Section anthropologique

Saint-Louis 1904 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6426
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Section anthropologique

Message par worldfairs » 05 mai 2017 08:46 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

A la suite de la guerre hispano-américaine de 1898, les Etats-Unis s'étaient arrogé des droits de possession dans les Caraïbes et le Pacifique et y avaient établi des protectorats. Une opinion très répandue voulait que l'exposition universelle fût la meilleure des occasions de justifier aux yeux du monde cette politique expansionniste. La section anthropologique ne devait donc pas se contenter cette fois-ci d'illustrer, comme en 1900 à Paris, les rêves exotiques de cerveaux européens, mais aussi mettre en évidence l'arriération et la barbarie soi-disant sans espoir de ces peuples auxquels seules étaient à même de venir en aide des écoles du gouvernement américain. A quelque distance des grands palais avaient été érigés, avec le concours d'ethnologues renommés à l'époque, des villages où les visiteurs pourraient rencontrer les indigènes dans leur vie quotidienne. Il s'agissait, par cette confrontation des toutes dernières nouveautés techniques dans les grands palais fastueux et des cabanes en pisé philippines ou des villages de tentes indiens, de démontrer d'une manière convaincante le progrès humain et, partant, la supériorité de la civilisation anglo-saxonne. William McGee, le directeur de cette section, a fait venir à Saint Louis des ethnies telles que les Patagons d'Amérique du Sud, les Indiens Cocopa du Nord du Mexique, les Kwakiutl du Canada. Plusieurs mois ont dans certains cas été nécessaires aux collaborateurs de McGee pour réussir à persuader les Indiens de participer à l'exposition.

Une école témoin a été construite sur le terrain à des fins de démonstration de la pratique dans les écoles indiennes subventionnées, dont le pays entier ne comptait alors que cinq au total. Les cours étaient ouverts à tous et devaient montrer au public de l'exposition de premiers progrès dans l'éducation. On se serait davantage cru à une exposition coloniale dans la section des Philippines, où l'Amérique présentait les îles annexées au cours de la guerre contre l'Espagne en 1898. A côté des hommes exposés y étaient aussi fournies des informations sur les richesses du sous-sol et autres ressources naturelles. Vingt hectares dans la partie sud-ouest du terrain étaient disponibles pour une réplique de la vieille ville de Manille et pour des établissements de divers peuples ; plus de cent bâtiments hébergeaient au total 1.100 Philippins. Malgré leur adhésion à des principes racistes, les organisateurs de l'exposition ont vendu ce concept comme un signe de rassemblement pacifique des peuples. Ceci devait être documenté par d'innombrables portraits de groupes multiculturels mis en scène et pris selon le modèle des photos de classe américaines.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Saint-Louis 1904 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité