillons - La Maison du Travail - Maison du Travail - Intérieur - maisontravailinterieur2.jpg
Maison du Travail - Intérieur

Dans le jardin, entre la Maison et le Pont des Invalides, le splendide « Amarreur », du sculpteur Verdilhan, montre, en sa musculature puissante, la valeur de l’effort manuel au service de la collectivité.

Léon Héry et ses collaborateurs, artistes, techniciens et ouvriers des coopératives de production, sont les images modernes des associations corporatives du passé ; ils ont reçu de leurs mains le flambeau et en ont entretenu pieusement la flamme immortelle.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6496
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: La Maison du Travail

Message par worldfairs » 27 janv. 2018 05:46 pm

La Maison du Travail - Plans
Paris 1937 - Architecture, pavillons - La Maison du Travail - La Maison du Travail - maisontravailplan.jpg
La Maison du Travail

Paris 1937 - Architecture, pavillons - La Maison du Travail - La Maison du Travail - Plan rez-de-chaussée - maisontravailplanrezdechaussee.jpg
La Maison du Travail - Plan rez-de-chaussée
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1937 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité