Palais de l'Allemagne

Saint-Louis 1904 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6424
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Palais de l'Allemagne

Message par worldfairs » 07 mai 2017 06:08 pm

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Des négociations déterminées du commissaire du Reich Legwald ont valu au Reich allemand, seule et unique nation étrangère à en bénéficier, un site de construction en position centrale et surélevée à la pointe du plateau des Etats américains. Bruno Schmitz y a édifié la Maison Allemande, dont, conformément au souhait de l'empereur Guillaume II, le dessin s'inspirait à quelques détails près du château de Charlottenburg construit par Schlüter. Sur 16.000 mètres carrés de superficie, Schmitz a composé un édifice principal à deux étages entouré de terrasses d'amples proportions, accessible par des perrons monumentaux et relié par une allée couverte à un second bâtiment qui servait de restaurant à vins. Avec ses courbures baroques et ses huit grandes baies coulissantes, ce pavillon aérien allait devenir le restaurant le plus apprécié de toute l'exposition.

L'édifice principal, long de 46 mètres et profond de 21, d'un plan rectangulaire, se dressait sur une surface au sol de 930 mètres carrés. A l'instar de Charlottenburg, un corps central avancé avec un ressaut à pignon de deux étages troué de grandes fenêtres, que surmontait l'arrondi de la grande coupole, accentuait la façade. Là se trouvait le hall d'entrée circulaire d'où les visiteurs gagnaient diverses salles d'exposition ou des bureaux, ainsi qu'un vaste salon de lecture. En haut étaient installées les salles de présentation : le hall central à huit colonnes avec un buste de l'empereur et la galerie en bois de chêne entre la salle des galons et la chambre de Brandebourg. De là, une porte ouvrait sur une grande salle où étaient exposées des tapisseries provenant de la collection privée impériale. Tissées en 1695 afin d'exalter les prouesses guerrières du Grand Prince Electeur, celles-ci représentaient la bataille de Fehrbellin, le débarquement sur l'île Rügen, le siège de Stralsund et le bombardement de Stettin.

Le toit était une plateforme ceinte d'une balustrade en fer forgé offrant une vue splendide sur le terrain d'exposition. Une statue de la déesse du temps coiffait à 48 mètres de hauteur la grande coupole. Sous la voûte étaient suspendues des cloches coulées par l'Union des Mines et des Aciéries de Bochum qui sonnaient tous les jours à midi et peu avant le coucher du soleil, de même qu'à l'occasion de festivités particulières. Sur la terrasse principale s'est déroulée en grande pompe le 6 octobre, jour férié des Germano-Américains depuis 1863, une cérémonie en présence de 146.000 visiteurs pour célébrer la date d'implantation de la première grande colonie d'immigrants allemands sur le sol américain en 1863. Dans leurs discours officiels patriotiques, Carl Schurz, Emil Preetorius et l'ambassadeur d'Allemagne ont insisté sur les liens indissolubles existant entre l'Allemagne et l'Amérique. Les contemporains auront spécialement admiré l'aménagement intérieur de la copie de château, pour laquelle on avait fait réaliser des moulages des stucs des pièces d'origine et transporté de Berlin à Saint Louis meubles d'origine, oeuvres d'art et décorations mobiles. Dans la ligne d'ensemble de cette exposition universelle, il s'agissait en l'espèce d'une contribution qui non seulement brillait par une approche innovante, impliquée dans le présent, mais appuyait aussi son autopromotion sur des symboles historiques : "Un contenu d'histoire universelle vient d'être donné à ce qu'a préfiguré avec éclat Frédéric Ier : sur la tour de la façade du château de Charlottenburg plane à Saint Louis, au-dessus des armes de la Prusse, la couronne impériale allemande. Si celui qui la porte aujourd'hui a souhaité pour cette Maison les formes artistiques du temps de son premier aïeul royal, c'est avec le droit heureux de l'héritier sur la propriété acquise. "(Alfred Gotthold Meyer).
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Saint-Louis 1904 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité