Les principaux pavillons

Montreal 1967 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6496
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Les principaux pavillons

Message par worldfairs » 07 févr. 2017 08:36 am

Attention ce texte est susceptible de comporter des erreurs - Une revue sera faite prochainement

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

A l'origine, un petit groupe de membres du comité d'organisation s'était fixé le but ambitieux de supprimer les Pavillons des Nations. Ils ont alors conçu une structure complexe, un peu amorphe de pavillons thématiques dans lesquels les pays auraient pu, selon leurs besoins, se présenter avec leurs propres architectures et aussi avec des contributions aux expositions. Chaque bâtiment devait présenter les objets à exposer selon une continuité verticale ou horizontale. Si une société ou un pays avaient désiré présenter plus intensivement l'aspect particulier d'un thème, l'agrandissement du bâtiment avait été prévu. Malgré le soutien enthousiaste de quelques participants étrangers, cette conception avant-gardiste devait échouer face aux réalités politiques et économiques. De ce fait, le vieux mélange de Pavillons de Nations et de Pavillons de sociétés a été repris et complété par des expositions thématiques.

Les problèmes financiers rencontrés au cours de la préparation de l'Exposition ont provoqué la réduction à vue d’œil de la taille des pavillons prévus pour les expositions thématiques et un allègement des projets. Seules quelques nations présentaient encore des objets importants, comme la France, qui apportait sa contribution au complexe "L'homme et la Mer" avec les vestiges des recherches sous-marines du Commandant Yves Cousteau.

Les Pays-Bas exposaient une maquette du Zuiderzee, qui démontrait les progrès faits dans le domaine de la conquête de terres sur la mer. De grandes photos d'océans et de plongeurs dans un immense cylindre de verre faisaient comprendre aux visiteurs les dimensions des mondes sous-marins. Le problème de chaque exposition thématique est en fait de rassembler des objets, certes impressionnants mais aussi souvent éclectiques, ainsi que des fragments d'informations et de présenter le tout d'une manière graphiquement agréable, enrichissante et cohérente.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6496
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Les principaux pavillons

Message par worldfairs » 09 févr. 2017 12:59 pm

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

La critique de l'architecture d'Expo ´67 a été à l'époque bienveillante. Certes, il y a eu aussi à Montréal comme dans toutes les expositions universelles, les combines habituelles et les manœuvres de diversion des architectes qui voulaient offrir des impressions d'espace spectaculaires en dissimulant des constructions souvent très conventionnelles. Ainsi, vu de l'extérieur, le Pavillon français ressemblait-il à une spirale déformée, tendant à s'ouvrir, alors que l'intérieur offrait une très grande surface d'exposition autour d'une cage d'escalier haubanée et éclairée dans le haut par la lumière du jour, mais ce pavillon n'était en fait qu'une construction de béton ordinaire. De même, l'essai des Japonais d'imiter en béton et dans une taille démesurée des constructions traditionnelles et de les faire paraître aériennes par l'éclairage intérieur a été moyennement bien accueilli. Mais ce sont tout de même les constructions légères qui ont dominé l'architecture de l'Exposition.

Dans beaucoup de pavillons, l'emploi de structures qui pouvaient être facilement assemblées mais aussi démontées a mis en évidence le caractère temporaire d'Expo ´67 . Ce qui était très courant, c'étaient les treillis à trois dimensions, c'est-à-dire des constructions faites de poutrelles et de nœuds de raccordement, ne nécessitant que peu de points de support et présentant un haut degré de stabilité. La plupart du temps les toits et les murs de petites unités non soutenues ont été conçus de manière à pouvoir être assemblés dans la forme désirée. Le fait d'utiliser de nouveaux matériaux de construction a permis de recouvrir des ouvertures bien plus larges qu'auparavant. Il faut noter aussi que le groupe canadien Lacan a généreusement subventionné des bâtiments construits avec des structures et des plaques en aluminium. Cependant, la légèreté de ces formes faisait que la plupart du temps l'aspect extérieur du pavillon n'avait que bien peu de points communs avec son architecture intérieure et avec la présentation de son exposition.

A Montréal, la rivalité des nations est passée de la concurrence pour l'objet exposé le plus extraordinaire et le plus audacieux au concours de beauté pour le pavillon le plus excitant. Le pavillon italien et le pavillon soviétique ont rivalisé pour le prix du plus grand toit non soutenu ; Cuba et le Venezuela ont montré les caisses d'exposition les plus modestes ; le pavillon britannique a essayé de plaire avec son revêtement grossier de plaques d'amiante et une très haute tour couronnée de l'Union Jack en trois dimensions. Le Canada lui-même a eu besoin pour sa présentation de tout un complexe , flanqué de pavillons pour chacune des Provinces, le tout couronné par le "Katimavik" (en langue eskimo : lieu de rencontre), une pyramide posée en équilibre sur sa pointe et servant de plate-forme panoramique.

Le Pavillon de l'URSS, une construction claire dans le style des années cinquante a beaucoup impressionné. Ainsi, le grand toit de plus de 900 000 mètres carrés et composé de plaques d'aluminium reposait largement en porte à faux et incliné vers l'arrière sur deux supports monumentaux en forme de V. Là, on pouvait y suspendre une façade de verre avec de fins châssis en acier profilé. A l'intérieur, il y avait trois niveaux d'expositions reliés entre eux à la fois par des intersections, des ouvertures et des galeries, mais aussi par une perspective visuelle. Les trois niveaux facilitaient la présentation d'objets très divers, complétés à la fois par des maquettes d'après nature, des diagrammes mais aussi par des statistiques très instructives. Ce qui a surtout attiré le public, c'était le troisième niveau où l'Union soviétique présentait sa contribution à l'exploration de l'espace. La véritable capsule spatiale de Juri Gagarine, le premier homme a avoir fait le tour de la terre, était constamment assiégée. Le Pavillon a attiré 13 millions de visiteurs et a été l'une des plus grosses attractions d'Expo ´67.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Montréal 1967 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité