Le Palais de l'Agriculture et de l'Alimentation

Paris 1900 - Architecture, pavilions, gardens, urban furniture
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9758
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Le Palais de l'Agriculture et de l'Alimentation

Message par worldfairs »

agriculturealiments.jpg

Dans l'énorme Galerie des Machines de 1889 de pittoresques maisonnettes forment un véritable village.
Le première, à gauche, abrite de vénérables pressoirs en bois du XVIIe siècle, celle qui lui fait face renferme l'échoppe du sieur La Varenne, escuyer de cuisine de M. le marquis d'Yxelles, qui tient étalage de toutes sortes de confitures tant sèches que liquides, compostes, fruits et salades au sucre, dragées, massepins, darioles, breuvages délicieux et autres délicatesses de bouche.
Son voisin est un marchand épicier et droguiste.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9758
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Le Palais de l'Agriculture et des Aliments

Message par worldfairs »

Le Triomphant

Expo Paris 1900 - Photo - Le Triomphant
Expo Paris 1900 - Photo - Le Triomphant

L'Exposition rétrospective de l'Alimentation est dominée par un énorme navire rouge et or dédié par la maison Menier à la gloire du chocolat.
"Le Vaisseau du Roy, Le Triomphant, battant pavillon de l'amiral d'Estrées, revient à Brest avec l'escadre, le 10 octobre 1679, après avoir établi le commerce français aux Antilles. Il apporte à Louis XIV le chocolat préparé avec le cacao provenant des première plantations de la Martinique".
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9758
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Le Palais de l'Agriculture et des Aliments

Message par worldfairs »

Les Moulins Abel Leblanc

Expo Paris 1900 - Photo - Les Moulins Abel Leblanc
Expo Paris 1900 - Photo - Les Moulins Abel Leblanc

Dans un coin de cette charmante petite ville qu'abritent les colossales fermes de M. Dutert, les Moulins Abel Leblanc découpent leur silhouette pittoresque.
L'escalier rustique, le porche de vieilles tuiles, la roue à aubes que fait tourner l'eau d'un ruisseau, la tourelle pointue et la maison du meunier forment un délicieux décor d'opéra-comique, que complète là-haut le moulin à vent, agitant éperdument ses grands bras.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9758
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Le Palais de l'Agriculture et de l'Alimentation

Message par worldfairs »

Texte et illustration de "L'exposition en famille"

.... Six heures du matin... Une fraîcheur exquise dans Paris qui se lève... L’Exposition se lève aussi... Et je veux assister à son éveil... J'entre par la Porte de l'Ecole Militaire-La Bourdonnais.

Je pénètre dans l’ancienne galerie des Machines. L’immense nef a été transformée, et c'est maintenant une petite ville bâtie de constructions plus pittoresques les unes que les autres.

Personne à peine que les gardiens donnant le dernier coup d'arrosoir, que les employés d'exposants se préparant gaiement à vaquer à leurs occupations, qui sont d’autant plus agréables qu'elles ont lieu devant le public.

Mais quel est ce vaisseau de guerre qui se dresse sur deux vagues entrechoquées? On dirait un navire à tourelles du temps de Louis XIV. Une inscription vous dit que c'est la reproduction du vaisseau royal le Triomphant, battant pavillon de l’amiral d’Estrées, vainqueur de Tabago, revenu à Brest le 10 octobre 1679 après avoir établi le commerce français aux Antilles. Il apporte au grand roi le chocolat préparé avec les cacaos des premières plantations de la Martinique. C'est donc, cette construction originale, la réclame saisissante d’un grand chocolatier. Entrons dans la soute du navire : Menier par ci, Menier par là. Et vous assistez aux opérations de la préparation des pâles du fameux chocolat, le plus excellent de tous, croyez-m'en. Vous voyez par quatre dioramas la division du travail de l'industrie chocolatière jusqu'à l'empaquetage. Vous pouvez déguster à l’exposition du premier étage.

Ici. nous sommes dans la classe 59, sucres, confiseries, condiments et stimulants. Les maisons sont nombreuses, la plupart d’un grand renom et leurs expositions élégantes et attirantes. Mais qui citer? Je ne puis pourtant pas vous vanter les fondants de Boissier au détriment des pralines de Jacquin, ni vous dire que telle moutarde est la plus exquise. A vous d’aller voir, de goûter même, car les exposants se montrent généreux à l’endroit du public.

alimentation01.jpg

Un peu à gauche, un rocher supporte un moulin qui domine la section de la minoterie. Construit par la maison Abel Leblanc, ce moulin est une trinité de moulins : au rez-de-chaussée, le moulin à eau; au premier étage, le moulin à vent; à l'intérieur, le moulin moderne avec turbine. Une passerelle relie le moulin au premier étage où un motif décoratif avec maisons à pignons et ornementations rustiques vous donne l’illusion d’un marché aux grains: les grains sont là, et les pains aussi, les pains de fantaisie, les pains comprimés pour voyages, campagnes militaires, les biscuits de mer, les gâteaux et autres pâtisseries.

Sous les révolutions d’un double escalier montant aux galeries supérieures les matières premières employées dans la fabrication des liqueurs et dans la distillerie sont réunies. Mais cet escalier est entouré de treillages à travers lesquels se jouent des feuillages et des raisins; c’est un ravissant motif qui en se terminant en grande voussure arquée symbolise d’autant mieux la distillerie qu’entre les fleurs et les feuillages luit la note brillante du cuivre des alambics, cornues, colonnes et autres appareils à faire l’eau-de-vie.

Au premier étage, un décor représente le laboratoire d’un vieil alchimiste, le docteur Faust lui-mème devant ses alambics. Et c’est une succession de vitrines contenant les meilleures marques de liqueurs et d’alcools. Il y a même un exposant qui a fait sa vilaine avec des colonnes, des supports de bocaux remplis de fruits à l'eau-de-vie, d'effet très original.

Les machines à fabriquer et conserver la glace, les appareils frigorifiques, les procédés de conservation d'aliments frais m’attirent longuement parce que je les trouve très hygiéniques et que je voudrais bien que le plus humble ménage puisse avoir sa glacière, ce qui nous débarrasserait des boissons insipides et énervantes, nous éviterait par l’habitude de boire frais des fluxions et des diarrhées, et nous ferait économiser l'eau que tant de Parisiens gaspillent en réfrigérations vaines.

Voici une brasserie flamande très jolie. A côté, une cave voûtée, une grande salle de dégustation qui n’est qu’une vaste halle aux bières où les grands brasseurs tiennent des comptoirs avec sous-caves et appareils frigorifiques. Bonne bière fraîche à 0.20 centimes le verre!

Au pied de l'escalier d'honneur conduisant au premier étage voici une cidrerie en forme de pigeonnier normand. Une jolie porte avec fontaine décorée d’une Eve l’ouvre aux visiteurs. Buvez-y du bon cidre, ou du poiré excellent, en regardant l'installation d’une cidrerie par la maison Simon frères : broyeur, presse continue à colonnes, presse continue au moteur, élévateurs, cuves, brocs, etc.

Une ancienne charrue
Une ancienne charrue

Mais voici un palais vers qui convergent tous les regards. C’est le Palais du Champagne installé par le syndicat des vins de Champagne. C'est du pur style Louis XIII.

Une baie de haut style s’ouvre au premier étage en forme de loggia et laisse voir les panneaux treillages d’un salon d'honneur, tandis qu'au fronton une colossale apothéose de la bouteille de champagne du statuaire Peynot met le pétillement mousseux d'une nuée de belles nymphes s'essorant autour de la dive bouteille. Un peu à côté, un piédestal supporte un groupe de vignerons champenois à la vendange par le même artiste.

Voici la Bourgogne avec la tour du Jacquemard munie d’un véritable carillon, l'escalier du palais ducal de Dijon, la tourelle en encorbellement d’une maison de la Renaissance, une tour de l’hôtel de Vogué, des motifs de l’hôpital de Beaune, deux maisons romanes de Cluny, trois travées du célèbre cloître de Semur éclairant une grande salle voûtée. Tout ça, c'est de l’archéologie, mais cela rend plus frappante l’impression du visiteur, et s’il est un gourmet, s'il veut déguster un verre de clos Vougeot, il jouira doublement de l'arme et de la couleur locale, et de l'archaïsme artificiel du lieu. Mais il faut avoir le louis en poche.

Un paysan Beauceron
Un paysan Beauceron

Les Charentes se groupent autour du clocher de Cognac.

Le portail du logis du garde-épée, couronné d'un rang de créneaux et de mâchicoulis, et la porte fortifiée de Cognac, donnent accès à une cour où les produits sont exposés sous des treilles d'arrangement poétique. Une vieille maison de bois, moulée sur place, s'adosse à la porte. Une boutique d’ancien détaillant en occupe le rez-de-chaussée avec un vieil alambic qui sert d’enseigne. — Un peu à côté du groupe, un vieux puits de la Renaissance existant à Saint-Jean-d'Angely est reproduit dans ses dimensions réelles.

Les eaux-de-vie d'Armagnac se présentent au pied du clocher de l'église de Fleurance.

Le Bordelais est renfermé dans une belle treille en forme de rotonde qui fait face à la Salle des Fêtes. Des paysages de la campagne bordelaise aux différents aspects de la journée avec de superbes châteaux dans l'éloignement nous disent la splendide richesse viticole de cette vieille province française. Sur des tablettes, tout autour, les propriétaires ont exposé leurs bouteilles, des marques fameuses. La tentation vous prend d'« en chiper une ». Mais prenez garde, ce n'est que de l'eau colorée.

A côte, un chai moyenâgeux, agrémenté d’un pigeonnier, réunit l'exposition de propriétaires non syndiqués.

A gauche, de la Salle des fêtes, un comptoir des vins mousseux de l’Anjou s'abrite sous la reproduction d'une moitié de l'hôtel de ville de Saumur.

Le pavillon Louis XVI à deux étages, élevé par la maison Moêt et Chandon, est consacré au triomphe du Champagne. On peut le déguster en haut sur un jardin suspendu.

Mais il faut que je revienne sur mes pas. On se perd, tellement les monuments sont nombreux et l'attrait palpitant de cette promenade où l'archéologie semblerait dominer.

Voici le Midi, pécaïre ! Une tour en briques d'un cloître de Toulouse abrite les syndicats de la Haute-Garonne. La Porte d'Auguste, à Nimes, dit la renommée des vins du Gard, lundis que la tour des vins de Montpellier, l'abside de Saint-Guillem-le-Désert, la porte de l'église de Magnelonne chantent la bonté des vins de l'Hérault.

Mais voici deux tours de Carcassonne. C'est la porte Narbonnaise. Montez, et vous aurez des émotions moyenâgeuses en même temps que vous pourrez savourer le bouquet des vins de l’Aude.

Les Pyrénées-Orientales ont du vin, ce qu’on ignore. Et Rivesaltes n’était pas fameuse qu'au temps «le Cyrano de Bergerac. Goûtez de son vin sous les trois travées du Cloître d’Elne, moulées sur l’original.

Au centre de la galerie, le décorateur Marcel Jambon sur les plans de M. Hermont, architecte, a élevé une construction gothique qui réunit le musée centennal de la viticulture. Des types d'anciens paysans, avec leurs bêtes, leurs houes, charrues mettent une animation singulière au rez-de-chaussée. Mais, à l'intérieur, on peut voir les artistiques pressoirs, les appareils de vinification, les outils de viticulture usités au bon vieux temps. Des bas-reliefs, des chapiteaux, des vitraux du XIIIe siècle, tous reproduits d'après les originaux, nous évoquent la figure des vignerons de naguère taillant, sarclant, soufrant la vigne, foulant le raisin.

La Hollande a des distilleries d'alcool et de levure et des sucreries.

L’Autriche se présente dans un cadre gracieux de berceaux et de gloriettes avec cloisons à jour feuillagées de pampres de vignes. Vins renommés, produits des industries laitières. Mais surtout puissantes sucreries de betterave qui se mettent en valeur sous un dôme de feuillages entièrement copiés sur celui de cette plante si productive.

La Hongrie se cantonne dans un décor national très artistique. Deux entrées de mâts recouverts de peaux des différents animaux élevés par l’agriculture; des pampres de raisin, ornent le carré des crus de Hongrie d’une réputation qui grandit chaque joui⁻. Mais le plus curieux, comme le plus joli à l’oeil, ce sont les motifs de céréales qui décorent avec un cachet très agreste l'exposition des blés et riz. Il a fallu un art infini pour arranger ces gerbes en écussons, cintres, chapiteaux même. — Un peu à côté, le somptueux salon des fabricants de sucre, possède un panneau en mosaïque d'or devant lequel se dresse une statue de la Hongrie, portant la couronne et le manteau de Saint Etienne.

Motif de céréales (Hongrie)
Motif de céréales (Hongrie)

La salle de la Croatie et de la Slavonie est fort pittoresque.

Ici, l’Espagne se lient un peu mieux que dans les autres groupes. Voici une gigantesque porte reproduisant l'arc de Grenade, ornée d’arabesques el de carrelages. Voici des motifs empruntés à l’Alhambra. Et là-dessous les célèbres vins de Castille, d'Andalousie et de Catalogne, les huiles de Santa Lucia font bonne figure.

L’Italie est sobrement ornée. Mais comme je suis un friand des produits italiens, des pâles, noques, macaronis, nouilles, semoules, des mortadelles et des gorgonzolas, des vins de Marsala, des vermouths de Turin, je m’y complais longuement et j’admire fort le pavillon de Fernandez Branca.

La Suède possède des Sociétés laitières parfaitement organisées. — Conserves de viandes, poissons, anchois, punchs suédois.

Encore des motifs de céréales avec la Roumanie. Des confiseries aussi.

Un détour, après avoir bien contemplé les motifs de statuaire agricole qui flanquent l’entrée de la Salle des Fêtes, et me voici devant la façade des Etats-Unis exécutée d’après le style des anciennes missions espagnoles en Californie. Toujours des céréales, des farines de blé, maïs; des grains, des haricots, petits poissées; des conserves; surtout des condiments, sauces américaines; des produits concentrés. Et des viandes conservées, des vins, des liqueurs, des eaux minérales. De riches machines aratoires, des modèles de vastes exploitations rurales organisées comme des gouvernements.

Des portiques légers d'une ornementation blanche avec feuillages tendres et des fruits d’or entourent l’exposition allemande : produits alimentaires nombreux, bières des plus célèbres brasseries, machines agricoles exposées par le Ministère de l’Agriculture de Prusse.

Deux bœufs vigoureux ouvrent la Section danoise divisée en agencements peints de feuilles de trèfles. A remarquer une spécialité du pays ; le beurre emballé pour expéditions.

L’exposition du Japon est fort intéressante surtout avec les documents officiels. A voir ses collections de thés, ses conserves de fruits, de poissons, les bocaux de sioyon (sauce japonaise) et les flacons de saké (vin de riz), les chanvres et ramies.

Une importante exhibition de vins, les meilleures bouteilles de Porto, et voilà le Portugal.

Mais le quartier qui vient est magnifique. C’est la Section russe. Les exposants rivalisent d’effets décoratifs en même temps qu’ils démontrent que la Russie est un pays essentiellement agricole. Le superbe salon de M. Kharitanensk, de Moscou, avec son ameublement en chêne massif, ses deux griffons qui soutiennent des armoiries, montre les produits des grandes sucreries et des domaines du richissime propriétaire. D’autres sucriers. MM. Terestschenko, Brodsky, ont également des installations luxueuses. Les vins de Kouban (Caucase), les thés Perloff, Popoff, les samovards Borman Sweete. sont «les marques déjà universelles. — Je quitte la Russie par le pavillon Louis XV de M. Einem, le grand chocolatier de Moscou.

L'industrie des conserves très développée et perfectionnée nous signale la Norvège.

La Suisse occupe une grande place sous des agencements d’un art nouveau très spécial avec des peintures et inscriptions curieuses d’une note fort originale. Remarquer le salon de la farine Nestlé. Le pavillon du chocolatier Suchard. Le lait y triomphe avec éclat : laits condensés, laits stérilisés, fromageries, beurreries. Un moulin complet fonctionne sous les yeux des visiteurs, des presses à bonbons aussi. — Si les mamans et les bébés sont par là, les hommes, en revanche, s’arrêtent devant les étagères de kirschs, d’absinthes et de vins.

Mais bien édifiante et de haut enseignement la Section belge. On y voit clairement ce que peut faire le labeur, la force dans l’union, le libre-échange dans une petite nation.

La Belgique est dans une enceinte Renaissance dont le tympan de la grande entrée a pour motifs les attributs de la brasserie. Aussi les bières belges ont-elles une exposition importante, d'autant plus qu'une école île brasserie montre avec quel soin la Belgique soigne celte branche de son industrie nationale.

L’Angleterre aussi a ses bières, pale-ales et stouts. Mais sa biscuiterie tient plus de place. Huntley-Palmers semblent triompher sans conteste. —Les machines agricoles anglaises sont particulièrement superbes.

Je sors par les vins de la République de Libéria et ceux d’Andorre...

Section de l'Alimentation : Exposition rétrospective
Section de l'Alimentation : Exposition rétrospective
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1900 - Architecture, pavillons, jardins, mobilier urbain »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité