Choix du site de l'exposition et dispositions des pavillons

Paris 1937 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6435
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Choix du site de l'exposition et dispositions des pavillons

Message par worldfairs » 08 mars 2017 08:54 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Le site de l'Exposition universelle de 1900 fut élargi et partiellement réaménagé pour accueillir cet événement.

A nouveau, il englobait le quartier du Trocadéro et, en face, le Champs de Mars puis s'étendait le long de la Seine jusqu'à l'Esplanade des Invalides et le Grand Palais. Afin de donner un visage neuf à cette Exposition, l'ancien bâtiment du Trocadéro fut rasé et le Palais de Chaillot édifié sur les anciennes fondations. De plus on aménagea le bord de la Seine à l'ouest de la Tour Eiffel et de l'île des Cygnes, l'espace destiné à l'Exposition coloniale. La vaste étendue du site rassemblant les bâtiments les plus divers, qui devaient toutefois s'intégrer dans une image urbaine existante, s'opposait à l'idée ancienne d'un concept spatial aux contours fermes, comportant la signature claire et nette du style d'un urbaniste.

Pourtant la comparaison de groupes séparés de bâtiments, par exemple la confrontation des pavillons soviétique et allemand sur les rives de la Seine, matérialise des tensions politiques croissantes peu avant la Seconde Guerre Mondiale. Lors des précédentes Expositions universelles à Paris au XIXe siècle, on avait toujours utilisé de grands halls, dans lesquels la répartition par objets exposés veillait à une certaine monotonie; mais désormais, à côté des pavillons étrangers se trouvaient des bâtiments thématiques (les thèmes allant de l'horticulture jusqu'aux transports en passant par la publicité) qui pouvaient être aménagés selon les nécessités spéciales de ces objets et plus facilement intégrés sur l'étendue morcelée. La polychromie désirée et coordonnée des pavillons temporaires devait contribuer au développement d'un nouveau style architectural. La plupart des édifices étaient en effet destinés à être détruits à la fin de l'Exposition pourtant, à la différence de l'Exposition universelle de 1900, on voulait éviter à ces bâtiments l'empreinte du « prêt-à-démolir ». Etant destinés à n'être que des halls d'exposition éphémères, une grande partie des constructions légères en verre et acier ne fut pas recouverte de façades en stuc ou carton-pâte.

La colonne de la Paix, symbole d'un partenariat pacifique entre les nations et dominant l'Exposition, fut érigée sur le parvis nord du Trocadéro, face à l'entrée principale, tandis que le parvis sud du Trocadéro ainsi que la rive opposée de la Seine étaient réservés aux pavillons étrangers. Les pavillons thématiques, plus grands, et d'autres pavillons étrangers encore étaient situés sur le Champ de Mars, derrière la Tour Eiffel.

Les bâtiments représentant les régions françaises furent élevés à l'ouest de la Tour Eiffel tandis que le pavillon horticole, celui de l'artisanat, et celui des sciences le furent à l'est. Un autre bâtiment, qui subsiste encore, est le musée d'Art moderne sur la rive nord de la Seine. La grande étendue face à l'Hôtel des Invalides fut aménagée en foire avec des aires de divertissement et des restaurants. Quant au Palais de la Découverte, introduction magique et instructive aux sciences et aux techniques modernes, il fut construit à l'intérieur même du Grand Palais.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1937 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité