La génese de l'Exposition Universelle et de la Tour Eiffel

Paris 1889 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: La génese de l'Exposition Universelle et de la Tour Eiffel

Message par worldfairs » 01 juin 2019 12:29 pm

Texte et illustrations de "La construction moderne - 20 avril 1889"

PLACEMENT DES OUVRAGES

J’ai l’honneur de vous transmettre, ci-joint la réponse que M. le ministre du commerce et de l’industrie a faite à la lettre que le Comité de l’association des architectes diplômés par le gouvernement lui avait adressée et que vous avez bien voulu insérer dans le numéro du 6 avril de votre journal.

Recevez, Monsieur le directeur, l’expression de nos meilleurs sentiments.
Pour le Comité : Le secrétaire, Davoust.
Commissariat spécial des Beaux-Arts.
Monsieur le Président,
M. le Ministre du Commerce et de l'Industrie a bien voulu me transmettre en communication la lettre, en date du 4 avril, par laquelle vous demandez que le jury d’architecture soit maintenu en permanence afin qu’il puisse intervenir au placement des ouvrages.

J’ai l’honneur de vous informer que l’administration pourvoira, comme d’usage, au placement des œuvres de la section d’architecture et veillera à ce qu’il se tasse de manière à satisfaire, dans la mesure du possible, les intérêts engagés. Si des difficultés, d’ailleurs imprévues venaient à se produire, M. le président du jury serait consulté et les mesures nécessaires arrêtées de concert avec lui.

Veuillez agréer, Monsieur le président, l’assurance de ma considération la plus distinguée.

Le député, commissaire spécial des Beaux-Arts, Anton in Proust.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: La génese de l'Exposition Universelle et de la Tour Eiffel

Message par worldfairs » 02 juin 2019 09:25 pm

Texte et illustrations de "La construction moderne - 11 mai 1889"

LE PLACEMENT DES OUVRAGES A L’EXPOSITION UNIVERSELLE

Monsieur le Directeur,

Jamais réclamation ne fut plus opportune que celle présentée à M. le ministre du commerce et de l’industrie par l’Association des architectes diplômés, au sujet du placement des ouvrages d’architecture à l’Exposition universelle, réclamation que vous avez publiée dans un précédent numéro.

Il était à craindre en effet que l’administration ne possédât pas la compétence nécessaire pour mener à bien ce travail qui exige des connaissances techniques ; cette crainte était fondée, car le placement, tel qu’il est effectué au palais des Beaux-Arts, est absolument déplorable.

Ignorant totalement la valeur relative des dessins, au point de vue de l’expression de l’œuvre, les placeurs officiels ont mis sous les yeux du public les documents accessoires, tandis que des dessins essentiels ont été relégués à des hauteurs vertigineuses.

Si ce n’était que cela encore ! Mais souvent les dessins d’une même œuvre ont été dispersés et séparés les uns des autres par ceux d'un autre envoi.
Les peintres, paraît-il, sont cependant assez satisfaits. Cela n’est pas surprenant. D’abord le classement des tableaux a été opéré par les soins du célèbre placeur habituel des peintures au Salon, M. Prétet, qui connait les exigences des artistes et qui, en fin de compte, ne pouvait guère se tromper, puisqu’il n’y a qu’un seul tableau par sujet.

De plus on a même, pour les peintres en renom, opéré d’une façon ultra délicate, en groupant sur un même panneau toutes les œuvres d’un même artiste; attention qui, en somme, n’était pas nécessaire.

Chez nous, architectes, où le groupement des châssis ou cadres, appartenant à une même œuvre, était indispensable, on a fait précisément le contraire.

Mais que faire, hélas! contre l’omnipotence du député, commissaire général des Beaux-Arts, M. Antonin Proust, dont les connaissances sont aussi universelles que l’Exposition elle-même?

N’a-t-il pas la science et l’art infus? Et ne doit-il pas s’écrier en ce moment, en présence des réclamations qui doivent affluer de tontes parts : «Mon Dieu, que ces architectes sont donc difficiles à contenter! »

Veuillez agréer, etc.

Un architecte exposant à l'Exposition universelle.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: La génese de l'Exposition Universelle et de la Tour Eiffel

Message par worldfairs » 03 juin 2019 10:25 pm

Texte et illustrations de "La construction moderne - 25 mai 1889"

A PROPOS DE LA TOUR EIFFEL

La tour Eiffel semble vraiment avoir le privilège de mettre les cerveaux en ébullition. N’avait-on pas cru jadis, quand elle n’était qu’en projet, pouvoir éclairer tout Paris au moyen d’un phare monstre installé à son sommet? On avait également songé, à cette même époque, à y créer un observatoire où les observations astronomiques eussent été plus faciles que dans le vieil observatoire de l’extrémité du Luxembourg. Plus tard, on voulait en faire un lieu de villégiature où les phtisiques à des degrés divers trouveraient à des hauteurs diverses sur la tour, l’air plus on moins vif qui conviendrait à l’état actuel de leurs poumons. Un autre, qui ne doit sans doute pas être bien sûr encore que la terre tourne, avait eu l’idée de creuser entre les pieds de la tour un puits de 300 mètres de profondeur, afin de pouvoir renouveler l’expérience de Foucault avec un pendule de 600 mètres de longueur. Voici maintenant, si nous en croyons un journal politique du matin, un habitant de Bar-sur-Aube, ville située à « 160 kilomètres de la tour à vol d’oiseau », qui, « en prenant certaines précautions », aurait vu le phare lumineux de cette tour, « en se plaçant au sommet d’une colline de 250 mètres au-dessus du niveau de la mer et en s’orientant à l’aide d’une boussole ».

Il me paraît inutile de démontrer l’impossibilité ou l’inanité des projets que la construction de la tour avait fait surgir, et dont on ne parle plus aujourd’hui, le bon sens en ayant fait justice. Je voudrais seulement détromper l’habitant de Bar-sur-Aube, qui a certainement pris une vessie pour la lanterne... de la tour, car un calcul bien simple suffit à montrer que monté lui-même sur une tour de 300 mètres, il ne pourrait apercevoir le phare Eiffel, avec la meilleure lunette du monde.

En appelant x la distance à laquelle le sommet de la tour peut être aperçu, on sait que l’on a :
x2 = (2 R + h) h
R étant le rayon terrestre, et h la hauteur de la tour au-dessus du niveau de la mer.

En supposant cette hauteur de 333 mètres, on trouve, tous calculs faits, x = 65 kilomètres
Si l'habitant de Bar-sur-Aube était monté sur une tour de la même hauteur de 333 mètres, la distance à laquelle porterait sa vue serait aussi de 65 kilomètres, de sorte qu’il pourrait voir la tour Eiffel si elle se trouvait seulement à la distance de 65 + 65 = 130 kilomètres. Or la distance en question est de 160 kilomètres : Donc...

La tour étant élevée en mer, on l’apercevrait jusqu’à la distance de 65 kilomètres. Comme nous sommes sur terre et que la hauteur, au-dessus de la mer, de la région avoisinant Paris est variable, on peut admettre que 100 kilomètres est la distance extrême à laquelle le sommet de la tour Eiffel peut être visible.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 6786
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: La génese de l'Exposition Universelle et de la Tour Eiffel

Message par worldfairs » 05 juin 2019 07:12 pm

Texte et illustrations de "La construction moderne - 1 juin 1889"

SECTION D’ARCUITECTURE.

Le jury d’admission de la section d’architecture à l’Exposition universelle s’est réuni le 24 mai dernier sous la présidence de M. Bailly dans la galerie Rapp.

A la suite d’une visite faite dans les galeries du premier étage, où se trouvaient réunis les châssis, le jury à qui l’on avait refusé le placement des ouvrages, a constaté que l’emplacement était insuffisant pour exposer convenablement les dessins et qu’on ne pouvait ouvrir l’accès au public avant qu’un remaniement n’ait été opéré.

Le jury s’est donc adressé à M. Antonin Proust, commissaire spécial des Beaux-Arts, et lui a soumis plusieurs propositions d’améliorations.

Le jury s’est d’abord refusé à ce qu’une élimination partielle, même très réduite, soit opérée dans le nombre des châssis reçus, ceux-ci étant déjà inscrits au catalogue officiel.

Puis il a proposé de faire établir des cloisons, dites épines, sur les parois des galeries pour obtenir un développement suffisant et ne pas obliger à trop de superpositions de dessins.

Il a ensuite proposé l’adjonction d’une salle du premier étage, accordée à l’architecture et cédée ensuite à la peinture et aux miniatures.

Enfin il a demandé, en outre des rideaux qui garnissent les vitres, des vélums pour amortir la lumière et empêcher la destruction des couleurs dans les dessins.

Deux membres du jury ont ensuite été proposés pour aider au classement définitif.

Le jury d’admission s’est ensuite rendu à l’Exposition rétrospective d’architecture, située sous les paliers du grand escalier du dôme des Beaux-Arts, et a constaté avec peine que les œuvres des maîtres de l’architecture française étaient, placées dans des conditions absolument déplorables. Aussi le jury, bien qu’il n’ait été chargé d’aucune mission spéciale à l’égard de cette exposition, et qu’il ait même été tenu complètement en dehors, a cru devoir demander à M. Antonin P.oust des améliorations indispensables. Ses demandes portent surtout sur les moyens de protéger les dessins contre l’humidité de certaines parties des murs, et aussi sur la nécessité qu’il y aurait d’éclairer pendant le jour les galeries, soit à l’aide de la lumière électrique, soit en perçant des trémies dans les planchers entourant l’escalier.

Ces propositions, qui vont, il faut l’espérer, être acceptée’s, entraîneront quelques retards dans l’ouverture officielle de la section d’architecture exposée, comme on sait, au premier étage de la galerie Rapp à l’Exposition universelle.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1889 - Informations, renseignements, discussions, questions »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité