Promenade à travers le Palais d'exposition

London 1862 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Promenade à travers le Palais d'exposition

Message par worldfairs » 04 déc. 2016 06:03 pm

Comme très souvent les travaux de construction étaient loin d'être finis et les objets exposés loin d'être à leur place pour l'ouverture de l'exposition. Les commissaires royaux avaient d'abord donné carte blanche aux exposants mais quand la presse se plaignit en masse de l'architecture ornementale et des installations monstrueuses, ils durent considérer le coût d'un réaménagement.

Le mur que les français avaient érigé pour agrandir leur surface d'exposition et s'isoler de la nef, ne pouvait plus être détruit. Il devint alors le symbole des rivalités des pays industrialisés.

Les objets exposés ne permirent pas de système général de classification et même les épais catalogues n'étaient d'aucun secours car ils ne suivaient aucune logique et étaient gonflés de publicité.

Le bâtiment était divisé par nations : la partie ouest de la nef rassemblait des exposants de Belgique, Brésil, Danemark, Grèce, Hollande, Russie, Suède, Suisse et Turquie parmi lesquels s'intercalaient cependant constamment des présentations de bijoux et de sculptures.

Le transept occidental avait été prévu pour les exposants venant d'Autriche et d'Allemagne dont la plupart des états étaient regroupés dans l'union douanière.

Comme le département allemand disposait de peu d'argent pour arranger élégamment ses produits, il apparut pauvre à de nombreux critiques.
Les britanniques ne craignirent pas d'exposer les bijoux et oeuvres d'art qu'ils avaient ramenés du pillage de palais impériaux pendant la guerre contre la Chine de 1856 à 1858.

Conformément à leur rôle de fournisseurs en matières premières, on exposa dans le département des colonies majoritairement des produits agricoles mais aussi quelques oeuvres d'art.

Selon le modèle de l'Exposition universelle parisienne de 1855, une exposition d'art avait été ajoutée à l'exposition industrielle. Dans le bâtiment principal la galerie de peintures, comme la presse locale le soulignait si élogieusement, atteignait avec ses 350 mètres la longueur de la Grande Galerie du Louvre. Un système d'éclairage spécialement étudié assurait aux tableaux un éclairage sans reflets. Ces tableaux furent évidemment classés par école nationale afin de mettre en évidence, selon la volonté de la commission, l'apport de chaque nation « à l'évolution de l'art et à son état actuel ». Chaque nation pouvait ainsi choisir le père de ses traditions artistiques et démontrer son influence jusqu'à ce jour. Ce rôle revint pour les britanniques à William Hogarth, représenté par 33 peintures, ainsi qu'à Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough, suivis de Constable, Wilkie et les préraphaélites.

Les ailes latérales du bâtiment d'exposition offraient aux visiteurs un pur univers de machines. Les halls étaient des constructions légères en bois et en verre où on assembla des appareils pesant jusqu'à 35 tonnes alors qu'en 1851 aucune machine ne pesait plus de 9 tonnes. L'industrie de l'acier venait d'ailleurs de connaître une innovation importante. Depuis l'invention du procédé de Bessemer, qui permettait de produire de l'acier plus vite et en plus grande quantité, la qualité de production des chaudières à vapeur, des poutres de pont et des canons avait atteint un niveau supérieur. Le lancement de ce procédé breveté par Henry Bessemer fit beaucoup de bruit à l'Exposition universelle. Cependant Friedrich Krupp, en Esse n'avait pas été instruit de toute cette publicité et avait installé quelques semaines auparavant le premier fourneau Bessemer.

Tous les objets exposés devaient être estimés par des experts et dès le 11 juillet le jury royal avait fini son travail. On avait installé dans les jardins une tribune provisoire où Earl Granville reçut le jugement des 600 membres du jury et distribua les prix aux exposants. Le large public reçut les bénéfices de cette Exposition universelle : bientôt des inventions comme la machine à coudre ou la machine à laver mécanique firent leur entrée dans les foyers aisés.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Londres 1862 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité