La genèse

Sevilla 1992 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6496
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

La genèse

Message par worldfairs » 17 janv. 2017 08:52 am

Texte extrait d’un CD de Expo 2000 Hannover – L’histoire des Expositions Universelles

C'est le 31 mai 1976, à l'occasion des 500 ans de la découverte de l'Amérique, que le Roi d'Espagne Juan Carlos 1er a présenté pour la première fois l'idée de monter dans son pays une exposition internationale latino-américaine. Six ans plus tard, le Bureau International des Expositions à Paris (B.I.E.) recevait par l'intermédiaire de l'Ambassadeur d'Espagne à Paris une lettre dans laquelle le gouvernement espagnol annonçait son intention d'organiser l'Exposition universelle de 1992 à Séville et de prendre pour thème "La naissance d'un nouveau monde". Christophe Colomb étant parti il y a exactement cinq cents ans de ce port fluvial, on pensait avoir trouvé en ce lieu, l'endroit idéal pour l'Exposition de 1992. On se référait à l'Exposition hispano-américaine de Séville de 1929 suivie la même année de l'Exposition universelle de Barcelone. Bien que s'étant tout d'abord heurté au scepticisme des Espagnols, le projet a été ensuite repris par les socialistes avec à leur tête Felipe Gonzales, Sévillan de naissance et qui en a fait là un des thèmes bienvenus de sa campagne électorale. L'Exposition universelle, symbole du progrès technique, devait d'une part présenter au monde entier une Espagne moderne et d'autre part revaloriser économiquement le sud de l'Espagne et le rattacher ainsi au nord. Consciente de son importance historique passée, Séville pouvait se présenter elle-même comme une métropole moderne.

Certes, les 700 000 habitants de la ville ne se sentaient pas à la hauteur d'un événement de cette ampleur. L'Exposition à cet endroit symbolique devait être à la fois l'occasion et la condition pour transformer Séville, c'est-à-dire pour reconstruire la vieille ville, agrandir la ville même et moderniser l'infrastructure.

Le point de départ de sa réflexion était l'eau, symbole du lien entre l'Espagne et le Nouveau Monde. Les pavillons étant disposés le long du Guadalquivir autour de trois lacs artificiels, il aurait fallu, à l'image de Venise, traverser l'eau pour accéder au parc d'Exposition. De cette manière, la construction d'un réseau routier coûteux et démesuré après l'Expo aurait pu être évité, l'espace avec les lacs pouvant être aménagé plus tard en un grand parc. Déjà pour l'Exposition, tout le site devait être boisé et arrosé par un système de conduites situées à 35 mètres de hauteur, abaissant ainsi la température ambiante. Ces deux projets comportaient des côtés quelque peu utopiques qui auraient fait exploser les coûts de l'Expo. Aussi, l'Espagnol Julio Cano Lasso n'a-t-il repris dans son plan général de 1987 que des éléments isolés des deux lauréats. Le parc prévu par Ambasz a été réduit au profit d'une répartition des bâtiments sur une plus grande surface. Le plan quadrillé de Ordoñez a été aéré et déplacé parallèlement au fleuve. Ainsi, ces nouvelles constructions, séparées de la vieille ville de Séville simplement par le fleuve, ressemblaient-elles plutôt à un agrandissement de la ville plutôt qu'à un vis-à-vis indépendant. Une voie transversale à l'ouest et un lac, le Lago de España, à l'est délimitaient le terrain. L'axe nord-sud se composait de toits couverts de plantes vertes grimpantes et de pergolas entretenus par un système d'arrosage sophistiqué, alors que l'est et l'ouest étaient reliés par cinq larges rues.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Séville 1992 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité