Site et pavillons

New York 1964-65 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6419
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Site et pavillons

Message par worldfairs » 22 mars 2017 09:17 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

A New York, le Trylon et la Perisphere, emblèmes de l'exposition universelle de 1939, furent remplacés par l'Unisphere, une reproduction du globe terrestre haute de douze étages(construite avec 470 tonnes d'acier inoxydable), montée au-dessus d'un bassin aquatique plat et supportée par trois piliers en acier. Trois anneaux entourant le globe figuraient la course des satellites artificiels autour de la terre.

Les rares constructions se caractérisèrent par leur architecture innovante. Les entreprises se présentèrent sous les traits de bâtiments élégants très réussis, aux formes modernes et certains pays impressionnèrent par leurs constructions sobres. Ainsi, la caisse en bois du pavillon autrichien fut suspendue à trois poutres triangulaires stratifiées. Celles-ci étaient réunies à leur sommet pour symboliser de façon abstraite les Alpes. Une telle "architecture parlante" fut cependant assez rare.

Comme c'était la coutume dans les expositions universelles, on pouvait aussi admirer les reconstitutions tant appréciées de l'architecture traditionnelle et exotique : les pavillons chinois, thaïlandais et russes orthodoxes étaient des reproductions de temples anciens ou de vieilles églises et le grand village belge, étendu sur 1,5 hectares, replongeait le visiteur au début du 19ème siècle. Et bien entendu, il y avait aussi un parc d'attractions.

Pour le design de leurs expositions, de nombreuses entreprises s'inspirèrent du Pop Art qui était justement en plein essor à cette époque. Outre des féeries de lumières multicolores, des murs entièrement recouverts de photographies et de gigantesques logos d'entreprise gonflables, on pouvait voir également des pneus de voiture peints et des surfaces lunaires représentés dans le style des peintures de James Rosenquist et Roy Lichtenstein. Les artistes étaient eux-mêmes présents sur la foire. Mais, ils ne devaient pas être trop critiques ou ironiques à l'égard de "l'American Way of Life". La peinture murale monumentale d'Andy Warhol intitulée 'Thirteen Most Wanted Men', qui représentait les dix criminels les plus recherchés des USA, ne resta pas longtemps accrochée sur le mur extérieur du pavillon de l?état de New York. La proposition de Warhol, de remplacer ces portraits par celui de Robert Moses, ne rencontra pas non plus un accueil très favorable.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « New York 1964-65 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité