Pavillon de la Presse

Paris 1937 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Pavillon de la Presse

Message par worldfairs » 14 déc. 2014 05:47 pm

Plan du rez-de-chaussée - Coupe sur la galerie et coupe transversale
Paris 1937 - Architecture, pavillons - Pavillon de la Presse - planpavillondelapresse.jpg
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6748
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Pavillon de la Presse

Message par worldfairs » 12 nov. 2017 11:57 am

Article repris de la revue "La construction moderne" du 17 octobre 1937

Paris 1937 - Architecture, pavillons - Pavillon de la Presse - Palais de la Presse - palaispresse.jpg
Palais de la Presse

Une des belles réussites de l’Exposition, tant au point de vue architectural qu’au point de vue documentaire !

Nous nous trouvons vraiment ici en face d’une réalisation effective du programme de l’Exposition 1937 : « Arts et Techniques », et non, comme il n’arrive que trop souvent, devant quelque stand hâtif d’une gigantesque foire commerciale : ici, se trouve présenté un échantillonnage des produits de telle ou telle branche d’une activité industrielle ou commerciale dans un cadre quelconque ; là, c’est, mis à la portée du grand public avec une parfaite clarté, la synthèse d’une des puissances les plus formidables : la Presse mondiale !

Ce splendide effort de vulgarisation n’a pu atteindre à cette qualité eue par l’adaptation exacte du cadre au programme.

Cependant, les architectes se trouvaient en présence d’une réelle difficulté : la proximité immédiate de la Tour Eiffel, dont les proportions formidables risquaient d’écraser le malheureux palais, si important fût-il, abrité sous son arche.

Viret et Marmorat ont su éviter cet écueil et conférer à leur composition une telle originalité qu’on en oublie, presque, l’inesthétique toile de fond.

On pourrait la supprimer, par un effort de volonté imaginative, n’était la hauteur du pylône central, très élégant en lui-même, et harmonieusement intégré à l’ensemble du pavillon, si, de quelque point qu’on le considère, il ne semblait couper l’arc : nous l’aurions peut-être, pour cette raison, préféré un peu moins élevé.

Qu’il nous soit permis, cependant, de regretter que cette intéressante réalisation n’ait pu jouir d’une situation plus privilégiée et se profiler sur le libre ciel où l’élégance de ses lignes, sobres, l’équilibre de ses masses, la logique et la clarté de sa composition décorative résolument moderne, mais d’un modernisme sans pauvreté et sans sécheresse, auraient été mis en pleine valeur.

Paris 1937 - Architecture, pavillons - Pavillon de la Presse - Palais de la Presse - palaispresse_1.jpg
Palais de la Presse

Tout au moins, les architectes ont-ils su composer leur palais, en tenant compte de cette sujétion exorbitante.

Les fondations sont en semelles de béton sauf sous les points très chargés à l’emplacement desquels ont été battus des pieux en bois jusqu’au bon sol.

L’ossature de la construction, qui couvre une surface de 4.800 m2 avec une façade de 124 m. de longueur, est en béton armé, à l’exception des passerelles qui sont en fer.

Les planchers sont constitués par des poutrelles en fer avec remplissages en corps creux.

Les murs sont de simples remplissages sur l’ossature métallique, parois intérieures en insonite, parois extérieures en plaques de fibro-ciment avec couvre-joints métalliques.

Elles sont recouvertes d’une couche de sable protectrice contre les dangers d’incendie que multiplient les fréquents feux d’artifices tirés de la Tour Eiffel.

La façade centrale, particulièrement intéressante, est constituée par des verres-dalles posées verticalement sur des lisses de béton armé, et donnant l'impression d’une grande verrière, très caractéristique.

Elle est coupée dans l’axe par un pylône de 32 mètres de hauteur, d’où se détache, à la partie inférieure, au niveau du linteau des portes, telle une proue de navire, un crieur de journaux symbolique sculpté par Georges Saupique ; cette figure de proue sert de support à l’immense mât du pavillon, de chaque côté, les piédroits de la grande baie d’entrée sont ornés d’intéressants bas-reliefs dus aux sculpteurs Cladel à droite et Cardronnet à gauche.

Outre la lumière provenant de la façade, l’éclairage diurne se fait tant par le plafond composé d’une verrière horizontale posée sur fer et entourée d’un caissonnage, que, sur tout le pourtour, par des vitraux formant frise et montrant de façon humoristique toutes les activités de la Presse.

Paris 1937 - Architecture, pavillons - Pavillon de la Presse - Palais de la Presse - Entrée de la Tour Eiffel - palaispresse_entreetoureiffel.jpg
Palais de la Presse - Entrée de la Tour Eiffel

Ces vitraux sont dus à Max Ingrand, ainsi que les 4 grandes compositions décorant les baies des escaliers latéraux.

Les marches de ces escaliers sont revêtues de caoutchouc collé sur ciment, et sont ainsi rendues silencieuses, souples et non glissantes.
Le sol du rez-de-chaussée est pavé de grandes dalles de Flammi-cérame, les 2 étages sont parquetés en hêtre à bâtons rompus.

La composition comporte un grand hall central autour duquel courent deux étages de galeries desservies par trois escaliers.

En outre, du 1er étage partent deux passerelles posées sur de légers points d’appui et aboutissant chacune à un escalier placé contre un pied de la Tour. Il en résulte que le Palais de la Presse donne l’impression d’avoir une grande longueur, 124 mètres de façade (voir photo d’ensemble), alors
qu’en réalité le développement de la façade du rez-de-chaussée et du 2e étage n’est que de 56 mètres.

La disposition intérieure est telle que le public, même nombreux, se trouve canalisé devant les différents stands sans qu’il y ait embouteillage.

Face à l’entrée, occupant le fond du hall sur la hauteur du rez-de-chaussée et du 1er, une immense planisphère expose de façon frappante par des signaux lumineux les progrès accomplis depuis 1900 dans la rapidité des transmissions des nouvelles photographiques dans le monde.

On a cherché à donner à cette exposition non seulement un intérêt historique concernant le développement de la presse à travers les âges, mais encore un intérêt archéologique en créant une rétrospective d’intérieurs intéressant les principaux précurseurs, savoir Jean de Gutenberg et Théophraste Renaudot.

Les architectes sont allés relever, à Mayence même, au musée Gutenberg, l’atelier du célèbre imprimeur, tel qu’il y a été fidèlement reconstitué
d'après (es documents les plus authentiques. Quant au matériel, presse, tables, etc., que nous avons sous les yeux, c’est celui du musée de Mayence, gracieusement prêté par son éminent directeur, le Docteur Von Ruppel, ainsi qu’un buste de Gutenberg, sans barbe, qui serait plus conforme à la tradition historique que les images barbues auxquelles nous sommes accoutumés.

Il est à noter d’ailleurs que Gutenberg n’a pas précisément inventé l’imprimerie, comme on le croit communément pour l’avoir lu dans tous les livres de classes pour enfants : avant lui on imprimait déjà avec des caractères mobiles de bois ou de métal qui s’usaient rapidement ; l’immense mérite de Gutenberg qui l’a fait passer à la postérité comme l’inventeur de l’imprimerie est d’avoir imaginé de fondre des caractères de métal dans des moules ou matrices, ce qui lui en permettait des reproductions indéfinies.

Quant à Théophraste Renaudot, fondateur de la « Gazette de France » en 1631, il doit à cette paternité du plus ancien journal français l’honneur d’être le parrain du Salon d’accueil du Palais de la Presse, où les hôtes sont reçus dans l’ambiance, reconstituée d’après des documents historiques, du cabinet de travail du père de la presse.

Toujours au rez-de-chaussée, les moyens modernes de transmission des nouvelles par l’image (appareil Belinographe), par la voix (car de radio-reportage) et par le journal imprimé (linotype) sont mis en action devant le public.

On a également reconstitué, en grandeur nature, avec des mannequins de cire, un aspect d’une des salles d’expédition des Messageries Hachette en plein travail.

Des vendeuses polyglottes assurent, au centre du hall, la vente d’un grand nombre des périodiques de tous les pays.

Le premier étage est consacré à la presse française qui y expose quotidiens et périodiques, spécialisés ou non, parmi lesquels on remarque en bonne place, à l’extrémité de la galerie côté Trocadéro, le panneau consacré à la présentation de « La Construction Moderne », et en représentant la conception toute moderne par l’exposition d’un certain nombre de ses plus récentes couvertures.

Au premier étage sont également aménagés des salons de lecture et un service de documentation de presse, et enfin, en plein centre, au-dessus de Centrée, la tribune des vedettes, où l’une d’elles passe chaque jour pour y subir le feu de l’interview.

Paris 1937 - Architecture, pavillons - Pavillon de la Presse - Palais de la Presse - Atelier Gutenberg - palaispresse_ateliergutenberg.jpg
Palais de la Presse - Atelier Gutenberg

Le deuxième étage présente la presse étrangère, où chaque pays civilisé a son stand. Quelques panneaux dioramas consacrés aux grands reportages et aux industries se rapportant à la presse y ajoutent une note pittoresque.

Viret et Marmorat ont su concevoir pour la Presse — ce qui n’est pas sans mérite ! — un cadre vraiment digne d’elle.
Paris 1937 - Architecture, pavillons - Pavillon de la Presse - Palais de la Presse - Bas reliefs et vitraux - palaispresse_vitrauxbasreliefs.jpg
Palais de la Presse - Bas reliefs et vitraux
Paris 1937 - Architecture, pavillons - Pavillon de la Presse - Palais de la Presse - Grand Hall - palaispresse_grandhall.jpg
Palais de la Presse - Grand Hall
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1937 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité