Les pavillons étrangers

Brussels 1958 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6780
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les pavillons étrangers

Message par worldfairs » 16 févr. 2017 09:00 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

L'architecture des Pavillons des Nations était en premier lieu conçue comme enveloppe pour des expositions thématiques. Cependant, des formes audacieuses, qui, avec des toits suspendus à des constructions de soutènement, faisaient appel au principe de « l'architecture suspendue », devaient transmettre l'idée d'un nouveau langage spatial porteur d'avenir. Au lieu d'imposants péristyles ou d'édifices à coupoles représentant les apothéoses du progrès industriel ou d'espaces de domination impériaux, l'impression de la recherche d'une nouvelle liberté dominait dans les architectures du Parc d'Exposition.

Bien que Marcel von Goethem, l'architecte en chef de l'Exposition, accordât une liberté absolue aux participants étrangers dans la réalisation de leur participation, les projets de la plupart des architectes étaient dominés par des notions telles que vitesse, triomphe sur la pesanteur, rupture avec les traditions de styles, déconstruction, légèreté et transparence. Sans que se soit développé un « style international » avec un canon formel obligatoire, le principal principe de conception commun était le renoncement à l'unité statique entre les murs porteurs et les toits, et la concentration des forces sur un petit nombre de points statiques.

Avec son diamètre de 104 mètres, le Pavillon Américain d'Edward Stone était à l'époque la plus grande rotonde du monde. La construction présentait un toit oscillant suspendu de façon concentrique à des câbles d'acier. Cette structure réticulée restait transparente et possédait en son centre une ouverture circulaire, si bien que l'édifice haut de 26 mètres pouvait même abriter un bosquet du Parc Royal qui n'avait pas été rasé.

En face se trouvait l'imposant cube soviétique en verre et en acier qui trônait au-dessus d'escaliers largement en porte-à-faux. La base de la construction était constituée de piliers en acier espacés de 48 mètres auxquels étaient fixés à 20 mètres hauteur des fermes en aluminium par l'intermédiaire d'un système de haubanage symétrique. L'intérieur de ces bras transversaux portait le toit transparent légèrement incurvé, alors que la façade en aluminium et en verre était suspendue aux points extérieurs. Bien plus d'intérêt que la construction visible suscita l'exposition à l'intérieur du bâtiment, qui présentait entre autres les derniers résultats de la recherche spatiale. En particulier, les modèles originaux des satellites artificiels Spoutnik 1 et Spoutnik 2 devinrent l'une des principales attractions de l'Expo 58.

C'est précisément la comparaison entre les pavillons américain et soviétique qui symbolisait la conjoncture politique des années 50. Pour être conforme au thème humanitaire de l'Exposition, on renonça à dresser un bilan autocritique du passé et de la situation politique d'alors, ainsi qu'à la manifestation publique d'une attitude critique vis-à-vis du progrès technique. C'est pourquoi fut occulté le fait que ce dernier était essentiellement motivé par la course aux armements et, qu'à cette époque précisément, les relations entre l'Est et l'Ouest étaient déterminées par la discussion sur le stationnement d'armes nucléaires. Ainsi, les Américains exposèrent un réacteur nucléaire utile pour l'alimentation en courant de la population et célébrèrent leur système social en exposant des machines électriques pour compter les bulletins de vote et en présentant comme démocratique et libéral l'ensemble architectural circulaire porteur de symboles. En rivalisant avec cela, on transmettait du côté soviétique une propre modernité avec un langage architectural certes monumental, mais nouveau. À l'intérieur, des statues héroïques de travailleurs et des machines-outils, entre autres, renvoyaient aux bases de l'idéologie qui aurait conduit à l'apogée scientifique et culturelle de l'Est. À cet effet, la présentation ayant un fort impact sur le public des expériences spatiales couronnées de succès revêtit une importance particulière.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Bruxelles 1958 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité