Palais des Expositions Diverses

Paris 1889 - Architecture, pavilions, gardens, urban furniture
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 28 mai 1887"

Les fermes métalliques de 25 mètres de portée constituent les galeries des expositions diverses.

Leur emplacement est indiqué sur le plan général que nous avons donné dans le numéro 7 de la Construction moderne du 27 novembre dernier. Elles sont situées entre le palais des machines et l’avenue qui traverse actuellement le Champ de mars, laissant un grand espace libre de plus de deux cents mètres de longueur, qui constituera la partie élevée du parc de l’exposition.

Entre ces galeries et cette partie du jardin se trouveront installés tous les restaurants.

Ces galeries de 25 mètres sont formées dans le sens de l’avenue de Suffren de trois séries de fermes contiguës ; la même disposition se retrouve du côté de l’avenue de Labourdonnais. Elles comprennent aussi, dans le sens perpendiculaire au précédent six séries de fermes.

Les galeries des expositions diverses n’ont pas de caves. Leurs fondations sont construites en meulières hourdées en mortier de chaux hydraulique. Les voûtes et arcs de fondations ont été faits sur formes de terres façonnées, ce qui a évité l’emploi de cintres.

palaisindustriesdiversesfig1.jpg

On a d’abord creusé des puits de 1 mètre sur 2 de section, d’une profondeur variant entre 3m50 et 7 mètres ; ils sont écartés les
uns des autres de 8m33 dans le sens longitudinal et de 25 mètres dans le sens transversal. Ces puits, désignés par la lettre A sur les figures 1,2, 3 et 4, ont été remplis de béton, puis on a construit dessus de petits massifs (B) en maçonnerie qui ont 1m80 de hauteur et une section de lm86 sur 0m80. Ces massifs sont reliés entre eux par des arcs en meulière de 8m33 de portée.

palaisindustriesdiversesfig2.jpg

Sur ces massifs, pour recevoir les patins des piliers métalliques, on a étendu des chapes en ciment de 4 centimètres d’épaisseur, parfaitement dressées. Au moment du levage des piliers on place sous chaque patin une feuille de plomb destinée à assurer complètement le contact entre le métal et la maçonnerie.

On comble ensuite les fondations de manière que le niveau du sol définitif des galeries soit de 0m60 an dessus des chapes en ciment.

palaisindustriesdiversesfig3.jpg

Nous donnons, figures 1 et 2, une vue de face et une vue de côté de ces fermes avec leurs fondations. La figure 3- représente à une plus grande échelle, le détail d’un puits avec son massif en maçonnerie supportant un pilier de ferme.

Nous pensons intéresser nos lecteurs en leur donnant les poids des différentes pièces métalliques qui composent ces fermes de 25 mètres :
Le poids d’une ferme est de 4759 kilogs. Un pilier pèse 1480k. Les pannes qui relient les fermes pèsent chacune 496k ; il y en a 9 par travée de 8m33 de longueur. Le poids des entretoises des. piliers est de 291 k.

Le montage de ces fermes se poursuit activement. La Société: des forges et ateliers de St-Denis a déjà monté 17 travées complètes moins le lanterneau. La Société des ponts et travaux eu fer a commencé son montage à l’aide d’un échafaudage roulant.

Tout autour de ces galeries sont des annexes de 15 mètres de portée, divisées en deux parties, l’une de 8 mètres, l’autre de 7 mètres ; sons cette dernière on a ménagé des sous-sols de 3 m. de hauteur qui serviront de magasins.

palaisindustriesdiversesfig4.jpg

Les puits (C) remplis de béton qui supportent la maçonnerie (fig. 4) de ces annexes ont lm20 de diamètre ; leur profondeur est variable comme pour ceux des fermes de 25 mètres.

Les massifs de maçonnerie qui surmontent ces puits sont relies entre eux par des arcs de 0m65 de largeur,, en meulière, construits comme il a été dit précédemment.

L’adjudication des fermes métalliques qui doivent couvrir cette portée de 15 mètres doit avoir lieu prochainement.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 16 juillet 1887"

Montage des fermes de 25 mètres.

Les fermes de 25 mètres de l’Exposition de 1889 ont été adjugées, comme nous l’avons déjà indiqué, en quatre lots :
Le 1er lot, à la Société des Ponts et Travaux en fer, comprend 45 fermes, 60 piliers et 42 travées de pannes et lanterneaux.
Le 2e lot, à la Société des Forges et Ateliers de Saint-Denis, a la même importance.
Le 3e lot, à M. Roussel, se compose de 130 fermes, 150 piliers et 123 travées de pannes et lanterneaux.
Le 4e lot, à la Société des Forges de Franche-Comté, comprend le même nombre de fermes que le lot précédent.

Ces quatre grands établissements de construction métallique emploient chacun des appareils différents pour le montage de leurs fermes, sur lesquels nous croyons intéressant de donner quelques détails.

La Société des Ponts et Travaux en fer a construit deux grands pylônes rectangulaires en charpentes de 15 mètres de hauteur (fig. 1). Ces pylônes se déplacent à l’aide de galets roulant sur des rails fixés sur longrines. Ces galets sont au nombre de huit : quatre permettent de faire mouvoir le pylône dans le sens longitudinal, et les quatre autres dans le sens de la largeur. Une potence de 6m.10 de longueur, fixée à la partie supérieure de
chaque pylône et munie d’une poulie à son extrémité, sert au levage des différentes pannes.

fermes25mfig1.jpg

Les deux pylônes sont d’abord placés auprès des deux massifs de fondation qui doivent recevoir les piliers d’une ferme. Les piliers sont saisis par la partie supérieure avec une chaîne passant sur trois poulies mouflées et allant à un treuil situé à la partie inférieure du pylône ; on les soulève jusqu’à ce qu’ils soient verticaux ; on place une feuille de plomb sur la maçonnerie et on laisse descendre le pilier qui prend ainsi sa position définitive. On a en soin pendant le levage, pour éviter que le pied du pilier traîne sur le sol, de le placer sur un petit chariot. Les deux piliers montés sont maintenus momentanément par des câbles. On rapproche alors les deux pylônes l’un de l’antre, on attache la ferme au crochet A de chaque pylône et on agit sur les deux treuils. La ferme se trouve ainsi saisie au tiers et aux deux tiers de sa longueur; quand elle est arrivée à hauteur des piliers, un ouvrier monte sur chaque pilier, place une feuille de plomb et boulonne de suite la ferme. Supposons que ce soit le montage de la première ferme que nous venions de décrire, on déplacera alors les pylônes pour venir lever les piliers et la ferme suivants, puis on procédera à l’empannage, à l’aide de la potence et du crochet B.

Les différentes pièces du lanterneau sont ensuite montées à l’aide de cordages, puis boulonnées.

Ce système offre une grande sécurité et une rapide, exécution ainsi qu’un réglage facile, mais il est coûteux d’installation et il exige pour les manœuvres des pylônes que le sol soit complètement libre, ce qui oblige à assembler les fermes en dehors de cet espace et à les faire rouler ensuite jusqu’aux pieds des pylônes ; cette manœuvre est longue et peut fatiguer le métal. Ce chantier employait 34 hommes qui montaient en moyenne deux fermes par jour. Aujourd’hui le montage de ce lot est terminé.

La Société des forges et ateliers de Saint-Denis emploie un système plus simple et plus économique, mais beaucoup moins rapide : deux chèvres ordinaires armées servent au montage des fermes ; deux autres chèvres sont destinées, l’une au montage des piliers, l’antre à empanner ; 19 hommes seulement travaillaient sur ce chantier, mais ils ne montaient en moyenne qu’une travée par jour. Le montage de ce lot est aussi terminé.

Les deux autres lots dont il nous reste à parler étant beaucoup plus importants, les adjudicataires ont dû rechercher des systèmes de levage permettant d’opérer plus rapidement.

M. Roussel emploie des chèvres de deux types différents.

fermes25mfig2.jpg

Deux chèvres à coulisses (fig. 2) servent an levage des piliers ; elles sont munies d’une rallonge en fer double T, guidée dans des coulisses ; cette rallonge sert pour le levage des pannes. Les piliers sont saisis en leur milieu par le crochet d’attache, on les élève à la hauteur voulue et on les fait basculer pour les faire reposer sur les fondations.

fermes25mfig3.jpg

Le second appareil employé par M. Roussel consiste en une chèvre roulante à potence (fig. 3). Elle est destinée au levage des fermes et des pannes faîtières. Elle ne se déplace que dans un sens, eu restant toujours dans l’axe longitudinal des galeries de 25 mètres. Les rails sur lesquels elle roule sont à 1m50 au dessus du sol, ce qui permet d’assembler les fermes à l’emplacement même où elles seront montées.

Les piliers une fois en place, on soulève la ferme à l’aide du crochet A et du treuil C jusqu’à ce qu’elle vienne reposer sur ses appuis; on lève ensuite la panne faîtière en se servant du crochet B et du treuil D, puis on monte les autres pannes et les entretoises des piliers avec les deux chèvres à coulisses.

Cette méthode est très rapide, les appareils sont simples et le nombre d’hommes employés n’est que de 29 ; on monte en moyenne 3 fermes 1/2 par jour.

fermes25mfig4.jpg

La Société des forges de Franche-Comté procède tout autrement. Ce lot, comme celui de M. Roussel, comprend six nefs contiguës de fermes. Ici, an lieu de monter les fermes par travées, c’est-à-dire dans le sens de la flèche F (fig. 4), on les monte par rangées, c’est-à-dire dans le sens de la flèche f. On pose d’abord les rangées 1 et 2 en déplaçant les appareils de gauche à droite, puis les rangées 3 et 4 en allant de droite à gauche, etc.
Les appareils mis en œuvre comprennent deux échafaudages roulants de 7 mètres de hauteur (fig. 5) avec plate-forme sur laquelle sont fixées deux chèvres ordinaires. L’une A sert à lever les piliers et les fermes, l’autre B sert à empanner. Les rails sont formés par des fers en U posés directement sur le sol.

fermes25mfig5.jpg

Ce système de montage qui est également très rapide a l’inconvénient de laisser la première série de fermes abandonnée à elle-même jusqu’à ce que l’on procède au levage de la deuxième rangée. A l’époque de la belle saison il n’y a rien à craindre, mais si l’on redoutait de grands vents, il faudrait évidemment maintenir par des câbles les premières fermes en attendant la pose de la deuxième série.

Sur ce chantier on emploie 50 ouvriers et on monte en moyenne trois fermes par jour.
Le montage de ces deux derniers lots sera terminé dans les premiers jours du mois d’août; les quatre adjudicataires seront donc restés dans les limites de délai qui leur étaient imposées.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 17 décembre 1887"

— Les peintres ont donné une seconde couche de peinture aux fermes de 25 mètres; le rouge du minium est partout remplacé par une teinte gris-bleuté qui fait paraître les fermes plus légères.

Les vitriers, les couvreurs et les plombiers ne perdent pas de temps. Les travaux de couverture sont complètement terminés sur les galeries parallèles à l’avenue Labourdonnais et sur celles parallèles à l’Ecole militaire, du côté de cette même avenue. Sur les galeries parallèles à l’Ecole militaire, du côté de l’avenue de Suffren, les charpentiers posent le voligeage et plusieurs travées sont vitrées. Quand ces galeries seront terminées, on continuera par celles parallèles à l’avenue de Suffren sur lesquelles aucun travail de couverture n’est commencé.

La couverture est faite au moyen de plaques de zinc carrées de 60 centimètres de côté, avec rainures leur permettant de s’emboiter parfaitement ; ce genre de couverture produit un effet satisfaisant.

Nous avons dit que les galeries de 25 mètres avaient latéralement des galeries annexes de 15 mètres, et que celles de ces galeries qui se trouvent en bordure sur le jardin central étaient construites sur caves.

Les solives en fer à double T qui constitueront le plancher de ces petites galeries sont actuellement posées. Ces solives seront reliées entre elles par des voûtes en briques.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 17 décembre 1887"

Fermes de 30 mètres.

palaisbeauxartsfermes30mfig1.jpg

L’emplacement de la galerie formée par des fermes de 30 mètres de portée se trouve, comme l’indique le plan (fig. 1), dans l’axe du Champ de Mars. Nos lecteurs pourront d’ailleurs se reporter au plan général, pour se rendre compte exactement de la position de cette galerie.

Elle est précédée d’un dôme, dont nous parlerons prochainement, et conduit à un pavillon central qui sert de transition entre le groupe des expositions diverses et le Palais des machines.

De chaque côté sont les galeries des expositions diverses (fermes de 25 mètres) perpendiculaires au grand axe du Champ de Mars.

La longueur de cette galerie est de 140 mètres. Les fermes qui la composent sont au nombre de 7 reliées entre elles par 7 pannes de 25 mètres de longueur.

palaisbeauxartsfermes30mfig2.jpg

Détails d'une ferme. — La figure 2 représente l’ensemble d’une ferme.

Chaque ferme se compose de 2 pieds-droits de 12m50 de hauteur terminés par des consoles sur lesquelles vient reposer à l’intérieur une partie en arc qui constitue l’intrados de la ferme. A l’extérieur, les piliers ont 20 mètres de hauteur et, dessus, vient se raccorder la partie plane formant l’extrados de la ferme.

palaisbeauxartsfermes30mfig3.jpg

L’intrados et l’extrados sont réunis entre eux pour constituer la ferme par des treillis en forme de N. La figure 3 donne le détail du panneau n° 5 de la ferme. Les montants en fer à T sont espacés de 1m24 les uns des autres. A la hauteur de ce panneau, les semelles de la ferme sont au nombre de 5 ; ce nombre de plats va en diminuant vers le sommet et vers la base où il n’y a plus qu’une seule semelle.

palaisbeauxartsfermes30mfig4.jpg

La figure 4 indique en élévation et en coupe le détail du sommet de la ferme.

La hauteur du sommet de la ferme est de 27m55 au-dessus du sol.

Ces fermes n’ont pas de lanterneau ; l’éclairage et la ventilation se feront par les bas côtés, ce qui est facile puisque la hauteur de cette galerie est bien supérieure à celle des galeries des expositions diverses qui l’entourent.

palaisbeauxartsfermes30mfig5.jpg

La figure 5 est la coupe longitudinale d’une travée de la galerie de 30 mètres.

Entre les différents piliers sont des remplissages en briques et terres cuites; de grandes baies permettront de passer de la galerie de 30 mètres dans celles de 25 mètres qui lui sont perpendiculaires.

Pannes. — Les pannes qui relient deux fermes entre elles sont an nombre de 7. Ce sont des poutres à treillis, en forme de N, qui ont 1m10 de hauteur à cause de leur grande portée de 25 mètres. Elles sont représentées dans la figure 5. Les pannes sont écartées de 3m72 d’axe en axe et sont tontes semblables.

palaisbeauxartsfermes30mfig6.jpg

La figure 6 indique le mode d’attache des pannes sur la ferme. À cet endroit, la panne est recourbée pour venir rattraper la hauteur de la ferme. Le rayon de cet arc de raccordement est variable avec chaque panne puisque la hauteur de la ferme varie en ses différents points.

Longerons. — L’espace de 25 mètres compris entre deux fermes est divisé en 15 parties égales par 14 longerons écartés de lmGG les uns des antres.
C’est sur ces longerons et sur les fermes que reposera la couverture.

Au faîtage est un terrasson qui va d’un bout à l’autre de la galerie.

La galerie de 30 mètres a été divisée en deux lots pour l’adjudication ; les adjudicataires sont :
Pour le 1er lot, la maison Roussel;
Pour le 2e lot, la Société des Forges de Franche-Comté.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 11 février 1888"

Les travaux de couverture et de vitrerie ont été poussés très activement sur la partie parallèle à l'avenue de Suffren, de sorte que toutes les galeries des expositions diverses sont entièrement couvertes ; le sol de ces galeries est nivelé en grande partie.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 31 mars 1888"

Galeries de 15 mètres.

Ces galeries sont comprises dans le groupe des expositions diverses. Elles sont constituées par trois espèces de fermes métalliques :
1° Fermes à un rampant ;
2° Fermes à deux rampants;
3° Fermes cintrées.

palaisbeauxartsfermes15mfig1.jpg

1° Fermes à un rampant. — Ces fermes forment les galeries latérales aux fermes de 25 mètres déjà montées sur le Champ de Mars. Elles sont situées à l’intérieur, c’est-à-dire qu’elles bordent les galeries des expositions diverses du côté du jardin central. Nous avons déjà parlé des fondations de ces annexes dans la Construction moderne du 28 mai dernier. Elles occupent les emplacements portant la lettre A sur le plan d’ensemble (fig. 1).

Ces petites galeries seront occupées, sur la moitié de leur largeur, par des cafés et des restaurants auxquels les caves dont nous avons parlé sont destinées.

palaisbeauxartsfermes15mfig2.jpg

Ces fermes à un seul rampant (fig. 2) sont constituées très simplement de la manière suivante : une poutre horizontale reposant d'un côté sur les piliers déjà construits des fermes de 25 mètres et de l’autre sur des colonnes en fonte (fig. 3) en bordure sur le jardin central. Cinq montants partent de cette poutre et supportent un arbalétrier incliné vers les piliers des fermes de 25 mètres dont le chêneau servira à recueillir aussi les eaux des fermes de 15 mètres. Les deux premiers montants sont prolongés au-dessus de l’arbalétrier pour supporter un lanterneau vitré.

palaisbeauxartsfermes15mfig3.jpg

La façade de ces galeries, sur le jardin central, sera ornée de poteries et de céramiques (fig. 3).

Ces fermes espacées de 8m33 d’axe en axe, comme les fermes de 25 mètres, sont reliées par six poutres formant faux plancher qui viennent s’assembler sur la poutre principale de chaque ferme ; de plus cinq poutres formant pannes relient entre eux les montants correspondants de deux fermes consécutives.

Le lanterneau est situé au-dessus de l’emplacement réservé aux boutiques pour augmenter leur éclairage ainsi que leur ventilation.

2°Fermes à deux rampants.— Ces fermes, situées latéralement aux fermes de 25 mètres, sont en bordure sur les avenues de Suffren et de La Bourdonnais. Leurs emplacements sont indiqués par la lettre B sur le plan d’ensemble (fig. 1).

palaisbeauxartsfermes15mfig4.jpg

Toute la largeur de 15 mètres sera laissée libre à la circulation, ces galeries servant de dégagement aux galeries des expositions diverses.
Ces fermes à deux rampants (fig. 4) sont identiques, comme constitution et comme forme, aux fermes de 25 mètres ; leur écartement et par suite les pannes qui les relient entre elles sont donc les mêmes. Elles reposent d’un côté sur les piliers des fermes de 25 mètres et de l’antre sur des piliers pleins spéciaux.

3° Fermes cintrées. — Ces fermes forment deux galeries de 15 mètres symétriquement placées par rapport à Taxe du Champ de Mars et perpendiculaires aux avenues de Suffren et de La Bourdonnais. Leurs emplacements sont indiqués par la lettre C sur le plan d’ensemble (fig. 1.)

palaisbeauxartsfermes15mfig5.jpg

Ces fermes dont la figure 5 représente l’ensemble sont plus élevées que les fermes de 25 mètres qui les entourent ; l’aération et l’éclairage se font par un large lanterneau.

Ces fermes ont été calculées avec un tirant horizontal maintenu en son milieu par un poinçon fixé an faîtage.

Pavillons de raccordement.

— Les différentes annexes de 15 mètres sont raccordées entre elles par des pavillons indiqués par les lettres D et E sur le plan d’ensemble (fig. 1).

palaisbeauxartsfermes15mfig6.jpg

Nous donnons (fig. 6) une vue de façade de l’un des pavillons D qui se trouvent en bordure sur l’avenue de Suffren et sur l’avenue de La Bourdonnais.

palaisbeauxartsfermes15mfig7.jpg

La figure 7 montre la coupe de l’un des pavillons F qui relient entre elles deux fermes de 15 mètres à un rampant et une ferme cintrée.

Ces pavillons d’une hauteur totale de 28 mètres sont construits aussi légèrement que possible.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 26 mai 1888"

Toutes les parties de ce palais fermées par des fermes de 25 mètres sont terminées depuis longtemps.

On a commencé la pose des galeries annexes de 15 mètres, dont nous avons parlé dans la Construction moderne du 31 mars dernier, et ce travail va très rapidement.

La galerie de 30 mètres, qui conduit au palais des machines, est en construction dans les ateliers et les fers ne vont pas tarder à arriver au Champ de Mars.

Quant au dôme central qui forme l’entrée de la galerie de 30 mètres, ses fondations sont terminées, les boulons d’ancrage sont scellés dans la maçonnerie et la mise au levage pourra être commencée dans peu de temps, quand l’échafaudage sera complètement fini.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 30 juin 1888"

Dôme central.

Le dôme central est situé à l’entrée de la galerie de 30 mètres qui, suivant l’axe du Champ de Mars, conduit an vestibule du palais des machines ; nous n’avons encore indiqué ici que l’emplacement occupé par ce dôme, et nous pensons qu’il est temps, maintenant que le montage est commencé, de parler de ce bâtiment unique dans l’Exposition et qui, placé an centre du Champ de Mars, est appelé à attirer vivement l’attention. Ainsi se détache-t-il des constructions qui l’entourent par sa hauteur remarquable de 6O mètres et par son diamètre qui mesure 30 mètres. A droite et â gauche du dôme, deux pavillons servent de transition entre ce monument principal et les galeries des expositions diverses.

Les dimensions grandioses de ce dôme dont l’ossature est toute en fer, les différents matériaux, céramique, terre cuite et mosaïque, employés pour sa décoration, la coupole vitrée, surmontée d’un groupe monumental, les ornements en plomb ou en cuivre qui se détacheront par leur éclat des ardoises métalliques, tout concourra à lui donner un cachet spécial de beauté et de grandeur.

palaisexpositionsdiversesdomefig1.jpg

La figure 1 représente la façade principale du dôme avec ses pavillons latéraux.

La construction de cette importante partie du palais des expositions diverses a été confiée à la maison Moisant, Laurent, Savey et Cie, qui figure déjà parmi les constructeurs du palais des machines et des galeries latérales à ce palais.

Le poids total des fers employés pour le dôme central et les deux pavillons latéraux est de 900 tonnes, et le montage de toutes ces pièces métalliques, commencé le 17 juin, sera terminé dans le courant du mois d’août, c’est dire que ce travail est conduit aussi rapidement que possible.

Description de l'échafaudage.

palaisexpositionsdiversesdomeechafaudage.jpg

L’échafaudage (fig.2) construit pour le montage comprend trois parties principales : le pylône annulaire, la plate-forme en
encorbellement et le pylône conique central. Il est formé de seize fermes principales réunies par deux réseaux de moises et de contreventements, l’un extérieur, l’autre intérieur.

L’échafaudage se termine : 1° par une plate-forme annulaire supportant une double voie circulaire en fers à I de 220 ; 2° par deux autres plates-formes annulaires en encorbellement, Tune intérieure et l’autre extérieure, supportant une simple voie circulaire formée des mêmes éléments que la voie double ; 3° enfin par une plate-forme métallique qui coiffe le pylône central.

La plate-forme annulaire de la voie double est à 44 mètres au-dessus du niveau des dés; celle du pylône conique est à 55m66.

Chaque ferme (fig. 3) est composée de deux poteaux principaux, de dix contre-fiches, de vingt moises; d’une contre-fiche et de quatre moises en encorbellement h l’extérieur et des mêmes éléments en encorbellement à l’intérieur.

Les fermes sont réunies par sept cours de moises simples et trois cours de moises doubles à l'extérieur et par sept cours de moises simples et trois cours de moises doubles à l’intérieur. Les I parties en encorbellement des fermes sont reliées par un cours de I moises doubles à l’extérieur et par trois cours de moises simples et un cours de moises doubles pour la partie en encorbellement formant le pylône central.

Pour résister aux efforts de torsion, huit cours de contreventements à l’intérieur et autant à l’extérieur sont boulonnés sur les arbalétriers des fermes.En outre quarante diagonales assurent la rigidité du pylône central.

Chaque double moise supportant un des secteurs des plates-formes est maintenue en deux endroits par deux contrefiches reposant sur les moises doubles inférieures et intermédiaires.

Les planchers de forme annulaire qui couronnent le pylône principal sont formés de madriers placés jointivement et reposant sur les trois cours de moises doubles, sur le cours de moises simples du centre et sur quatre cours de solives simples. Le plancher annulaire extérieur supporte un garde-corps complet solidement fixé sur une plinthe vissée aux madriers du plancher.

Un escalier continu formé de neuf rampes et de huit paliers permet l’accès aux divers étages de l’échafaudage. Chaque rampe inclinée à 45° environ s’appuie en bas sur le palier et en liant sur les moises des fermes. La largeur de l’escalier est de 0.m70 mesurée entre les garde-corps qui existent sur tout le développement des rampes et des paliers Pour la construction de cet échafaudage on a employé 238 mètres cubes de bois.
Périodes de montage. — Le montage se divise en deux périodes bien distinctes : la première période comprend le montage des parties verticales ; pour cela on a installé le pylône annulaire et l’engin de levage monté sur truc spécial.

Ensuite, et seulement lorsque le montage du dôme sera effectué jusqu’à la hauteur de la plate-forme, commencera la seconde période ; on construira alors la partie de l’échafaudage eu encorbellement, ainsi que le pylône central et ou transportera l’engin de levage comme il sera indiqué plus loin.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 7 juillet 1888"

Dôme central. (suite)

Description de l'engin de levage. — Cet appareil étudié et construit spécialement pour ce montage parles constructeurs, se compose : 1° d’un chariot portant sur quatre galets verticaux qui roulent sur les rails de la plateforme supérieure. Ces galets sont calculés de manière qu’ils parcourent des chemins proportionnels aux rayons de courbure des rails sur lesquels ils se déplacent, les axes des deux essieux prolongés devant se rencontrer au centre du dôme ; sur l’un de ces essieux est fixé un système d’engrenages reliés à une poulie sur laquelle passe une chaîne sans fin qui descend jusqu’au sol ; là un ouvrier agissant sur cette chaîne peut faire circuler le chariot dans un sens on dans l’autre ; pour guider le chariot dans son mouvement, quatre galets horizontaux viennent appuyer contre les ailes intérieures supérieures des rails ; de plus, pour empêcher tout renversement, des crochets automatiques fixés an châssis du chariot embrassent la partie supérieure des rails; 2° d’une poutre double de 13m.40 de longueur, fixée sur le chariot et armée de quatre tirants. Sur cette poutre peuvent se mouvoir deux petits chariots portant chacun deux poulies à gorge et reliés entre eux par une chaîne guidée; un système d’engrenages et une poulie sur laquelle passe une chaîne descendant jusqu’au sol permet, de la partie inférieure de l’échafaudage, de rapprocher simultanément les deux petits chariots du milieu de la poutre ou de les en écarter. Une chaîne, fixée par chacun de ses bouts aux deux extrémités D et T de la [loutre, passe sur les quatre poulies C, E, G, H des petits chariots et supporte deux poulies munies de crochets A et R. Au crochet R est suspendue la chaîne qui va au treuil placé an centre de .l’échafaudage ; ce treuil, avec frein automatique du système Mégy, est fixé à une poutre verticale solidement ancrée
dans un bloc de maçonnerie qui aune profondeur de lm.20 dans le sol. Ce treuil a été muni d’un système de guidage spécial qui dirige la chaîne verticalement sur la voie, quelle que soit l’obliquité de cette chaîne. Au crochet A on fixe les chaînes ou cordages qui portent les pièces métalliques à élever. A mesure que l’élévation du dôme augmentera, on ajoutera des contrepoids en plomb au-dessus du crochet A pour faire équilibre à la portion de chaîne qui va au treuil. Le poids de cet engin, y compris les chaînes, est de 4,000 kilogrammes.

Dôme central - Engin de levage
Dôme central - Engin de levage

Détails du montage. — Une voie pour wagonnets faisant le tour de l’échafaudage et se raccordant avec les voies du Champ de Mars permet d’apporter les matériaux juste à l’endroit où ils doivent être montés.

Première période. — Supposons que l'un des piliers d’angle qui sont montés par tronçons ait déjà plusieurs de ses tronçons en place et que Ton veuille assembler le tronçon suivant. En agissant sur le treuil on élèvera ce tronçon à la hauteur voulue, puis, pour l’amener au-dessus du tronçon précédent, on agira sur la chaîne qui fait rapprocher les deux petits chariots; la chaîne DCAFGBHI ayant une longueur in variable, les deux poulies A et B se déplaceront en restant à la même hauteur et on n’aura plus qu’à agir sur le treuil en sens inverse de tout à l’heure pour que le nouveau tronçon descende un peu et vienne s’emboîter dans celui qui est déjà en place.

On voit que dans cette première période de montage toutes les manœuvres se font de la partie inférieure de l’échafaudage.

Pour faciliter le rivetage des tronçons entre eux, on a combiné la hauteur des différents planchers de l’échafaudage de manière qu’ils se trouvent au niveau des joints des tronçons successifs.

Seconde période. — Quand on sera arrivé à cette période, toutes les parties verticales du dôme seront en place. On viendra alors terminer l'échafaudage en y ajoutant les parties en encorbellement et le pylône central et on transportera l’engin de levage de la position A à la position B.

Echafaudage du dôme central - Vue d'ensemble, état actuel
Echafaudage du dôme central - Vue d'ensemble, état actuel

Là une des extrémités de la poutre double pivotera auteur du centre du plateau métallique qui couronne le pylône central et l’autre extrémité sera reliée à un tréteau vertical reposant par l'intermédiaire de galets sur la nouvelle voie fixée an chemin en encorbellement. Le treuil qui était fixé dans le sol sera alors boulonné sur ce tréteau vertical, et ce sera de ce balcon en encorbellement que se feront tontes les manœuvres pour le montage des différentes pièces constituant la coupole du dôme.

Tout ce système de montage, très bien étudié et calculé de manière à n’employer que juste les matériaux nécessaires, permet d’opérer très rapidement, et l’on peut s’en rendre compte en constatant qu’en dix jours on est déjà arrivé à la hauteur de 25 mètres.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 8614
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais des Expositions Diverses

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de "La construction moderne - 28 juillet 1888"


Montage des fermes de 115 mètres.

Le palais des machines qui sera une des principales attractions de l’Exposition par la hardiesse et la légèreté de son ossature métallique, a été divisé en deux lots pour les adjudications : le premier lot est construit par la Compagnie de Fives-Lille, le second par la Société des anciens établissements Cail. Ce palais a comme longueur toute la largeur du Champ de Mars, c’est-à-dire 420 mètres; vingt fermes de 115 mètres de portée le partagent en dix-neuf travées, la travée centrale et les deux extrêmes étant un peu plus grandes que les autres.

Le montage de pièces métalliques aussi considérables n’était pas chose facile ; les deux maisons chargées de ce travail ont présenté chacune un système de levage ; ces deux systèmes sont, comme on va le voir, tout à fait différents.

Montage de la Compagnie de Fives-Lille. — La Compagnie de Fives-Lille monte une ferme en quatre tronçons : les deux piliers et les deux arbalétriers (Fig. 1). Un pilier pèse 45 tonnes et un arêtier 42 tonnes.

Echafaudage Fives-Lille
Echafaudage Fives-Lille

Les différentes pièces qui constituent chacun de ces tronçons sont amenées au Champ de Mars par la voie ferrée, et leur rivetage se fait sur le sol, à l’endroit même où plus tard on devra les soulever.

L’échafaudage employé se compose de trois pylônes isolés, un au centre et un à chacune des extrémités d’une ferme. Les piliers A et B' étant terminés et couchés sur le sol, on commence par les soulever à l’aide de cordages passant sur des poulies de renvoi fixées aux pylônes extrêmes et allant à deux treuils qui sont solidement amarrés à la base du pylône central. Dans ce mouvement les piliers opèrent une rotation sur leurs tourillons et prennent les positions A' et B'; ils se trouvent alors emboités dans les pylônes extrêmes qui leur servent ainsi de soutien.

On procède ensuite au levage des deux arbalétriers C D et E F, en se servant pour cela des treuils qui sont à la base du pylône central et des pylônes extrêmes. Quand les arbalétriers sont arrivés à leur position définitive, en C D' et E' F', on pose le tourillon supérieur et on boulonne le collier qui relie les deux coussinets. Il ne reste plus alors qu’à faire le rivetage du joint de chaque arbalétrier avec son pilier.

Les petits chariots que l’on voit sur les arêtiers servent au levage des grandes pannes qui relient les fermes entre elles.

Une fois la ferme complètement assemblée on procède au déplacement de l’échafaudage. On démonte la partie supérieure du pylône central pour que ce pylône puisse passer sous la ferme, on agit sur les treuils qui fout mouvoir ce pylône muni de galets et on remet en place la partie supérieure.

Pour les pylônes extrêmes, ou a trois mouvements à leur faire exécuter : ils sont pour cela munis de galets permettant le roulement dans deux sens perpendiculaires entre eux. D’abord il faut diriger chaque pylône vers l’axe de la galerie pour dégager les piliers de ferme ; puis on amène ces pylônes sur l’emplacement de la ferme suivante, et enfin on les éloigne de l’axe de la nef pour les amener dans une position identique à celle qu’ils occupaient primitivement.

Tous ces mouvements très simples et très bien réglés sont faits avec une grande rapidité.

Echafaudage Cail
Echafaudage Cail

Montage de la Société des anciens établissements Cail. — Dans ce système on ne fait pas le levage de tronçons assemblés ayant des poids considérables ; an contraire on a cherché à ne lever que des poids aussi faibles que possible. On commence d’abord, à, l’aide de l’échafaudage représenté par la figure 2, par assembler sur place et dans leur position définitive les pieds de ferme. Puis à l’aide de grues qui se déplacent sur une plateforme horizontale ayant toute la largeur de la nef et dont on voit la moitié seulement sur le côté gauche de la figure 3, on vient soulever les différentes pièces constituant la ferme et on les dépose sur l’échafaudage de soutien où se fait le rivetage de toute la ferme. La fig. 3 représente sur la droite la moitié de cet échafaudage de soutien.

L’échafaudage des grues roulantes et l’échafaudage de soutien sont accolés l’un à l’autre et supportés par cinq
pylônes, un au milieu, deux intermédiaires et deux extrêmes, dont on voit les profils sur la figure 4.

Ces cinq pylônes son relies entre eux par des_ moises, et l’on a ainsi un échafaudage unique de 101 mètres de largeur.

Le plancher de l’échafaudage de soutien a à peu près la forme de l’intrados de la ferme; à mesure que la ferme est assemblée sur ce plancher, on règle sa position à l’aide de cales en bois. Le décalage ne se fait que lorsque la ferme est complètement terminée et reliée à la ferme précédente. On transporte alors l’échafaudage à l’emplacement de la ferme suivante. Pour cela chaque pylône est muni de galets reposant sur des rails; cinq treuils sur lesquels on agit en même temps servent à exécuter ce déplacement.

Si on compare le travail produit avec chacun de ces deux systèmes, on voit que la Compagnie de Fives-Lille a mis en place actuellement huit fermes et sept travées, et que la Société Cail à posé sept fermes et six travées. L’avantage semblerait donc être pour le premier système ; mais la Compagnie de Fives-Lille ayant commencé son montage quelques jours avant la Société Cail, on peut donc en conclure que les deux systèmes sont également bons et que la même activité est déployée sur ces deux chantiers.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1889 - Architecture, pavillons, jardins, mobilier urbain »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité