L'art danois

Paris 1925 - Arts, design, fashion, shows
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8093
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

L'art danois

Message par worldfairs »

Texte de "L'art vivant" de 1925

Le pavillon danois, construit par les architectes MM. Kay Fisker et Tyg Hwass en briques blanches et rouges sur le plan de la croix du Dannebrog, fait penser à un minuscule château d'un preux chevalier ou d'un wiking Scandinave. La belle déesse Géfion a beau séparer le Danemark delà Suède, comme nous le montrent les peintures murales du pavillon, l’art danois garde tout le charme nordique des Scandinaves avec un mélange gracieux de vivacité spirituelle qui rapproche les Danois des Latins.
Un coup d’ail sur les deux spécialités de l'industrie du pays suffit pour nous en persuader, on n'a qu’à regarder la porcelaine et l’orfèvrerie de Danemark. Leur production se développa et se perfectionna surtout au xixc siècle, quoique lapins importante fabrique de porcelaine danoise, la Manufacture Royale des Porcelaines de Copenhague (Denkongelige Porcelainsfabrik) fût fondée déjà en 1770 par la reine Julienne-Marie. Actuellement elle occupe plus de 2.000 ouvriers et de nombreux artistes. Ces derniers travaillent tout à fait indépendamment, n'étant soumis à aucun règlement, chacun dans son atelier. De tout temps les artistes danois ont puissamment contribué au développement de l’art décoratif de leur pays. Ainsi, par exemple, le peintre Abildgaard (1745-1809), a déjà indiqué le style sobre des meubles qu’on peut admirer aujourd’hui à l’exposition danoise. Un autre artiste, Hetsch (1788-1S64) élève de Percier et de Fontaine à Paris, chercha à adapter le style empire aux goûts et aux besoins de son pays.

Salle centrale et bureau
Salle centrale et bureau

Ils eurent de nombreux successeurs qu'il est impossible d’énumérer tous; il faut cependant remarquer Th. Bindesboll (1846-1908), excellent céramiste, maître. dans l’art de la vignette et du monogramme. Citons enfin quelques noms parmi les artistes plus modernes, comme celui de Karen Hannover, artiste danoise qui a été la première à réintroduire la véritable faïence ancienne blanche, à vernis d’étain. Cette faïence, reprise par la manufacture Alumisnia, a surtout figuré aux expositions Scandinaves. Parmi les artistes de la Manufacture Royale des Porcelaines on voit beaucoup d’artistes de talent, comme Oluf Jensen, Thylstrup, etc. L'autre manufacture des porcelaines de Bing et Grondahl a été successivement dirigée par deux artistes connus, Willumsen et Tegner. Enfin l’orfèvrerie danoise doit beaucoup à Georg Jensen qui créa de merveilleux bijoux en argent, en trouvant le moyen de rompre sa surface bleuâtre et polie par l’emploi d’incrustations de matières à effets opposés, comme par exemple l’ambre jaune et le corail rouge. Son œuvre est continuée avec succès par les orfèvres danois, comme Michelsen, Dragée, Kaj Bojesen, Fjerdingtad, Frik Magnussen et beaucoup d’autres.

Lit-divan
Lit-divan

L’exposition actuelle fut préparée soigneusement au Danemark; on choisit judicieusement les objets, on fit plusieurs concours. Ainsi, par exemple, l’auteur des peintures murales du grand pavillon danois, le peintre Mogens Lorenzen, gagna le double concours, organisé par le commissariat de l’exposition à Copenhague. Ces peintures murales représentent la nature et l'histoire du Danemark. A part la déesse Gefion dont il fut question plus haut, on y voit encore des luttes des Danois contre leurs ennemis à travers les siècles et de jolis symboles, comme saint Clément portant une des cathédrales danoises ; une paysanne blonde qui trouve dans le blé une corne d’abondance; Pégase broutant sur le lieu de naissance d’Andersen, etc., etc. A côté de la grande salle du pavillon on aperçoit le bureau de la Société Danoise du Tourisme avec des décorations murales représentant les principales villes et monuments du Danemark, œuvre de l’architecte Jacob K. Bang en collaboration avec l’architecte Kay Fisker.

Pavillon danois, salle du tourisme
Pavillon danois, salle du tourisme
De curieux appareils d'éclairage dans la section danoise
De curieux appareils d'éclairage dans la section danoise

Il faut remarquer au premier étage du Grand Palais l’exposition de la graphique danoise, des affiches, entre autres celui du Politiken, grand journal de Copenhague, des étoffes de l’Atelier de tissage du foyer d’Anton Rosen ; des meubles simples ; les broderies à fil tiré et des étoffes nationales: Tout cela est assez curieux, mais n’offre aucun intérêt particulier, excepté peut-être, les fines dentelles de Toender de la province de Slesvig. Les » clous « de la section danoise à l'exposition actuelle sont certainement la porcelaine et l’orfèvrerie qui jouissent du reste d’un succès bien mérité.

Intérieur, section danoise
Intérieur, section danoise
Intérieur, section danoise
Intérieur, section danoise


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1925 - Arts, design, mode, spectacles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité