L'atomium

Brussels 1958 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6431
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

L'atomium

Message par worldfairs » 14 févr. 2017 08:35 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

Comme symbole de l'ère atomique et de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire, André Waterkeyn, ingénieur et directeur de la société Fabri Métal, a conçu un édifice ayant la forme d'une molécule de fer à structure cristalline grossie 100 milliards de fois : l'Atomium. Cette idée fit d'un élément incroyablement petit un énorme pavillon praticable dont les sphères-atomes offraient de la place pour des expositions.

Autour d'un atome central se regroupent selon un cube huit autres atomes à deux étages, de 18 m de diamètre chacun et reliés entre eux par des tubes épais de 3,30 mètres et longs de 22 à 29 mètres et équipés d'escaliers roulants. Le plan initial prévoyait de n'ancrer dans les fondations la construction de 2400 tonnes qu'avec le tube central, mais, pour des raisons de sécurité, des supports disgracieux durent être montés sur trois sphères. Le tube central a un ascenseur qui hisse le visiteur en 25 secondes jusqu'au restaurant de la sphère supérieure, à 102 m, d'où l'on avait une vue d'ensemble sur l'Exposition. Alors que trois des sphères supérieures restèrent vides, la sphère de base et quatre autres atomes abritèrent principalement des contributions internationales sur le thème de l'application pacifique de la physique nucléaire. Les coûts de construction, estimés initialement à 28,17 millions de francs Français, s'élevèrent presque au double. Pour obtenir un effet visuel attrayant, les sphères furent revêtues d'un alliage d'aluminium réfléchissant. Alors que la lumière et une partie des alentours se reflétaient dans les sphères pendant la journée, l'effet de l'édifice se renforçait dans l'obscurité quand les orbites électroniques autour des atomes étaient matérialisées sous forme de guirlandes électriques mobiles.

Le grossissement fidèle d'une molécule de fer n'a pas seulement procuré un objet de prestige à l'industrie métallurgique belge, mais, par sa monumentalité, a montré de façon tapageuse au visiteur le rôle central de la recherche nucléaire. Cependant, on ne pouvait juger que sur les contributions à l'intérieur des sphères dans quelle mesure un signal en faveur de l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire a été lancé ici.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Bruxelles 1958 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité