Le salon du parfum

Paris 1925 - Arts, design, fashion, shows
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8834
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Le salon du parfum

Message par worldfairs »

Texte de "L'art vivant" de 1925

Qu’importe le flacon ? allez-vous dire.

Le stand Vibert et la cascade de verre, par Lalique
Le stand Vibert et la cascade de verre, par Lalique

Non, pour cette fois, qu'importe le parfum! Nous savons qu'il sera toujours doux et subtil, capiteux comme un jardin de mai et qu'il fera mollir nos cœurs. Un arôme aussi précieux ne se doit-il pas d’être enfermé dans des vases de choix? Mais avant de parler kaolin, cristal ou pâte de verre entrons d'abord au Grand Palais. C’est là que nous trouverons, retirée comme un sanctuaire, la demeure des parfums.
Voici : un petit hall octogonal couronné d’une cascade lumineuse que le maître verrier Lalique exécuta. Au centre du hall, des stands groupés en forme d'étoile distribuent leur vitrine.
D’autres épousent le pourtour intérieur de l’enceinte, ceux-ci pour la plupart précédés d’une manière de salon minuscule que le goût d’un décorateur agrémenta.

Tournez à petits pas dans ce musée de verre, dans ce musée argent et mauve, or et gris où tout n’est qu’éclat, finesse et préciosité. Le parfum est un luxe auquel s’adapte naturellement le décor léger, de féminine fantaisie, le bibelot fragile qui semble avoir été façonné par les doigts de petits dieux malins; et puisque nous paraphrasons les poètes, chantons ce luxe auquel s’adapte l’objet incorrect, ridicule et
charmant.

Flacons, écrins, boîtes, étuis et sachets; poudres, fards et vernis, nous allons trouver tout cela présenté dans des maisons de verre, à l’enseigne, en lettres de feu, de magiciens parfumeurs.

Le stand Houbigant, création de Dominique
Le stand Houbigant, création de Dominique

Il ne tient qu’à nous d'imaginer dans son cadre, en l’occurrence la chambre de Madame, sa coiffeuse ou son cabinet de toilette, le bibelot choisi qu'on nous présente, car il en est de la forme d'un flacon comme de la couleur d’une étoffe, de la fantaisie d’une robe ou d’un chapeau, ou encore d'un bouquet ou d'un livre. Il sied qu’il puisse convenir par son galbe et dans sou essence à celle à qui on le destine.

Offrez à votre aïeule ce cœur sanguin des parfums de Rosine, ce cœur gonflé d’odorante tendresse et qu’un nœud de cristal débouche au sommet gauche. Ce cœur, il est Médicis par sa gaine blanche adhérente à l'écrin, laquelle le fait tenir à la fois du passé, de la pâtisserie line et de l’ex-voto. Mais de plus jeunes fantaisies animent la vitrine des parfums de Rosine. Ce stand est juste menti tout fantaisie. Voici Pierrot et Arlequin ; Pierrot stylisé avec son crâne noir et sa collerette discrète sur son corps de cristal; Arlequin tel qu’il sortirait d’une boîte à couleurs portée par Picasso, synthèse d’Arlequin indiqué par sa verrerie en losange à deux tons et sou bouchon-bicorne. — Succédané du cubisme un flacon en forme de huit contient peut-être l’essence compliquée d’un art indéchiffrable. Mais voici qui nous relie au vieux temps dans la note toutefois d'un naguère assez moderne de lourds flacons décorés d’herbes et de fleurs. — Ici, une portée de musique qui tourne en ruban sur une boîte cylindrique harmonise :
« Connais-tu le pays ? » Soulevez le couvercle de la boite. Du pays où fleurit l’oranger Rosine apporte un beau citron.
Avec lui va de pair "Nuit de Chine ”.

Entrée du stand Chéramy, création de Dominique
Entrée du stand Chéramy, création de Dominique

Tous deux se présentent encore couchés côte à côte, minuscules et délicats dans une valise de poupée prête au départ.
C’est l'invitation au voyage.
Ce petit bidon qui contient " Antinéa ” ou " Au fond de la mer " ferait pendant sur la hanche d’Eros au carquois du divin espiègle. La vitrine nous offre encore des pots de rose aux couleurs du beau temps; " Maharadjah ” senteur orientale dont le contenant monté sur un pivot reçoit un capuchon or et noir.

Vaporisateurs, création "Rosine"
Vaporisateurs, création "Rosine"

“ Borgia ” dont une seule goutte rend fou, dit-on, et dont l’écusson vert et rouge figure au flanc noir de l’étui une vipère à la langue de feu. " Chaque flacon de Rosine, a expliqué M. Nozièie, est un objet d’art longuement composé pour être en complète, intime et profonde harmonie avec la senteur qu’il recèle. La forme, les nuances expriment plastiquement le sens caché en ces gouttes odoriférantes. La qualité même du cristal concourt à sa ténébreuse et profonde unité. Un choc léger en tire des notes claires comme de pures senteurs ou graves...

Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens
Qui chantent les transports de l’esprit cl des sens.
On ne saurait mieux dire.

A toutes ces préciosités ajoutez encore ce coffret miniature avec motif en relief, qui garde son secret, ce flacon vert bouché d’or où " Toute la forêt " concentre son arôme, ces ampoules au sérum odorant pour injecter vos cigarettes et, dans le goût du printemps, des vaporisateurs aux fines dentelures “ Hulma ”, l’étrange fleur se garde en un corps égyptien.
Enfin voici des boîtes précieuses qui portent en médaillon l’effigie d’un radjah, prince des modes et de la fantaisie et qui ressemble comme un frère à son modèle et créateur Paul Poiret.

Contraste. Sobriété dans la présentation : Jeanne Lanvin. Nous sommes toujours au domaine des grands couturiers. La boule de parfum, noire ou dorée, avec, gravée en demi-cercle sur son flanc, la jeune femme et la fillette à quoi Ton reconnaît le signe de la maison, s’arrondira avec à-propos, Madame, sur l’étagère ou sur le guéridon de votre chambre.

Vase au pied de cuivre, aiguière ou burette, portent en leur panse amincie Frivolia, Divinité, et cette autre déesse attardée aux fins' d’un romantisme " La Rose Jocelyn ”. Ce sont là senteurs de Godet. Du même "Le secret de Suzette” et “ Brindilles parfumées ” s'enferment en des cristaux sans cou et qui se sont fait d’anguleuses épaules.

Vestige d'un temps où l’orientalisme fournissait toute une bibeloterie de pacotille, voici l’éléphant “ Kismet ’’ en porcelaine que présente Lubin. Qu’elle est loin notre enfance où nos yeux s’amusaient de l’objet d’étagère. Le lézard en relief au flanc du carafon, le sabot, que sais-je encore, je les retrouve ici, en objets de vitrine. “ Douce France ”, les parfums sont en boule de verre. " Lacdor-Lubin ” amenuise un bouchon pointu.

" De fleur en fleur ” s'inscrit sur un flacon de Plassard, serti sur son pourtour d’un lacet noir qui se termine en boucles.

La fantaisie se dépense encore sur les flacons des parfums de Vigny. Les bouchons surtout ont eu l'attention du créateur : Papillons, tète d’oiseau doré, le bec ouvert; tête de nègre, perruque au vent, tout l’accessoire de riches cotillons. Le petit flacon quadrillé peut encore ravir l’âme candide d’une fillette amoureuse.

La cage à Perroquet de Corday et Javey amusera des demoiselles d’âges caducs. Le jet parfumé qui semble un obélisque ou ce" Kai-Sang ” assez chinois pour un profane appartiennent aux époques défuntes.
Je préfère Bi-Oxyne dans son utilité pratique. Sa brosse bascule sur le clavier des dents. C’est net, c’est propre et d’une hygiène à toute épreuve. Sa poudre blanchit le fond de petites coupes de grès flambé sans prétention. — Voilà qui n’est pas, direz-vous, de l’ordre des parfums? Mais quoi donc à plus d’exquise fraîcheur, mademoiselle, qu’un émail clair, entr’aperçu dans vos sourires...

Là où nos maîtres-parfumeurs ne montrent rien que des récipients commerciaux sans autre intérêt que leurs volumes de bocaux d’officine, l’aménagement des stands a été heureusement confié à des décorateurs avertis.

Dominique, dans une harmonie rose, beige et argent, réalise deux types modernes, simples et de haut goût de ces stands. Le premier, celui des parfums Houbigant, fait rayonner ses panneaux uniformes coupés de barres géométriques sur une petite estrade en demi-cercle; l’autre (Cheramy) est fait d'une suite de curieuses niches vitrées régulièrement découpées dans les murs d’une galerie mystérieuse. Un vitrail lumineux, coloré de cinq tons en indique l’entrée.

Le stand Rigaud aménagé par " l’Art Français ” joue dans une note plus sombre. Cesboiseries.de bas en haut, encastrent des vitrines dans lesquelles s’étalent richement l'étui de cuir à six flacons, la boîte de poudre arrondie dans son miroir et le sachet à glands d’or.

Flacon et boite, création "Vigny"
Flacon et boite, création "Vigny"
flaconboitevigny.jpg (55.78 Kio) Vu 356 fois

Un autre stand est composé d'un petit meuble vitré.

Des panneaux agréablement peints décorent les murs de ce petit salon. Ce sont les parfums de Gellé qui étiquètent sur leur flacon des noms gréco-français : Mythys, Perlys; une personnalité :
Rose originale; une recette : Pour être aimée; une certitude : ce que femme veut.

"Borgia", parfum de Rosine
"Borgia", parfum de Rosine

Violet expose dans trois cubes de verre haussés sur des socles. Tout est lumineux dans ce décor. Ensemble sobre mais chatoyant. On dirait d’un bijoutier présentant ses joyaux. “ Pourpre d’automne ” tache heureusement de ton roux la panse d’un flacon. Telle autre verrerie ouvragée rivalise avec ce que nous connaissons de plus pur des cristaux vénitiens.

Les boiseries du stand Gabilla ont du style.

Voici de ce parfumeur des boîtes au couvercle pointu, jaunes et noires, des étuis à poudre que décorent deux dragonnes.

"Golliwogg", création de Vigny
"Golliwogg", création de Vigny
golliwoggvigny.jpg (54.11 Kio) Vu 356 fois

Les glaces en panneaux de d’Orsay réfléchissent des flacons assez uniformes, énormes, construits comme des dômes.

Piver présente un salon complet avec ses meubles et des vitrines garnies.
Il est à remarquer que le souci d’innover des formes dans les objets de parfumerie n'a tenté que ceux des exposants dont les stands sont sans grand apparat.

La qualité suffit à défendre sa marque.

Lesquendieu a limité son choix dans deux boîtes rondes en verre gravé l’une d’un ibis, l’autre d’une énorme fleur.

Stand Plassard
Stand Plassard

Il est le seul, en outre, à offrir comme une tentation à nos belles frivoles le nécessaire à fard. Le couvercle marqueté de guirlandes de roses s’éclaire en s’ouvrant de l’éclat d’un miroir, cependant qu’apparaît, dominant des tiroirs comblés d’étuis vermeils, porteurs de rouge, de kohl et d’artifice, un plateau couvert de l’attirail indispensable aux travaux de beauté. Des boîtes à couvercle or et jade enrichissent encore cette vitrine de choix.

Stand Piver
Stand Piver

Par ailleurs des formes mauresques réapparaissent. D'épais et lourds flacons que terminent des cabochons triangulaires, des bride-parfums, des pots blancs aux tours cylindriques, composent dans le décor vert, jaune et noir de Guerlain une harmonie un peu massive.

Petits bouchons en forme de chapeau pointu où de capsules rouges caractérisent la présentation des produits de Vibert.

Stand Gueldy
Stand Gueldy

“ Hantise ” et " Malice ”, tous deux créations des parfums de Gravier, s’enferment en des verreries octogonales ou d’une géométrie compliquée de décorations d’herbes peintes.

Ces flacons-papillons ou en forme de sabot n’ajouteront pas un chapitre aux modes de la présentation des parfums.

Ici, boîtes de carton avec étiquettes rondes fleuries. Pond modeste d’étoffe sur lequel se détachent " Sous la charmille ” et " Quel Délice ”. Tel est Fontanis et " ses produits de beauté ”.

Stand d'Orsay
Stand d'Orsay

Mais Fontanis s’est réservé, au cœur même de l’exposition, un pavillon particulier.

” Dans la Nuit ”, de Worth, compose en flacons bleu marine une harmonie effectivement assez ténébreuse.

Gibbs lui fait vis-à-vis.

Et voici que, variant nos plaisirs (si l’on peut dire), Lenthéric cachette aux couleurs de cabochons rouge, vert ou marron le ventre de flacon mafflu. Une boîte qui semble un carton à chapeau pour poupée s’orne d’un gland majestueux. Autour du couvercle on lit “ Au fil de l’eau ”.

Grenoville grave des fleurs sur ses bouteilles que garde un pierrot déhanché.

Stand Guerlain
Stand Guerlain

D’aristocratiques boîtes rondes, or et noir et très stylisées d’Héléna Rubinstein contiennent des poudres et des fards, des crèmes et d’indicibles secrets.

Ici la couleur des eaux suffit à justifier l’agrément d’un étalage. Qu’est-il besoin de formes inédites quand les teintes lumineuses se suffisent et jouent en de chatoyantes symphonies! Rallet peint par ses “ fleurs de la Bocca ” et par ses “ dentifrices ” des flacons qui, sans leur contenu, ne seraient que verre de bouteille. Magie des nuances et des mirages...

Le stand Roger-Gallet se complaît dans une chambre noir et argent, d’une funèbre majesté. D’étroites vitrines s’encastrent comme des sarcophages en ces murs ténébreux. Mais de riches objets s'y éclairent de tons aux aimables reflets. Des vases en forme de demi-cercle, des poteries hexagonales et en belles matières corrigent heureusement cette mélancolie.

Agnel excelle à présenter avec ses parfums des cristaux, vases à fleurs ou flacons. D’énormes marguerites décorent ces bibelots. “Mon doux Pays ” “ Myrianthis ” fout le prix de verroterie nuancée. Verre de Bohême... verre de Venise... Voici encore un verre mousseline au dessus en forme de pagode...

Stand Gabilla
Stand Gabilla

La perle bouche les flacons d’Isabey. L'écrin précieux rehausse le luxe de la présentation. Il s’ouvre comme un petit tabernacle. Le verre des flacons est mat et laiteux, irisé. La forme est tournée en boule. C’est " L’ambre de Carthage".

Enfin Pinaud a décoré de mosaïques vert et or le parterre de son stand. On dirait la dalle d’une basilique.
Derrière les vitres, la fiasque odorante voisine avec l'objet de métal ciselé, la boite en deux couleurs, et les flacons porteurs d’aromes et qu’ont moirés par des transparences liquides des chimistes de légende.

De tout temps le parfum préoccupa les élégances. Il n’est pas dans l’histoire de souvenir galant qui ne s’y rattache, mais il apparaît que le parfum y figurait par son essence bien plus que par sa présentation.

Il semble aujourd’hui que nos réalisations décoratives ont ajouté au charme des parfums. Flacons magiques, boîtes mystérieuses, écrins épanouis comme des fleurs stylisées, vases construits comme des architectures, tout cela concourt à un apport nouveau.

Une recherche apparente mêlée d’à-propos ou influencée par l'œuvre d’artistes d’avant-garde, a fait que ces choses délicates tendent à devenir des objets de valeur alors qu’elles sont déjà, hélas! depuis longtemps, par la grâce des femmes et leur raffinement, des objets de grands prix.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Retourner vers « Paris 1925 - Arts, design, mode, spectacles »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité