Cabinet Barbedienne d'Exposition Universelle

London 1862 - Remnants
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 7809
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Cabinet Barbedienne d'Exposition Universelle

Message par worldfairs » 16 sept. 2019 07:11 pm

Cabinet d'Exposition Universelle par Ferdinand Barbedienne (1810-1892) <br />Le dessin de Louis-Constant Sevin (1821-1888)<br />Ébène et bronze argenté-oxydé <br />Hauteur: 354 cm, largeur: 156 cm, profondeur: 69 cm
Cabinet d'Exposition Universelle par Ferdinand Barbedienne (1810-1892)
Le dessin de Louis-Constant Sevin (1821-1888)
Ébène et bronze argenté-oxydé
Hauteur: 354 cm, largeur: 156 cm, profondeur: 69 cm

Du 11 au 28 septembre 2019, la galerie Neuse présente à la galerie Aveline «L’APOTHÉOSE DU GÉNIE», la première et unique collection privée d’objets & meubles décoratifs des Expositions universelles de Londres, Paris, Vienne et Bruxelles entre 1851 et 1910.

Provenance:
Marc-Antoine (1833-1863) et Antoinette Lejeune, devenue duchesse Carafa di Noja (1836-1923) vers 1862. Léguée par cette dernière en 1923 avec sa succession au Dr Léopold (décédé en 1956) et Madeleine Kollitsch, née Barat (décédée 1951). Par filiation avec la famille Kollitsch à Paris jusqu’à sa vente en 2003.

Le magnifique meuble vitrine exposé sur le stand de la maison Barbedienne lors de l'exposition de Londres en 1862 a été rapporté
et illustré dans la presse française et britannique admirative. Le sculpteur-ornameniste Louis-Constant Sevin, qui avait rejoint l'entreprise de Ferdinand Barbedienne en 1855, a conçu le meuble dans le style néo-renaissance pour lui donner une impression d'échelle et avec les somptueuses montures sculpturales, adossées au noir profond de l'ébène. placages et fini "... en imitation de l'argent oxydé ...". Barbedienne n'a épargné aucune dépense en permettant à Sevin de réaliser son potentiel artistique, affiché à une telle splendeur dans ce grand cabinet.

“Le Monde Illustré” a rapporté que Barbedienne avait vendu son magnifique coffret pour le prix demandé de 1000 livres à Saïd Pacha, vice-roi d'Égypte. Le cabinet du vice-roi, le seul autre du genre doté de montures argentées, se trouve toujours au palais Al-Thara au Caire. Reste à savoir si Marc et Antoinette Lejeune, héritiers d'une immense fortune bancaire amassée par les frères Michel sous le règne de Napoléon Ier, s'était rendue à Londres pour l'Exposition Universelle de1862, ou s’ils ont acheté leur cabinet directement au showroom parisien de Barbedienne. Il est resté dans la famille élargie par héritage jusqu'en 2003.

cabinetexpositionuniverselle1862_01.jpg


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
http://www.worldfairs.info

Retourner vers « Londres 1862 - Vestiges »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité