Les Etats Unis d'Amérique à l'Exposition de 1878 à Paris

Paris 1878 - Architecture, pavilions
Avatar du membre
lemog
Messages : 1496
Enregistré le : 20 déc. 2005 02:30 pm
Contact :

Les Etats Unis d'Amérique à l'Exposition de 1878 à Paris

Message par lemog » 23 oct. 2011 10:15 pm

Palais du Champ-de-Mars - La Rue des Nations, façade des Etats-Unis d'Amérique.

Image

US - Deux lettres écrites, il y a cent ans à peine, par la main généreuse de la France ! Deux symboles, double souvenir ! Deux initiales qui, réunies, ont suffi il former un drapeau, celui du monde nouveau. United States! ÉtatsUnis de l'Amérique, nous vous saluons !

Sur cette façade de l'Union Américaine, ces deux lettres se trouvent partout répétées, et, au-dessous d'elles, le pavillon étoilé de 13 étoiles, les 13 États primitifs de l'Union, aux couleurs françaises, le bleu, le rouge et le blanc.

Nous ne pouvons nous arrêter devant cette façade sans éprouver une émotion légitime, car il y a bien du sang de France dans les veines de ces hommes énergiques qui n'ont pas mis un siècle à fonder cette colonie si puissante et si riche aujourd'hui, avec laquelle le vieux monde aura ià compter demain, peut-être !

Nous verrons, plus tard, en visitant l'Exposition intérieure américaine, a quel degré de puissance ce peuple est parvenu. Ici, nous nous bornerons a examiner la façade qu'il a construite sur notre Rue des Nations. Image fidèle de ses maîtres, demeure pratique, tente du civilisé nomade, pouvant se démonter et se remonter en un jour pour suivre son propriétaire partout où il ira, depuis la Savane de l'Ohio jusqu'aux plaines herbeuses du Texas.
Partout appendus, les écussons de ces États fédérés et réunis par ce mot magique: Le temps, c'est de l'or.
Sur ces écussons, les armes parlantes de chaque État.
Le Connecticut : 3 ceps de vigne. Ô ma France, je te vois sourire.
Le Massachussets : l'indien vaincu avec son arc devenu inutile quand l'homme blanc a fait parler la poudre.
La Pensylvanie : 3 gerbes de blé, filles de la terre; une charrue, la première pensée de l'homme; un navire, cet éternel trafiquant...
New-York : Un soleil levant, allégorie brillante ! soleil haut levé bien plutôt, en plein zénith
du ciel.
Vermont : 3 gerbes de blé; un lion; un sapin.
Virginie : Un Indien qui terrasse un roi couronné, avec cette légende Sic semper tyrannis; la couronne tombe et va être foulée aux pieds. Est-ce bien toi, avenir?
La Caroline du Sud : deux écussons accolés; sur l'un, un palmier avec ces mots : Animis opibus que parati; sur l'autre, une femme debout avec cette exergue : Dum spiro, spero. Abattez donc de pareils peuples !
La Caroline du Nord : Deux femmes, l'une assise sur une corne d'abondance, l'autre, Respublica, tenant la Constitution, et au bout de sa lance le rouge bonnet de Phrygie.
Rhode-Island : Une ancre; la mer est là.
Le Maryland : Deux croix en sautoir.
Le Delaware : Un boeuf, une gerbe de blé et un épi, symboles doux de :l'agriculture.
Le New-Hampshire : Un phare, un soleil levant et un navire prêtà être lancé dans la mer.
Le New-Jersey : Trois charrues.
Le district de Columbia : Avec une République en bonnet rouge, portant encore la Constitution ; au-dessous, cette date : 1871.

Image

Au fronton de cette façade, l'aigle d'Amérique portant l'écusson national, drapeau des mers, qui fait réfléchir là-bas le léopard de la vieille Angleterre.

Prenez-y garde ! peuples d'Europe. Cette terre américaine était, hier encore, votre tributaire; aujourd'hui, elle se suffit déjà à elle-même; demain, elle encombrera vos marchés, et le jour où elle ne voudra plus, cela vient, vous vendre ses balles de coton ou ses blés , l'axe du monde commercial sera changé !

Image

Façade Rue des Nations, description : Le pavillon des Etats-Unis d'Amérique est une construction dans le type des maisons que se font élever les riches colons américains, dans lesquelles le fer et la brique jouent le plus grand rôle. A la fois élétante et pratique, cette charmante construction nous donne exactement le modèle des édifices construits par les actifs habitants du nouveau monde.

Retourner vers « Paris 1878 - Architecture, pavillons »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité