Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Paris 1937 - Remnants
Avatar du membre
Gaël
Messages : 969
Enregistré le : 22 août 2004 05:11 pm
Localisation : Ile-de-France
Contact :

Re: Vestiges de 1937 enterrés !

Message par Gaël » 17 avr. 2009 11:08 pm

:D

Ca y est, ca a commencé ! Voilà ce que l'on peut lire dans les dépéches de presse :

France: des statues soviétiques oubliées depuis la Deuxième guerre exhumées
17.04.09 - 19:14 De grandes sculptures, offertes à la France par l'URSS et brisées au début de la Deuxième guerre mondiale, ont été exhumées devant la presse, vendredi, des sous-sols du parc d'un château près de Paris où elles avaient été reléguées.
Têtes, membres, troncs, médaillons: un amoncellement de statues brisées, hautes de 2 ou 3 mètres, gît dans la profonde glacière du parc du château de Baillet-en-France.

Ces statues de Joseph Tchaïkov ornaient le pavillon soviétique de l'exposition des arts et techniques de la vie moderne à Paris, en 1937.

Offertes par l'URSS au syndicat d'obédience communiste CGT, elles avaient été placées dans le parc du château, qui accueillait un centre de vacances. Saisi en 1939, le parc est devenu un centre pour les mouvements pro-nazis et les sculptures ont été brisées puis reléguées dans la glacière.

Plusieurs archéologues de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) ont remonté vendredi des pièces à la surface à l'aide d'un treuil électrique.

La première pièce mise au jour devant les journalistes est un médaillon représentant une République soviétique. "C'est le Tadjikistan", indique l'archéologue François Gentili, qui a découvert par hasard en 2004 les statues.

"Sur le médaillon on voit le mont du Panir, une centrale électrique, des fleurs de coton, un bonhomme sur son tracteur, qui représentent le Tadjikistan", décrypte-t-il. On lit aussi "CSS Toçikiston" et, indique une journaliste d'une télévision russe venue couvrir l'événement, le slogan "prolétaires de tous les pays, unissez-vous", écrit en cyrillique et en latin.

Depuis le début des fouilles mardi, une centaine de pièces ont été entreposées sur une dalle en béton du parc.

Une partie des statues devrait être montrée lors d'une exposition en 2010 à Paris, dans le cadre de l'année franco-russe.

(Belga)

Depuis le début des fouilles mardi, une centaine de pièces ont été entreposées sur une dalle en béton du parc. On reconnaît un homme qui porte la chapka, une femme qui porte un foulard, une botte... "Cela a un côté cimetière de l'Union soviétique", s'amuse Paul Salmona, directeur du développement culturel de l'Inrap.
 Fouilles au fond de la glacière
Fouilles au fond de la glacière.AFP/PATRICK KOVARIK...

Deux stagiaires archéologues dépoussièrent les résidus au pinceau avant de les numéroter. "On donne un numéro à chaque fragment pour que le restaurateur sache où on a trouvé la pièce", explique Julie Marchand qui tient un "bout de socle" numéroté 48-15 dans la main.
 Les statues sont remontées à la surface
Les statues sont remontées à la surface.AFP/PATRICK KOVARIK...

Une bouteille de bière en verre orange, au bouchon scellé par du ciment, attire l'attention. A l'intérieur, on entrevoit un papier. "Je l'ai trouvé mardi en fouillant le sol. J'espère qu'elle va nous donner des précisions sur la chronologie des événements", dit en souriant François Gentili.

Une petite partie des statues devrait être montrée dans le cadre de l'exposition "Symphonies d'octobre, musique et pouvoir en Russie soviétique" organisée en octobre 2010, à la cité de la musique, dans le cadre de l'année franco-russe.

Ensuite, "la question de la préservation et de la représentation en musée de cette découverte n'est pas réglée", explique M. Salmona. Plusieurs musées franciliens sont intéressés, dont le musée d'art et d'histoire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), dit-il.

RTL Info. be

Liens vers des articles et documents :

http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spe ... 482751.php

http://jt.france3.fr/regions/popup.php? ... o_number=0

:wink:
Say Yes to the bid of Lille Expo 2020 ! Oui à l'exposition universelle !
http://expolille2020.unblog.fr/?p=4

Vestiges des Expositions Universelles
http://vestiges-expositions.fr.gd/VESTIGES-EXPOS.htm

Avatar du membre
lemog
Messages : 1496
Enregistré le : 20 déc. 2005 02:30 pm
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par lemog » 18 avr. 2009 12:15 am

Un évènement fort à n'en point douter !
ça fait presque vestiges d'une civilisation extra-terrestre... est-ce l' artdécommunisme... ? :mrgreen:

j'ai hâte de voir les morceaux "recollés"... j'aurais peut-être l'occasion de modéliser le pavillon soviétique un jour :lol: (je sais, je suis incorrigible ! )

Avatar du membre
Gaël
Messages : 969
Enregistré le : 22 août 2004 05:11 pm
Localisation : Ile-de-France
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par Gaël » 24 avr. 2009 12:44 am

:D

Lu sur le site officiel de l'INRAP datant du 17 avril 2009

La « résurrection » à Baillet-en-France des bas-reliefs du pavillon soviétique de 1937
En 2004, François Gentili, archéologue à l'Inrap et spécialiste de l'habitat seigneurial, explore les glacières du XVIIe siècle du château, aujourd'hui disparu, de Baillet-en-France. Au sein de l'une d'elles, il découvre un amoncellement impressionnant d'éléments sculptés en béton : grandes statues brisées (de 2,5 à 3 mètres de hauteur), têtes, membres, troncs, reliefs et médaillons. L'ensemble (marteau, faucille, tracteur…) semble appartenir à un monument de grandes dimensions, indiscutablement soviétique, et postérieur à 1936. Des recherches ultérieures confirmeront qu'ils appartiennent au seul exemple comparable bâti sur le territoire français : le pavillon soviétique de l'exposition internationale des Arts et Techniques de la Vie moderne, présentée au Trocadéro à Paris en 1937.

Le pavillon soviétique de l'exposition de 1937
Face au pavillon de l'Allemagne nazie de l'architecte Albert Speer, massif et coiffé d'un aigle, le pavillon soviétique, long de 160 m, est surmonté de L'Agriculture et l'Industrie, une gigantesque sculpture en acier de Véra Moukhina figurant un ouvrier et une kolkhozienne brandissant faucille et marteau. A leurs pieds, les allégories des onze républiques soviétiques ornent deux massifs latéraux. Œuvres de Joseph Tchaïkov, ce sont ces reliefs, représentant fileuses, tankistes, musiciens, enfant… que l'on redécouvre à Baillet-en-France en 2004.
En effet, alors que L'Agriculture et l'Industrie rejoignent Moscou, les reliefs de Tchaïkov sont offerts par l'URSS à la Confédération générale du travail. En plein Front populaire, les sculptures sont accueillies par l'Union fraternelle de la Métallurgie dans le parc du château de Baillet-en-France, acquis en 1937 par le syndicat pour devenir un lieu de vacances fréquenté par les métallos lors des premiers congés payés.
Saisi en 1939, après l'interdiction du PCF et de la CGT, le château devient en novembre 1940 un centre des jeunesses pétainistes, après avoir servi de camp d'internement pour prisonniers politiques. Au printemps 1941, les sculptures y sont détruites. À la Libération, un temps exposées au sol, elles sont reléguées et oubliées dans une glacière… jusqu'à ce que l'archéologie permette aujourd'hui de les redécouvrir.


L'archéologie des temps contemporains
L'intérêt scientifique et patrimonial de cet ensemble a suscité son exhumation. Témoin de l'art réaliste socialiste, trophée offert à la France du front Populaire et brisé par Vichy, cette statuaire, désormais propriété de la commune de Baillet-en-France, devrait être exposée aux côtés de L'Agriculture et l'Industrie, prêtée par la Russie, dans l'exposition « Symphonies d'Octobre - Musique et pouvoir en Russie soviétique (1917-1953) » organisée en octobre 2010 par la Cité de la Musique dans le cadre de l'année France-Russie.
Par ailleurs, à l'occasion de la fouille, Jean-Paul Fargier réalise actuellement un documentaire de 52 mn produit par Zadig productions, sur l'épopée du monument soviétique.
Cette exhumation s'inscrit dans un travail de réexamen de l'art soviétique des années 1930, trop hâtivement réduit au seul statut d'outil de la propagande stalinienne, et de redécouvrir un artiste que son œuvre « officielle » avait conduit à oublier. Cette découverte pose aussi la question de la préservation et de la présentation des ces ensembles, dans les pays de l'ancien bloc soviétique comme en France.


Le sculpteur Joseph Tchaïkov
Joseph Tchaïkov (Kiev, 1888 - Moscou, 1986) appartient à la génération d'artistes issue du monde juif traditionnel d'Ukraine. Avec d'autres comme El Lissistsky, il va créer une expression artistique originale à la faveur de l'effervescence révolutionnaire. Il évoluera ensuite d'un constructivisme militant vers le réalisme socialiste.
Formé par son grand-père au métier de scribe, il opte dans un premier temps pour la gravure. En 1910, il part à Paris, sous l'égide de Naoum Aronson, étudier la sculpture, et fonde à la Ruche, avec des artistes d'Europe orientale, la première revue d'expression artistique juive Makhmadim (les précieux). Il retourne en Russie en 1914. Après la révolution d'Octobre, il va progressivement mettre en place sa vision d'un homme nouveau qui échappe au monde du passé. En 1921, dans le texte Sculpture, rejetant toute référence ethnographique ou primitiviste, il expose sa théorie d'une forme plastique nouvelle. Il enseigne aux Vkhoutemas (Ateliers supérieurs d'art et de technique) aux côtés d'artistes comme Vladimir Tatline ou Alexandre Rodtchenko et dessine, en 1927, un projet pour la Tour du dixième anniversaire de la révolution d'Octobre, qui témoigne clairement de ses expérimentations constructivistes.
Dans les années 1930, il devient l'une des figures du réalisme dans la sculpture soviétique, connu essentiellement pour ses représentations d'athlètes et participe à toutes les expositions d'art soviétique en URSS et à l'étranger.


http://inrap.fr/archeologie-preventive/ ... relief.htm
Say Yes to the bid of Lille Expo 2020 ! Oui à l'exposition universelle !
http://expolille2020.unblog.fr/?p=4

Vestiges des Expositions Universelles
http://vestiges-expositions.fr.gd/VESTIGES-EXPOS.htm

Avatar du membre
Gaël
Messages : 969
Enregistré le : 22 août 2004 05:11 pm
Localisation : Ile-de-France
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par Gaël » 24 avr. 2009 01:43 pm

:D
INDIANA JONES AU PAYS DES SOVIETS !
De retour d'expédition... dans le Val d'Oise dans cette pittoresque cité fleurie de Baillet en France. Les fouilles archéologiques ont lieu dans l'enceinte de l'ancien parc de Baillet dont il s'avére finalement qu'il a été détruit en 1980 (!) après avoir donc été propriété de la CGT métallurgie depuis 1938 jusqu'au début des années 1970 avec cette fameuse coupure de l'occupation et de la collaboration zelée de Pétain. Ainsi, les jeunesses Pétainistes occupe (c'est le cas de le dire) les lieux entre 1940 et 1944.

Après l'exposition internationale de 1937, la CGT méllalurgie installe les blocs décoratifs provenant de l'ancien pavillon de l'URSS dans le parc entre le chateau et une piscine extérieure trés proche de la facade du chateau. Ces blocs représentent les républiques de l'union soviètique de 1937 ainsi que des allégories des arts, industries etc...

En 1940, la France perd la guerre. Le parc change donc singulièrement de destination et les statues deviennent rapidement anachroniques particulièrement lorsque la guerre est déclarée entre l'URSS et l'Allemagne. Sur ordre des autorités collaborationnistes, les statues sont donc détruites à coup de masses et remisées dans un endroit indéterminé (pour l'instant). Après la libération de la France, le chateau de Baillet redevient propriété de la CGT. Une photo d'époque montre les statues fracassées étalées au sol dans le parc avec un panneau indiquant qu'elles ont été victimes du nazisme.

Qu'advient il alors : mystère.
-Soit les métallos propriétaires des lieux ont renoncé à reconstitué ce vaste Puzzle et ont remisé les blocs monumentaux dans la glacière voisine.
-Soit ils ont décidé de les sauver en attendant de les remettre en état plus tard et les ont "oubliés" dans la glacière.

Une chose est certaine : les statues n'ont été redécouvertes que fortuitement par les chercheurs de l'INRAP appelés dans le parc de l'ancien chateau de Baillet pour un diagnostic archéologique avant contruction de lotissement. Dans une glacière bouchée par une porte de ciment, François Gentili (responsable des fouilles pour l'INRAP), a eu la surprise de découvrir en 2004 des têtes, des membres et des icones des anciennes républiques de l'union soviètique. Rares étaient les statues soviètiques qui aient été édifiées en France et la conclusion vint rapidement que ces blocs énormes provenaient en fait du pavillon d'URSS de l'expo de 1937. Les statues étaient donc les vestiges des blocs décoratifs créés par Joseph Tchaïkov pour le grand pavillon de l'URSS conçu par Boris Jofan et couronné par le fameux groupe de l'Ouvrier et la Kholkozienne de Vera Moukhina (aujourd'hui à Moscou).

Autant dire que, après la chute de l'URSS en 1991 et le démantelement de l'union soviètique, ces éléments sont de véritables monuments historiques et -en tout cas- l'objet de grande curiosité.

Après de discrêtes annonces médiatiques en 2004 puis en 2008, l'INRAP obtient un créneau pour sortir les tonnes de morceaux de statues de cette glacière dans laquelle elles sont tenues prisonnières depuis plus de 60 ans.

Quelques questions demeurent malgré la sortie de ces blocs de leur oubli :
- Où ont ils été remisés après leur "brisage" sur ordre des collabos ?
- Pourquoi la CGT métallos les ont ils remisés sans tenter de les reconstituer après la guerre?
- Pourquoi les statues retrouvées correspondent elles aux deux blocs présents devant le pavillon d'URSS en 1937 alors qu'il semble qu'un seul ait été réédifié devant le chateau de Baillet (où était donc caché le second bloc dans le parc de Baillet ?) ?
- Pourquoi les statues ont elles perdu leur teinture plus sombre qui est visible sur certains clichés pris au chateau de Baillet après leur réédification ?
- Quel sera leur avenir après la présentation de certaines statues à La Villette en 2010 ?

Pour nous, "fans" des expos et connaisseurs de cette exposition de 1937 qui fut la dernière de cette ampleur en France, cette redécouverte est un événement majeur : en effet, il y a 5 ans, l'on ne pouvait imaginer que des vestiges aussi importants du pavillon le plus emblématique de l'expo de 1937 ressurgirait ainsi après 70 ans ! On croyait que tous les vestiges étaient connu, ce n'était pas le cas. On croyait ces blocs perdus, ils ont survécu malgré les aléas de l'histoire dont ils témoignent en partie de la confrontation fameuse entre URSS / Allemagne nazie illustrée sur la colline de Chaillot en 1937 puis reproduite dans le parc de Baillet en 1941 !

Merci à François Gentili et aux employés et volontaires de l'INRAP pour nous avoir accueilli ce jeudi 23 avril 2009 pour assister à la résurgence de ces traces du passé. Nous étions quatre : moi même Gaël Limpalaër (photographe du dimanche et amateur de vestiges d'expos), Sylvain Ageorges (photographe et auteur du livre sur les traces des expositions universelles), Lemog (concepteur de l'exposition de 1855 et 1900 en 3D) et Pascal Pivard (auteur d'un beau livre sur l'exposition de 1937 par les cartes postales).


Petite visite photo :

 Equipe de l INRAP devant les blocs URSS

 Glacière avec blocs de l URSS

 François Gentili responsable des fouilles

 Stockage temporaire URSS

 violoniste URSS 1937

 Statue soviétique stockée après sa sortie

De bien belles découvertes !

Gaël Limpalaër
Say Yes to the bid of Lille Expo 2020 ! Oui à l'exposition universelle !
http://expolille2020.unblog.fr/?p=4

Vestiges des Expositions Universelles
http://vestiges-expositions.fr.gd/VESTIGES-EXPOS.htm

Avatar du membre
Pascal-80
Messages : 3
Enregistré le : 22 avr. 2009 02:09 pm
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par Pascal-80 » 24 avr. 2009 09:24 pm

Ils ont vu la Vierge! (private joke, désolé...)

Cette journée venant juste d'être joliment résumée par Gaël, j'aimerai juste apporter mon témoignage et mon ressenti au lendemain de cette aventure...

En plus de toute la jubilation réelle d'avoir été là, d'avoir vu, touché, et presque bavé sur ces découvertes fracassantes et fracassées que sont ces vestiges de l'Expo.37, c'est véritablement la reconnaissance d'avoir pu coiffer, l'espace de quelques instants les casques de l'INRAP, et d'avoir pu descendre dans cette glacière pour - tout simplement - "vivre ça".
Merci M. Gentili. Merci de votre confiance, de votre accueil, de votre découverte, de votre enthousiasme.
Merci aux autre larrons d'avoir été là : il n'est pas donné tous les jours de faire des rencontres si sympathiques dans un cadre si agréable lors d'un évènement si particulier.

Pascal PIVARD
"L'Exposition sera grande, et il faut aider à sa propagande..."

Avatar du membre
lemog
Messages : 1496
Enregistré le : 20 déc. 2005 02:30 pm
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par lemog » 24 avr. 2009 11:57 pm

Oui... parfait, beau résumé Pascal... un souvenir puissant... ensemble, embarqué cette aventure "historique"...

...des histoires plein la tête, des questionnements aussi, le débuts de nouvelles "quêtes" (très à propos... :mrgreen: )

Vivement le grand déballage !
en attendant la suite, je demanderais juste à Gaël s'il est ok pour diffuser ici la fameuse photo "témoin"... comme quoi nous y étions :D

(histoire de rendre jaloux Philippe... :twisted: )

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6322
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par worldfairs » 25 avr. 2009 12:17 am

Ne t'inquiète pas Laurent, Gaël m'a déjà envoyé cette superbe photo.

C'est vrai je suis jaloux. Mais j'espère bien que je ferai parti de la prochaine aventure. :cry:
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
Gaël
Messages : 969
Enregistré le : 22 août 2004 05:11 pm
Localisation : Ile-de-France
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par Gaël » 27 avr. 2009 11:35 pm

:)
L'article paru dans le journal " Libération " du 27 avril 2009 traite également de la découverte de ces statues avec une vision un peu diffèrente de la senpiternelle reprise de la dépéche AFP d'il y a deux semaines :

Dégel soviétique dans le Val-d’Oise

Découvertes dans un puits à glaces du château de Baillet-en-France, des dizaines de sculptures qui ornaient le pavillon de l’URSS lors de l’Exposition universelle de 1937 ont été ramenées à la surface par des archéologues.
Envoyé spécial JEAN-DOMINIQUE MERCHET

Au printemps 2004, un homme se glisse en rampant dans une glacière. «D’abord, par prudence, j’ai regardé la voûte pour constater qu’elle était en bon état. Le puits semblait rempli de gravats. Quand j’ai éclairé avec ma lampe torche, j’ai vu un visage. C’était saisissant, fantomatique. Je me suis rendu compte que je marchais sur les épaules d’une femme bien en chair. J’ai d’abord cru à un dépôt de sculptures religieuses de style sulpicien, puis j’ai vu un marteau et une faucille ! Là, j’ai tout de suite compris.» L’homme fait quelques photos avant de ressortir. Le soir même, il monte au grenier de la maison de ses parents et retrouve une collection de l’Illustration d’avant-guerre. Sa mémoire ne l’a pas trompé. Il s’agit bien de vestiges de l’Exposition universelle de 1937 ; des sculptures soviétiques ornant le pavillon de l’URSS, offertes ensuite par Staline aux communistes français. «Il n’y avait pas d’autres possibilités», assure leur découvreur.

L’homme n’a pas pénétré dans la glacière par effraction. Archéologue, François Gentili travaille pour l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap). C’est un spécialiste du Moyen-Age, mais le hasard va le conduire sur les traces de son histoire familiale. Petit-fils d’un immigré italien antifasciste, il appartient par toutes ses fibres à la culture ouvrière et communiste de la banlieue rouge. Le parc où l’administration l’a appelé à faire son métier d’archéologue préventif, il le connaît bien. C’est celui du château de Baillet-en-France, dans le Val-d’Oise. «Toute ma famille, sauf moi, est venue y camper», raconte-t-il.

Grâce au Front populaire, ce château du XVIIe siècle a été acquis en 1937 par l’union syndicale CGT des métallurgistes de la région parisienne. Avec la Maison des métallos et la clinique des Bluets, à Paris, c’est un des hauts lieux de l’histoire sociale. Des dizaines de milliers d’ouvriers viendront y passer quelques jours, profitant de l’étang pour s’y baigner, assistant à des spectacles, cassant la croûte dans la forêt. «Le concept de week-end a été inventé à Baillet», raconte un ancien syndicaliste. Tout y est encadré par les communistes de la CGT et les ouvriers qui sortent de la gare chantent, sur l’air de la revanche sociale : «Encore un château d’acheté, voilà le métallo qui passe…»

Du château, il ne reste rien, aujourd’hui. Il a été rasé au début des années 80 et l’étang comblé. La municipalité a racheté le parc à une mutuelle d’assurances. Seules subsistent, au milieu des bois, deux glacières. Ce sont des constructions semi-enterrées, ressemblant à un tumulus, que l’on trouve généralement dans les parcs des châteaux. Avant l’invention des techniques du froid, ces «puits à glace» servaient à conserver durant de longs mois l’eau gelée ramassée l’hiver sur les étangs. De là à y découvrir des statues soviétiques…

Olga, Svetlana, Timur … hauts de près de 2,5 mètres

Cinq ans après leur découverte, une dizaine d’étudiants en archéologie consacrent bénévolement leurs vacances de Pâques à les sortir de la glacière, morceaux par morceaux. On descend dans le puits par une échelle. Les travaux se terminent. Au sol, on aperçoit une tête de cheval et son cavalier coiffé d’un bonnet, c’est «le Géorgien». «Attention, ne marchez pas sur la Pionnière !» On l’évite de peu alors qu’on recherche toujours les armoiries de la république soviétique d’Arménie. «J’ai un bout du mont Ararat qui dépasse…» Vérification faite, c’est le Pamir, et donc plutôt le Tadjikistan. Chaque pièce est soigneusement numérotée et enregistrée. «Nous sortons une douzaine de palettes par jour», expliquent Julie et Marie-Caroline, qui ont déjà quatorze pages d’inventaires. Chaque personnage, haut de près de 2,5 mètres, est baptisé d’un prénom russe ou d’Asie centrale : Olga, Svetlana, Timur. «On vient de récupérer la partie basse de la petite fille», se réjouit un garçon. «C’est Katarina, commente Julie. Plus poétique que la pièce 102», le chiffre qu’elle inscrit sur un sac en plastique après avoir pris une photo.

Grâce à la température constante dans la glacière (environ 12°C), les statues en béton armé se sont bien conservées. «En général, le fer rouille et, en gonflant, il fait exploser le béton», racontent deux étudiants. On n’observe quasiment pas de trace de vandalisme : les visages sont presque intacts, le violoniste a toujours son violon et l’Ouzbek sa coiffe. Ces géants ont été méthodiquement cassés, sans acharnement. Il faut reconstituer leur histoire, dont quelques pans restent obscurs.

Ce que l’archéologue François Gentili a découvert au fond de la glacière, ce sont les bas et hauts-reliefs qui ornaient les deux massifs du propylée du pavillon soviétique de l’Exposition universelle de 1937 à Paris. Ces sculptures sont l’œuvre de Joseph Tchaikov, un artiste juif ukrainien qui étudia à Paris avant la Première Guerre mondiale. Au lendemain de la Révolution russe, il tente de conjuguer la tradition juive et l’art d’avant-garde, mais devra rapidement se plier aux canons «social-réalistes». Il est mort, presque centenaire, en 1986.

Ces massifs, longs de plus de vingt mètres et hauts d’environ quatre, étaient décorés sur leurs quatre faces par des sculptures de pur goût stalinien. On ne parle pas encore à l’époque de «réalisme socialiste», mais cela y ressemble. Chacune des onze républiques soviétiques y est figurée, ainsi que des personnages symbolisant la construction du communisme. Ce pavillon soviétique était installé au pied du Trocadéro, devant le pont d’Iéna. Il faisait face au pavillon de l’Allemagne nazie, construit par Albert Speer dans un style assez proche. Le commissaire de l’exposition avait voulu mettre en scène l’affrontement des deux puissances totalitaires. Le pavillon de l’URSS était surmonté de deux statues d’acier de 25 mètres de haut représentant «l’ouvrier et la kolkhozienne». Après l’exposition, elles ont été rapatriées en URSS où elles seront utilisées pendant des décennies au générique des films soviétiques, à la manière du lion de la Metro Goldwin Mayer.

Les massifs, eux, étaient restés en France, mais leur souvenir s’était perdu. Pour quelles raisons Staline les donna-t-il à ses camarades français ? On l’ignore. Peut-être pour remercier les ouvriers parisiens d’avoir construit le pavillon sans jamais se mettre en grève alors que le reste du chantier de l’Expo était retardé par des mouvements sociaux. Après la fermeture de l’exposition, les massifs furent donc offerts au syndicat des métallos parisiens qui en installa un sur le parvis du château de Baillet, qu’il venait d’acquérir. On possède quelques photos d’époque, mais la suite reste incertaine, faute d’archives.

En 1939, à la suite du Pacte germano-soviétique, le gouvernement Daladier réquisitionne le château et le transforme en centre d’internement administratif pour des militants communistes. Environ 280 y auraient été détenus, dont certains s’évaderont apparemment sans trop de difficultés.

Pétainistes et boîtes de thon

Durant l’Occupation, le château est confié à des mouvements pétainistes. Ce sont eux qui brisent ces représentations du communisme honni. On n’en sait pas plus. Une photo prise à la Libération montre les sculptures brisées, victimes du «fascisme». La CGT récupère le château, qu’elle conservera jusqu’en 1972. Les massifs ne sont pas restaurés mais entreposés dans la glacière, peut-être dans les années 60, pense aujourd’hui François Gentili.

Dans les déblais, les étudiants ont découvert des boîtes de thon et des sachets de Tang, une boisson aromatisée, qui devraient permettre de dater l’époque des travaux. Des «éléments dateurs» qui font sourire les jeunes archéologues, plus habitués à travailler sur des chantiers médiévaux où le Tang est rare. Parmi les objets trouvés, une étonnante bouteille de bière scellée au ciment et qui contient visiblement des feuilles de papier. Elle n’a pas encore été ouverte. François Gentili espère y découvrir l’une des clés de l’histoire de ces massifs, comme une bouteille jetée à la mer à destination des futurs découvreurs d’un trésor.

Que vont devenir ces sculptures, tout juste sorties de leur cachette, cinq ans après leur découverte ? Pour l’heure, elles sont entreposées au centre archéologique de Saint-Ouen-l’Aumône. Une partie d’entre d’elles seront exposées en 2010 à la Cité de la musique, à Paris, dans le cadre d’une rétrospective soviétique, «Symphonie d’Octobre». A Moscou, il était prévu de reconstruire à l’identique le pavillon de 1937, à l’intérieur du Parc des expositions, le VDNKh. Mais le déclenchement de la crise financière a remis en question le projet. La suite n’est plus du ressort des archéologues…
Say Yes to the bid of Lille Expo 2020 ! Oui à l'exposition universelle !
http://expolille2020.unblog.fr/?p=4

Vestiges des Expositions Universelles
http://vestiges-expositions.fr.gd/VESTIGES-EXPOS.htm

Avatar du membre
Gaël
Messages : 969
Enregistré le : 22 août 2004 05:11 pm
Localisation : Ile-de-France
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par Gaël » 28 avr. 2009 09:26 pm

:D

François Gentili version Arabique... Il fallait le trouver, Youtube l'a fait :

http://www.youtube.com/watch?v=YuVymuPaoZk

Sinon France 2 au journal national de 13 h 00 ce mardi 28 avril 2009 a parlé de ces fouilles (c'est à la 33eme minute). Attention, voyez le rapidement car ce type de document est vite remplacé dans les jours qui suivent :

http://jt.france2.fr/13h/

:D
Say Yes to the bid of Lille Expo 2020 ! Oui à l'exposition universelle !
http://expolille2020.unblog.fr/?p=4

Vestiges des Expositions Universelles
http://vestiges-expositions.fr.gd/VESTIGES-EXPOS.htm

Avatar du membre
Gaël
Messages : 969
Enregistré le : 22 août 2004 05:11 pm
Localisation : Ile-de-France
Contact :

Re: Vestiges du pavillon URSS de 1937 retrouvés !

Message par Gaël » 01 oct. 2009 08:43 pm

Une petite image marrante du bloc soviétique en 1937 histoire de se le rappeler à notre bon souvenir...

 Une petite image marrante du bloc soviétique en 1937

En espérant qu'il n'apparait pas déjà sur le forum quelque part ?
Say Yes to the bid of Lille Expo 2020 ! Oui à l'exposition universelle !
http://expolille2020.unblog.fr/?p=4

Vestiges des Expositions Universelles
http://vestiges-expositions.fr.gd/VESTIGES-EXPOS.htm

Répondre

Retourner vers « Paris 1937 - Vestiges »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité