Palais de l'Algérie

Paris 1889 - Architecture, pavilions, gardens, urban furniture, pictures, drawings
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10650
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Palais de l'Algérie

Message par worldfairs »

algerie.jpg
algerie2.jpg



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10650
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais de l'Algérie

Message par worldfairs »

algerie01.jpg



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10650
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Palais de l'Algérie

Message par worldfairs »

Article extrait du livre "Constructions Françaises et Etrangères" de 1889

M. A. BALLU, architecte en chef.
M. E. MARQUETTE, architecte.


Ce pavillon est une agglomération des principaux édifices d’Alger, dont M. A. Ballu, architecte du gouvernement et des monuments historiques, a fait, pendant de longues années, des relevés importants pour le compte du ministère des Beaux-Arts.

L’architecte s’est appliqué à reproduire, aussi exactement que possible, et en tenant compte des moindres détails, les mosquées de Pecherie, de Sidi Abd-er-Rhaman, le musée, la Kasbah d’Alger, etc.

Palais de l'Algérie - Vue perspective - Plan
Palais de l'Algérie - Vue perspective - Plan

Pensant que l’industrie indigène ou bazar des objets orientaux serait l’élément le plus grand d’attraction pour les visiteurs, l’architecte a disposé ce bazar en avant des constructions proprement dites ; un jardin, tout grand ouvert sur le quai, se trouve entre les bazars et l’entrée principale, reproduction du Mirhab de la mosquée Djama-El-Djedid. Puis on entre dans une kouba ou coupole, reproduction de celle de Sidi Abd-er-Rhaman, qui conduit au grand vestibule, imitation de celui du palais du musée d’Alger.
Il faut remarquer la forme des arcades si spéciale à l’art algérien, inconnue ou presque inconnue, jusqu’ici, des Européens. Cet art algérien n’est pas le même que l’arabe, qui fait la gloire de Tlemcen.

Le grand vestibule donne accès :
1° au minaret, reproduction de Sidi Abd-er-Rhaman, lequel conduit aux loggias en encorbellement sur le quai et sur le jardin. Ce minaret est orné d’un escalier peu vu du public, et reproduisant celui du musée d’Alger, il est tout garni de faïences.
2° A la galerie des Beaux-Arts; enfin, aux trois grandes salles contenant les produits d’Alger, Oran et Constantine; au fond, la galerie des vins des trois provinces. Le plafond du grand vestibule rappelle celui de l’archevêché d’Alger (relevés de M. Marquette, architecte à Alger, inspecteur du diocèse.)

Palais de l'Algérie - Façade sur l'avenue centrale des Invalides - Façade côté du quai
Palais de l'Algérie - Façade sur l'avenue centrale des Invalides - Façade côté du quai

Sous les quinconces se trouvent toutes sortes de kiosques, hangars, écuries, etc., la porte construite par la Société de l’Oued-Rirh et qui ne fait pas partie intégrante du pavillon' algérien, lequel est d’un autre style. Le café maure avec spécimen de rue arabe d’Alger.

M. Ballu se trouvait désigné pour apporter son concours au gouvernement de l’Algérie dans la construction de son pavillon à {'Exposition universelle. C’est lui qui a achevé la cathédrale d’Alger, si longtemps laissée à l’abandon, et en a orné la façade principale de faïences et de mosaïques.

Auteur de nombreux dessins, résultats des.missions données par le ministre des Beaux-Arts, grâce auxquels il a pu apporter une grande sincérité artistique dans l’exécution du pavillon algérien, M. Ballu vient d’être nommé architecte en chef des monuments historiques de l’Algérie, en remplacement de M. Duthoit décédé; il est également l’auteur du pavillon de la République Argentine, au Champ de Mars, auquel le jury supérieur a décerné le 1" grand prix des Pavillons étrangers, et que nous publierons dans le deuxième fascicule des Constructions françaises et étrangères. Les faïences du vestibule, la grande porte et les porcelaines « vert turquoise » de la petite coupole des bazars, ont été exécutées par M. Parvillée. Toutes les autres sont de M. Lœbnitz.

Les vitraux sont de MM. Oudinot et Didron.

Palais de l'Algérie - Coupe - Façade côté de la Tunie
Palais de l'Algérie - Coupe - Façade côté de la Tunie



Répondre

Retourner vers « Paris 1889 - Architecture, pavillons, jardins, mobilier urbain, photos, illustrations »