Section d’Egyptienne et Théâtre Egyptien

Paris 1900 - Architecture, pavilions, gardens, urban furniture
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9818
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Au Théâtre Egyptien

Message par worldfairs »

theatreegyptien.jpg

Le Temple de la danse orientale.
Pendant quer les femmes fellahs marquent le rythme par des balancements de corps et des battements de mains, et que les noires Soudanaises se trémoussent en des contorsions où les épaules, les seins et la tête ne sont pas moins mis à contribution que le ventre, l'étoile, Zohara, triomphe dans la danse de la gargoulette.


Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9818
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Section d’Egyptienne et Théâtre Egyptien

Message par worldfairs »

Texte et illustration de "L'exposition en famille"

Le coin le plus gai, le plus joyeusement animé du Trocadéro, véritable coin d’Orient, c’est la section Egyptienne, chaude de couleurs, exquise de pittoresque et d'imprévu. Tout y est d’une telle exactitude et d’une si parfaite réalité de reconstitution que les touristes qui ont parcouru la terre des Pharaons et exploré les rives du Nil, en reconnaissent tous les détails dans les merveilles monumentales dont tous les motifs décoratifs ont été si savamment et si artiste-ment reconstitués sous l’habile direction de Messieurs Ph. F. Boulad et consorts, administrateurs de la section égyptienne, et M. Marcel Bourgnon, architecte.

Le décor est d’un réalisme étonnant : l’histoire de l’art égyptien s’y retrouve tout entière pour la plus grande joie des curieux, des artistes et des archéologues.

Au palais de l’Egypte, se retrouvent fondues en une harmonie architecturale d’un grand effet, les intéressantes réminiscences du temple nubien de Dandour, de la porte monumentale de Ouakala-El-Mahassine, du bazar Kahn Khalili, au Caire, de la fontaine Sébil de l’émir Abdel-Rhaman-Kalkoda et cent autres motifs architecturaux où le charmant le dispute au grandiose.

C’est dans ce temple que se trouvent exposés les nombreux produits du pays du khédive, produits agricoles et manufactures, objets d’art, collection d’armes, bijoux aux formes étranges, tapis, etc., antiques et modernes. L’Egypte à travers les âges.

Section Egyptienne - Façade latérale
Section Egyptienne - Façade latérale

Le Bazar, édifié dans le pur style arabe si gracieux donne une idée parfaite de la vie actuelle dans l’Egypte contemporaine.

Enfin le Théâtre Egyptien — qui est le clou de la section — fait courir tout Paris, ou plutôt le monde entier, puisque l'univers semble s’être donné rendez-vous de la place de la Concorde ou triomphe encore l’Egypte par l'obélisque de Louqsor — jusqu'au Trocadéro dont le Théâtre Egyptien est l’attraction capitale.

Figurez-vous une massive construction monumentale, de style antique avec une colonnade de hauts pilastres dominée par d’épaisses murailles, sur lesquelles, de tous côtés éclatent les notes claires d’une polychromie retraçant les fastes et les grandeurs des dynasties disparues depuis tant de siècles ; celle des trois Rahmsés y occupe la plus large place en des scènes aussi variées qu’heureusement choisies, elles revivent, pour ainsi dire, sous nos yeux leur existence mystérieuse, farouche et grandiose.

Et encore sur les façades de ce théâtre prodigieux, il y a encore des détails surprenants où l’on retrouve des souvenirs de ces colossales cités : Thèbes aux cent portes et Karnak la géante.

La scène du Théâtre Egyptien permet, parses vastes proportions — 15 mètres de profondeur sur 18 de largeur — le facile développement des mises en scènes considérables qu’exigent certains spectacles exotiques. La disposition et la décoration de la salle ont un caractère particulier; la polychromie des peintures plaçant sous les yeux étonnés du public les paysages de l’ancienne Egypte, est d’un charme très attachant. Et, par une heureuse disposition, les loges et l’ameublement s’harmonisent admirablement avec l'architecture du monument dont leur style, purement égyptien, complète la couleur locale.

Quelques artistes du Théâtre Egyptien
Quelques artistes du Théâtre Egyptien

L’originalité des spectacles, leur saveur orientale ont si bien conquis le grand public de l’Exposition que le Théâtre Egyptien est devenu son rendez-vous favori, La Victoire d'Antar, ce drame héroïque dont les scènes extraordinaires célèbrent la victoire des Arabes sur les Persans dans un temps reculé, est d'une conception naïve et tragique à la fois, avec des réminiscences des mythes ancestraux oit l'art dramatique primitif de l'antique Egypte, art dix fois millénaire, se révèle encore avec puissance.

Mais ce qui surtout a pris, attiré et retenu la foule, ce sont ces bizarres « danses nerveuses » dans lesquelles, avec des ondulations reptiliennes et une souplesse féline, les danseuses exotiques donnent l'image complète des pyrrhiques lascives des aimées, pyrrhiques qui tiennent du rêve et font songer à l'évocation des loins paradis de l’Islam, cependant que ronflent les derboukas, que la flûte de roseau psalmodie ses mélopées el que les cordes des bizarres instruments de bois sonnent comme du bronze, accompagnant les chants guturaux et rythmés d’une figuration nombreuse dont les gestes, les chœurs et les costumes constituent en des groupes légendaires, l’attraction la plus surprenante et la plus attachante que l’on puisse imaginer. Et tous ces épisodes de guerre ou de fêle, de combats ou de mariages, se développent, agissent, tournoient en des décors dont la beauté se décuple sous l'action de jeux de lumière combinés avec un rare bonheur.

Section Egyptienne - Façade Sud
Section Egyptienne - Façade Sud

L'action de ce spectacle exerce sur l'imagination une n resistible attirance. On l’a vu, on veut le revoir une fois, deux fois, trois fois, dix fois ; on le voudrait revoir toujours.

Paris, grâce au Théâtre Egyptien du Trocadéro est devenu Orientaliste.
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 9818
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Section d’Egyptienne et Théâtre Egyptien

Message par worldfairs »

Texte et illustrations de la revue "L'exposition en famille" de 1900

Voici un bloc massif de trois bâtiments réunis les uns contre les autres. C'est l'architecture de l’antique Egypte. Sur le mur extérieur haut et majestueux des scènes de la vie égyptienne sont gravées à même la pierre. Une porte monumentale vous introduit dans le temple de Dandour: une vaste salle aux colonnes montantes, au plafond élevé, aux chapiteaux ornés de motifs empruntés aux temples de Philœ, d'Abydos et de Karnak. Dans ce temple les produits agricoles ou manufacturés, des cotons d’exportation, des bijoux, des objets d’art, des armes, tapis sont exposés sous le regard d'un beau buste en marbre du khédive Abbas Hilmi, belle figure distinguée et fine.

Un détour et vous voici dans une cour intérieure, pleine d'un grouillis de foule. C'est le bazar, deux grandes galeries latérales où des marchands du Caire et d’Alexandrie débitent des objets, des souvenirs orientaux. Dans le passage, et dehors, à la base du temple, sur tout son pourtour, des boutiques pareilles ouvrent leur baies basses avec leurs tablettes de bois sur lesquelles s’étalent tantôt des articles du Caire, tantôt des confiseries et nougateries, tantôt des parfums, flacons d’eau de roses, des roses de Jéricho qui fleurissent dans l’eau. Les Egyptiens, la plupart de beaux gars, nerveux elfins, et des Egyptiennes aussi, assez jolies, aux yeux bouffis, je ne dirai pas pourquoi, et qui fument la cigarette, tous en costumes divers de leurs pays, robes ou tuniques de soie, fez sur la tête, les Egyptiens, dis-je, font là un fouillis chatoyant au milieu de la foule de curieux qui se pressent à leurs étalages. Quelquefois, certains vous agacent en vous retenant par le bras. Mais le plus curieux, c'est encore le manège de certaines Parisiennes, haut huppées, qui rôdent par là, se laissent prendre la taille par les beaux gars, s'amusent à leur causerie gesticulée. Beau champ d'observation en vérité.

Un sarcophage
Un sarcophage

Après le Bazar, un magnifique et monumental théâtre, dans lequel je vous conseille d’aller, vous donnera une belle impression d'art architectural et d'inédisme. Les danseuses égyptiennes, et particulièrement je ne sais quelle tille brune qui danse du ventre de toutes les manières, vous amuseront.

Un égyptien
Un égyptien

Un peu plus loin, allez visiter le tombeau des Pharaons. C'est un souterrain reproduit d’après les caveaux célèbres, Dans chaque hypogée trois cercueils, des momies, dont quelques-unes absolument desséchées, réduites en poudre noire, laissant voir l'os, le fémur et le tibia. Il y en a un, là, dont la figure noire, comme carbonisée, conserve encore le rictus ultime qu'il avait lorsqu’on l’embauma il y a cinq mille ans. Allez méditer dans ce caveau !
Pour tout savoir sur les expositions universelles et internationales.
https://www.worldfairs.info

Répondre

Retourner vers « Paris 1900 - Architecture, pavillons, jardins, mobilier urbain »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités