Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Paris 1900 - Discussions, informations, questions
Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900

Heures & Prix d'entrée à l'Exposition

Les heures d’ouverture de l'Exposition n'ont pas été arrêtées d’une façon définitive : des avis insérés dans Je Journal Officiel et affichés par les soins du Commissariat Général, les feront connaitre au public.

Le prix des entrées est perçu au moyen des tickets adhérant aux bons à lots émis en 1896. En conséquence, il n’est pas perçu de numéraire aux portes de l’Exposition ; les visiteurs doivent s’y présenter munis à l'avance de tickets.

On trouve d’ailleurs aux différentes portes, de nombreux vendeurs de tickets, mais on n’en trouve pas sur les berges de la Seine et aux abords des pontons de bateaux à vapeur dont l'accès leur a été interdit.

Le prix d’entrée à l’Exposition est ainsi fixé :
De 8 heures à 10 heures du matin : 2 tickets.

De 10 heures du matin à 6 heures du soir : 1 ticket.

A partir de 6 heures du soir : 2 tickets, sauf les dimanches et fêtes, ou le prix est de 1 ticket également dans la soirée.

Dans toutes les circonstances où des spectacles d’un attrait exceptionnel sont offerts au public et où il parait prudent, en conséquence, de prévenir une trop grande affluence de visiteurs, l’administration se réserve le droit d’élever le prix d’entrée à 3, 4 ou 5 tickets.


Moyens de Transport

Chemin de fer de l'Ouest. — La Compagnie de l’Ouest a prolongé son réseau jusqu’à l’Exposition ou elle a ouvert deux gares, au Champ de Mars et aux Invalides. L’installation des nouvelles voies a exige d'importants travaux, notamment ceux du percement du tunnel de Passy, et de la construction d’un grand viaduc sur la Seine. Tous les systèmes de signaux et enclenchements sont à commande électrique, ainsi que le verrouillage des aiguilles, ce qui constitue un progrès considérable sur les anciennes transmissions à tringle rigide, et facilite beaucoup les manœuvres.

Les gares du Champ de Mars et des Invalides sont en communication avec toutes les stations de la ceinture et avec la gare Saint-Lazare. Des trains partent toutes les cinq minutes de la gare Saint-Lazare, et prennent aux stations de Courcelles et de l’avenue du Trocadéro les voyageurs de la Ceinture. La durée du trajet de Saint-Lazare au Champ de Mars est de vingt à vingt-cinq minutes.

Les dimanches et jours de fêtes, la Compagnie de l'Ouest multiplie les trains qui, grâce au perfectionnement du block-système peuvent se succéder sans danger de deux en deux minutes. Les jours de courses à Longchamps, à Auteuil, lors de la revue du 14 juillet, et à l’occasion de la venue à Paris des souverains russes, la compagnie de l’Ouest a transporté vers le Bois de Boulogne de 150 à 180000 voyageurs par jour; avec l’organisation nouvelle, les trains peuvent transporter, chaque jour, plus de 300000 personnes.

Chemin de fer métropolitain. — Il traverse Paris dans sa plus grande longueur de la Porte de Vincennes à la Porte-Maillot, avec des stations, à la place de la Concorde et aux Champs-Elysées. A la place de l’Etoile, deux embranchements s’en détachent : l'un qui, par le rond-point Victor-Hugo, aboutit à la porte Dauphine; l’autre qui, par l’avenue Kléber, aboutit à la place du Trocadéro, et par conséquent à l’Exposition.


Tramways électriques. — Plusieurs nouvelles lignes de tramways électriques, dont les tarifs sont, dans l’intérieur de Paris, de 15 centimes en première classe, et de 10 centimes en deuxième classe, mettent en relation la banlieue avec l’Exposition. Il n’est pas délivré de correspondances.
Les nouvelles lignes desservant directement l’Exposition sont celles de :

Châtenay à Paris (Champ de Mars).
Billancourt à Paris (Champ de Mars). Vanves á Paris (Champ de Mars).
Bonneuil à Paris (Pont de la Concorde).
Boulogne à Vincennes (Exposition de Vincennes).

Transports à l'intérieur de l’Exposition. — Dans l’Exposition on peut circuler par le chemin de fer électrique et le trottoir mobile, formant un circuit de 3 400 mètres, qui longe l'Esplanade des Invalides, la rue Fabert, le quai d'Orsay, l’avenue de La Bourdonnais et l’avenue de La Motte-Picquet.

Le chemin de fer a cinq stations. Les trains se suivent toutes les deux minutes. Ils peuvent transporter environ 500 voyageurs. Tarif unique : 0 fr. 25.

Le trottoir mobile, formant un viaduc sur toute l’étendue de son parcours est triple : il est forme d’une chaussée fixe, d’une chaussée se mouvant à raison de 4 kilomètres à l’heure, et d’une chaussée se mouvant à raison de 8 kilomètres à l’heure. II y a dix stations aux-quelles on accède par des escaliers et des passerelles. Tarif unique : 0 fr. 50.

Des fauteuils roulants sont à la disposition du public dans toutes les parties de l'Exposition. Prix : 0 fr. 75 par quart d’heure.

Bateaux à vapeur. — Aux Services de bateaux à vapeur déjà existants, se sont ajoutés de nombreux services desservant spécialement les pontons de l’exposition. Ce mode de locomotion agréable et rapide, ne peut en effet manquer d’être très employé. En 1889, les bateaux à vapeur ont transporté 32 millions de voyageurs, et ce chiffre montera certainement en 1900 bien au de la de 40 millions. Aussi 135 bâtiments de 65 à 400 places circuleront toute la journée, des ponts de Charenton et de Bercy à Auteuil et à Suresnes.

Une ligne spéciale a été créée partant du pont National et aboutissant au pont d'Iéna.

La nuit venue, les Services de bateaux à vapeur sont remplacés par deux lignes de tramways, dont les points de départ sont le pont d’Austerlitz pour la rive gauche, et la place de l’Hôtel-de-Ville pour la rive droite, et qui resteront en activité jusqu’à complète évacuation de l’Exposition.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900

Moyens de Transport
Omnibus et tramways. — IL n’est pas nécessaire de donner ici la liste de toutes les ligues d’omnibus et de tramways desservant directement l'Exposition; grâce au Système des correspondances, on peut venir de n'importe quel point de Paris soit aux Invalides, soit aux Clamps-Élysées, soit au Champ de Mars ou au Trocadéro pour 30 centimes.
Des filanzanes, ou chaises à porteurs malgaches, transporteront les visiteurs de la place du Trocadéro à la Seine, ou vice-versa, pour 1 franc. Les promenades plus longues sont tarifées à raison de 5 francs l’heure, 2fr.50 la demi-heure, 1 fr. 50 le quart d’heure.

Bureaux de Poste
Sept grands bureaux de postes et télégraphes, munis de cabines téléphoniques, ont été aménagés dans l’Intérieur de l’Exposition (tandis qu’il n’y en avait qu'un seul en 1889); ces bureaux sont situes :
Avenue de La Bourdonnais, près de l’avenue Rapp (bureau central);
Au Palais des Beaux-Arts;
Place de l’Alma:
Au Jardin du Trocadéro;
Avenue de Suffren (près de la rue de la Fédération);
A l’Esplanade des Invalides (du còté de la rue Fabert);
Au Pavillon de la Presse, quai d’Orsay.
Il n’y a pas, dans l’Exposition, de cabinets spéciaux ou les visiteurs pourront rédiger leur correspondance, mais la plupart des pavillons étrangers sont installés, de façon à ce que le compatriote de passage puisse écrire ses lettres et lire les journaux de son pays. En outre, les dames trouveront de confortables salons de repos et de lecture dans le Palais de la Femme qui constitue, selon le mot de son organisatrice, Mme Pégard, le Cercle des visiteuses.
Restaurants de luxe : Aux deux extrémités du pont Alexandre-III, sur la berge;
Le long de la rue des Nations, dans les pavillons de Turquie, d’Autriche, de Bosnie-Herzégovine, de Hongrie, de Norvège, d’Allemagne et de Grèce;
Au Champ de Mars, en bordure des jardins . du centre, le long des Palais des industries mécaniques et des industries chimiques et dans la partie la plus rapprochée de la Tour Eiffel; le long des Palais des Fils et tissus et du génie civil; en bordure de l’avenue de Suffren, restaurant munichois;
Près de la Tour Eiffel, au Palais du Costume, au Tour du Monde, au Chalet Suisse, au Touring-Club, au Palais de la Femme, au Cinéorama;
Au Trocadéro, des deux côtés du pont d'Iéna, à l'Inde britannique, à l’Egypte, aux Indes néerlandaises, à la Chine, à ,l’Asie Russe.
Restaurants à prix moyens. — Deux du côté de la rue de Constantine, parmi les annexes; deux du côté de la rue Fabert, aux annexes de l’Autriche et du Japon;
Sur le quai d’Orsay, près du Pavillon de la Presse, le restaurant roumain;
Au Champ de Mars, le long des façades du Palais des fils et tissus et du génie civil, dans la partie la plus rapprochée du Palais de la mécanique et des industries chimiques;
Au Trocadéro. près de l’Exposition de la navigation de plaisance;
Dans la rue de Paris, tous les restaurants.
Restaurants à prix fixe : Il y en a un à chacun des angles du Champ de Mars, un cinquième vers le milieu de l’avenue de Suffren, un sixième entre l’Exposition de la navigation de plaisance et le Vieux Paris.

Kiosques alimentaires : Une centaine de kiosques, repartis sur tous les points de l’Exposition, sont spécialement affectés à la vente des provisions de bouche : pain, conserves, charcuterie, boissons, fruits, etc., et des emplacements spéciaux sont mis à la dis-position des personnes désirant se restaurer en plein air.
Service médical. — Le poste principal de secours médicaux est situé au Champ de Mars, près de l'avenue de La Bourdonnais; il est dirigé par le Dr Gilles de la Tourette.
Deux autres postes sont installés aux Champs-Elysées et sur l'Esplanade des Invalides. Ils sont placés chacun sous la surveillance d’un interne des hôpitaux.
Un quatrième poste se trouve à Vincennes.
Des relais d’ambulance sont ménagés sur tome l’étendue de l’Exposition; ils sont munis de civières et de tout ce qui est nécessaire pour les premiers soins à donner aux malades.
Change. — Autour de la Tour Eiffel, le Comptoir d'Escompte, la Société générale, le Crédit Lyonnais ont élevé des pavillons qui forment de véritables succursales de ces établissements eux-mêmes et ou les visiteurs étrangers pourront effectuer le change de leurs valeurs en monnaie française.
Rappelons à ce propos les monnaies étrangères qui ont cours en France. Ce sont :
1° Les monnaies d’or belges, suisses, autrichiennes, russes, espagnoles, italiennes; serbes:
2° Les monnaies d’argent belges, suisses et grecques: les pièces de 5 francs italiennes ont cours, mais non la monnaie d’argent divisionnaire.
Les sous étrangers ne circulent pas en France.

Interprètes : On ne trouve point d’interprètes à l'intérieur de l’Exposition, mais il en stationnera aux portes. Le visiteur qui aura besoin d'un interprète devra le choisir avant d’entrer et l'introduire avec lui moyennant un ticket d’entrée, sans que l'administration puisse être rendue responsable de la qualité de ses Services. Cet interprète circulera dans l’Exposition à titre de visiteur.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900

Attractions de l’Expositíon:

Dans la rue de Paris :
La Maison du Rire : deux salles de spectacle où se donnent des représentations d'ombres chinoises, de marionnettes et des projections lumineuses comiques. Prix d’entrée : 1 fr. et 4 fr. selon la salle, dans la journée: le soir: 1 fr. 50 et 5 fr.

Tableaux vivants : Les Poèmes d’amour, Le Paradis perdu, etc. Les vers d’Armand Silvestre, la musique d'Alexandre Georges commentent tous ces tableaux, Directeur de la scène : Melchior Bonnefois. 400 places, dont le prix varie de 1 fr. à 5 fr.

La Roulotte : M. Charton qui dirigeait la Roulotte, à Montmartre, a voulu faire de cet établissement la «boite » élégante et parisienne par excellence. Parades extérieures. Prix d’entrée: de 1 fr. à 5 fr.

Le Grand Guignol: Attractions multiples : on y joue des saynètes modernes, on y chante, et, dans les sous-sols, on suit, au théàtrophone, les spectacles divers de Paris et de l’Exposition.
Dans la journée : l'American Biograph.

Les Auteurs gais: Sous la direction de M. Pierre Wolff, défilent des piécettes de MM. Courteline, Jules Lévy, A. Allais, etc.

La Tour du Merveilleux ou Manoir à l'Envers : C’est, à la lettre, un manoir à l'envers. Il repose sur quatre tours, la toiture en bas, les caves en haut. Et, á l’intérieur, on voit tout sens dessus dessous, grâce à un jeu de glaces fort ingénieux. Curieuses illusions d'optique.

Aquarium de Paris : MM. Guillaume frères ont créé un aquarium géant à eau de mer. Immenses bassins peuplés de poissons de toute espèce. Opérations de scaphandriers sauveteurs; vues panoramiques, etc.

Palais de la Danse : Divertissements, ballets : histoire de la danse. C'est M, G. Bourdon, ancien administrateur de l'Odéon, qui dirige le Palais de la Danse.

Les Bonshommes Guillaume : Marionnettes , qui jouent des scènes de la vie mondaine, de la vie militaire, et de la vie artistique. Le texte a été demandé à plusieurs « auteurs gais ». C'est M. M. Zamacois qui a écrit le prologue d'ouverture.

An Trocadéro :

Place du Trocadéro, mais relié á celui-ci, est le :
Panorama de Madagascar : Peint par M. Louis Tinayre, qui a suivi une partie des opérations de guerre, ce panorama représente la prise de Tananarive. Attraction complétée par douze dioramas du pays malgache. Prix d’entrée : 1 fr.

Panorama du Congo : Vues du Congo et exposition spéciale de cette colonie. Prix d'entrée : 1 fr.

Théâtre indochinois : On y donne des représentations de pièces populaires indo-chinoises, Chansons, danses.

L'Andalousie au temps des Maures : M. Roseyro a voulu réaliser ici tout le pittoresque de l'Espagne ancienne et moderne. C'est la « rue du Caire », de 1889, mieux tenue.

Panorama de la mission Marchand : M. Castellani en est l’auteur. Il eut ce mérite de suivre quelque temps la mission. Le Panorama se complète de nombreuses vues dioramiques.

Exposition minière souterraine : Comme son nom l‘indique, c'est l'exploitation d'une mine souterraine, qui se développe sous le Trocadéro. On y assiste á toutes les opérations techniques.

Section algérienne : Marchés arabes, palais mauresques, en forme de mosquée, etc.; c’est un coin délicieux qui reçoit de nombreux visiteurs.

Enfin, les sections coloniales étrangères, notamment le Japon et la Russie, ont au Trocadéro des attractions payantes : théâtres, cafés-concerts, danses, etc.; la Russie, d’accord avec la Compagnie des wagons-lits, montre « l’exploitation » du transsibérien, Également dans l’un de ses pavillons : le diorama du couronnement de Nicolas II, par M. Gervex.

Sur la rive droite de la Seine :
Le Vieux Paris a été conçu et construit par MM. Arthur Heulhard et Robida. C'est une très pittoresque et très amusante reconstitution de différents quartiers de Paris au XVe, XVIIe et XVIIIe siècle.

Le prix d’entrée est de 1 fr. dans la journée et de 2 fr. dans la soirée. Le vendredi : 2 fr. et 4 fr. Le dimanche 0 fr. 50 et 1 fr.
L'acquittement de ce prix d’entrée ne donne pas droit à assister aux diverses représentations qui se donnent dans l’enceinte du Vieux Paris. Chaque spectacle se paie á part.

Au Champ de Mars :
La Tour Eiffel a été remise á neuf. On a renouvelé les ascenseurs; désormais 2.000 personnes peuvent être transportées au 2eme étage. Le prix des ascensions est de 2 fr. (1er étage). 3 fr. (2e étage), 9 fr. (3e étage). Le dimanche, 1fr., 1 fr. 50 et 2 fr.

Palais de la Femme : Tout ce qui concerne la Femme se trouve là. Et, par surcroît, une salle de correspondance est mise á la disposition du public féminin.

Maréorama: Créé par M. Hugo d'Alési, il donne l’illusion complète d’un voyage maritime de Marseille à Constantinople avec escales a Soussé, Naples et Venise.

Cinéorama : Application nouvelle du cinématographe au panorama, par MM. Bérardi et Chabert.

Grand Globe céleste : Immense sphère de 45 mètres de diamètre, avec toutes les constellations qui le soir seront prétextes à illuminations.

Palais de l’Optique : Plus connu sous le nom de « lune à 1 mètre » On a réuni là tout ce qui a trait à l'optique : rayons X, jeux de glaces, photographie sous-marine, etc. Le clou de ce palais est le sidérostat, exécuté à Jeumont, et qui est le plus puissant du monde.

Village suisse : Construit sur un terrain vague de Grenelle, il est relié à l’Exposition par une passerelle. On va en Suisse sans quitter l'avenue de Suffren, et le voyage est charmant.

Pavillon Mercier : L’entrée est gratuite dans ce pavillon où M. Mercier fait fabriquer le champagne sous les yeux du visiteur. C'est le pendant de son foudre gigantesque de l’Exposition précédente.

Palais du Costume : M. Félix a reconstitué, avec tous les raffinements de l’élégance, l'histoire du costume.

Palais lumineux Ponsin : Tout en verre et en céramique. Symphonie de lumière et de couleurs. le triomphe de Saint-Gobain qui l’a exécuté. Le constructeur, M Ponsin, est mort l’an passé avant la réalisation de son projet.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900


La Police à l’Exposition :

L’Exposition formant une sorte de ville créée à l'intérieur de Paris et dotée de Services administratifs spéciaux, on a dû y organiser une police. Le Conseil municipal, tout en reconnaissant la nécessité, fit les plus grandes difficultés pour augmenter les effectifs de la Ville et ne consentit finalement qu’a voter un crédit de 500.000 francs pour l’entretien d'un corps de police supplémentaire. L’Etat et l’Exposition ajoutèrent à cette somme chacun une subvention égale.

La plus grande partie du personnel nouveau, soit 300 hommes, a été fournie par les candidats inscrits sur les listes de la Préfecture, pour l’emploi de gardien de la paix ou d'inspecteur de la sûreté.

Deux cents autres agents ont été pris, soit parmi les gardiens de la paix déjà retraités — notés comme bons sujets et encore assez valides — soit, et surtout, parmi les candidats gendarmes. Ceux-ci qui, revenus du Service militaire, attendaient chez eux leur nomination, ont été appelés á Paris pour y passer les sept mois de l’Exposition ; ils jouiront pendant ce temps d’une haute paye très appréciable, puis reprendront leur rôle d'expectants.

Quant aux cadres, ils ont été empruntés au personnel des arrondissements ; les officiers de paix, inspecteurs principaux et brigadiers choisis pour ce service ont été remplacés provisoirement par ceux de leurs subordonnés qui étaient les mieux notés.

De plus, la garde républicaine joue dans le Service d'ordre de l'Exposition un rôle important. Les cavaliers sont placés aux portes d’entrée et les gardes à pied à l'intérieur; les uns et les autres sont prêts au moindre signal à aider les gardiens de la paix à empêcher les fortes cohues, les poussées dangereuses sur certains points, etc...

Voici maintenant comment, d’une façon générale, fonctionne le Service :
Il n’y a, comme en 1889, qu’un seul commissariat spécial à l’Exposition; il est installé au Champ de Mars et deux commissaires assistes de leurs secrétaires y prennent le Service à tour de rôle.

Quatre commissariats de quartier coopéreront en outre à assurer l’ordre à l’Exposition :
Celui des Champs-Elysées, qui, installé dans le Grand Palais des Beaux-Arts, surveille la partie de l’Exposition environnante tout en continuant à faire le Service du quartier des Champs-Elysées ; son personnel a été renforcé d’un commissaire adjoint que fournissent à tour de rôle tous les quartiers de Paris, d’un secrétaire adjoint, d’inspecteurs, etc... ;

Ceux de Chaillot, des Invalides, et du Gros-Caillou auxquels ont été adjoints également des secrétaires suppléants.

A Vincennes, on n'a installé qu'un « matériel de commissariat »,et les commissaires de Charenton, de Vincennes et de Joinville viennent, chacun à leur tour y assurer le Service.

De la direction de la police de l'Exposition dépend le Service de sauvetage organisé sur la Seine, aux abords du Champ de Mars. Un bateau sous pression muni d’une pompe’à incendie et de divers appareils de secours s’y tient en permanence. Il est destiné à porter aide aux bateaux ã voyageurs qui pourraient rester en détresse et à combattre tout commencement d’incendie qui pourrait se déclarer dans une des nombreuses constructions édifiées en bordure des quais, du pont de la Concorde au pont de Passy.


Le Personnel dirigeant et constructeur de l’Exposition

Voici l’indication du personnel dirigeant et constructeur qui, sous les ordres du Ministre du commerce et de l’industrie, et de M. Alfred Picard, commissaire général, a procédé à l'édification et à l'installation de 1'Exposition Universelle de 1900.

Ce sont :
M. Delaunay-Belleville, directeur général de l'exploitation, ancien président de la chambre de commerce de Paris ;
M. Stéphane Dervillé, directeur adjoint de l'exploitation, ancien président du tribunal de commerce de la Seine;
M. Bouvard, directeur des Services d’architecture, chef du Service des fêtes, dont les beaux travaux furent déjà très remarqués à l'Exposition universelle de 1889;
M. Defrance, directeur des Services de la voirie, des parcs et jardins, des eaux, des égouts et de l'éclairage ;
M. E. Moreau, chef du Service du contentieux ;
M. Henry Chardon, secrétaire général de l'Exposition, maitre des requêtes au Conseil d'Etat.
M. Résal, directeur des ponts et passerelles, ingénieur en chef des Ponts et chaussées ; M. Grison. directeur des finances ; M. A. Legrand, chef du secrétariat particulier; M. Henry Roujon, délégué à la section des beaux-arts; M. Vassilière, délégué à la section de l'agriculture ; M. Dislère, délégué à la section des colonies et pays de protectorat; M. Carnot. adjoint au commissaire général, et le docteur Gilles de la Tourette, médecin en chef de l’Exposition.
A la direction générale de l’exploitation, nous trouvons MM. Foucher, Victor Legrand. du Vivier de Streel, Guyenet, ingénieur principal de la manutention, R.-V. Picou, ingénieur des installations électriques, M M. de Brevans, Masure, Bonnier, Meunier, ingénieur des installations hydrauliques. Ch. Bourdon, ingénieur des instalations mécaniques, qui fut déjà l’un des collaborateurs principaux de l’Exposition de 1889.

A la direction des Services de la voirie se trouvent les ingénieurs en chef Humblot, Boureux, Bechmann et les ingénieurs Tur, Lion et Alby.

A la direction des finances, MM. E. Picard, Reiffer, Renard et Laval.

La direction des Services d’architecture est assurée par MM. Hénard, Billières, Résal et Lion.

Aux Services d’architecture, nous trouvons MM. Girault, architecte en chef, Deglane, Louvet et Thomas (grand et petit palais des Champs-Elysées), M. Binet (porte monumentale de la place de la Concorde), Cassien-Bernard et Cousin (pont Alexandre-III), Gautier, Mewès, Toudoire et Pradelle, Esquié; Larche et Nachon, Tropey-Bailly, Raulin, Paulin, Hermant, Blavette, Sortais, Varcollier, Tronchet, Rey et Deperthes.


L'Élaboration de l'Exposition

Voici à titre documentaire quelles ont été les phases de l'élaboration de l’Exposition Universelle de 1900 :
Le décret présidentiel, en date du 13 juillet 1892, l'a instituée; un décret suivant, du 9 septembre 1893, en a organisé les Services.

Les attributions des directions ont été fixées par des arrêtés ministériels en date des 11 et 12 avril 1894.

La promulgation de la loi relative à l’Exposition est en date du 13 juin 1896.

Le décret du 13 juillet 1892 est signé par M. Carnot, président de la République, et par M. Jules Roche. ministre du commerce et de l'industrie.

Les ministres du commerce et de l'industrie qui ont apporté successivement leurs soins à la réalisation de cette vaste entreprise sont MM. Siegfried, Terrier, Lourties, Mesureur, Henry Boucher, Maruéjouls, Paul Delombre et Millerand.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900


Théâtres et Attractions de l’Exposition :


Rue des Nations :
Au Pavillon de Turquie: café-concert ottoman. Entrée, 50 centimes; 40 centimes avec les bons.
Au Pavillon de Perse : Théâtre asiatique. Entrée 1 franc; 75 centimes avec les bons.


Champ de Mars :
Palais de l’Optique : (La Lune a un mètre). — Soixante attractions pour 1 fr. 50; 1 franc avec les bons. Ouvert jour et nuit.

Panorama Transatlantique : Entrée :1 franc; 75 centimes avec les bons.
Palais du Costume ; Entrée : 1 franc ; 75 centimes avec les bons (5 francs le vendredi).
Tour Eiffel : Jusqu’au premier étage. Prix 2 francs, sans réduction pour les porteurs de bons.
Palais Lumineux : Entrée, 50 centimes; 40 centimes avec les bons. Le soir, 1 fr. et 75 centimes.
Club Alpin (panorama) : Entrée : 1 franc; 75 centimes avec les bons.

Tour du Monde : Entrée: 1 fr. 50; 1 franc avec les bons.
République de Saint-Marin : Entrée libre.


Avenue de Suffren :

Village Suisse : Prés la salle des Fêtes. — De 8 heures matin à 11 heures soir, attractions variées. Le soir, embrasement de la montagne. Entrée : 1 franc.
Grande Roue : Concert, attractions diverses de 1 heure à minuit.
Venise à Paris : Avenue de Suffren, en face la gare. Fetos vénitiennes, gondoles, concerts.


Quai d'Orsay :

Mon Weckers Sons : Entrée libre.
Cie Transatlantique : Entrée libre.


Trocadéro :

Village Dahoméen, l’Asie Russe, les colonies anglaises et Ceylan, l’Algérie (rue d’Alger), la Tunisie (rue de Souk). l'indo-Chine, la Guadeloupe : Entrée libre.
L'Andalousie au temps des Maures, le Stéréorama, le Diorama Saharien, le Harem du Rachid, le Concert Egyptien : Entrée : 1 franc; 75 centimes avec les bons.
Panorama Marchand : De l’Atlantique à la mer rouge. Place du Trocadéro. Porte 6 de l’Exposition.


Cours-la-Reine :

Bonshommes Guillaume : Entrée : 3 francs; 2 fr. 25 avec les bons.
Grand Guignol : Fauteuils, 1 franc; galerie. 50 centimes. Séances Dickson, 1 franc; Théàtro-phone-Biographe.
Maison du Rire : Theâtre de marionnettes. Salle de chansons anciennes et de chansons nouvelles. Entrée : 2 francs; 1 fr. 50 avec les bons.
La Roulotte : Chansons animées. Places : 3 francs; 2 francs; 1 franc.
Phonocinéma Théâtre : Places : 2 francs.
Aquarium : Entrée : 1 franc ; 75 centimes avec les bons.
Serres de la Ville de Paris : Entrée libre.


Quai Debilly :

Vieux Paris: Grand-Théâtre, concerts Colonne; Chanteurs de Saint-Gervais. Entrée 1 franc dans la journée ; le soir, 2 francs.



STATISTIQUE DES PRiNCIPALES EXPOSITIONS UNIVERSELLES DEPUIS 1851.


Il est intéressant de comparer les dimensions, le nombre des visiteurs et les recettes des principales expositions universelles depuis 1851; on verra d'après les chiffres que nous avons réunis, combien est incertain le succès de ces grandes entreprises et, on pourra plus justement apprécier les résultats de l’Exposition de 1900.

Exposition de Londres en 1851. — Superficie totale : 95,000 mq,; nombre d'exposants : 17,000; nombre des visiteurs : environ 6 millions; durée : 5 mois et demi; recettes: 12.700.000 francs; bénéfice : 5.300.000 francs.

Exposition de Paris en 1855. — Superficie totale 168.000 mq; nombre des exposants : 23.954; nombre des visiteurs: 5,160,000; durée: 6 mois; recettes: 3.200.000 francs; déficit: 8.300.000 francs.

Exposition de Londres en 1862.— Superficie totale : 125,400 mq.; nombre des exposants: 29,800; nombre des visiteurs : 6.211.060; durée : 6 mois; recettes : 10.490.000 francs; bénéfice: 20.000 francs.

Exposition de Paris en 1867. — Superficie totale: 430.000 mq; nombre des exposants: 52.200; nombre des visiteurs : environ 11 millions; durée : 7 mois et 2 jours; recettes: 10.765.000; bénéfice : 2.816.000.

Exposition de Vienne en 1873. — Superficie totale : 1.834.000 mq; nombre des exposants : environ 42.000; nombre des visiteurs: 7.255.000; durée: 6 mois; recettes : 10.640.000 francs; déficit : 47.809.000.

Exposition de Philadelphie en 1876. — Superficie totale : 1.150.000 mq; nombre des exposants : environ 27.000; nombre des visiteurs: environ 10.165.000; durée : 6 mois; déficit: environ 30.000.000 de francs.

Exposition de Paris en 1878. — Superficie totale : 450.000 mq; nombre des exposants: 52.835; nombre des visiteurs : 16. 100.000; durée : 6 mois et 10 jours; recettes : 12.640.000; déficit : 31.704.800 francs.

Exposition de Barcelone en 1888. — Superficie totale : 450.000 mq; nombre des exposants: 12.900; nombre des visiteurs: 1.227.000; durée: 7 mois, recettes : 2.337.000; déficit: 8.800.000 francs.

Exposition de Paris en 1889. — Superficie totale: 700.000 mq; nombre des exposants 61.722; nombre des visiteurs: 25.750.744; durée: 6 mois; bénéfice : environ 8.000.000 de francs.

Exposition de Chicago, en 1893. — Superficie totale : 2.710.000 mq; nombre des exposants: 70.000 environ; nombre des visiteurs: 27 539.521 ; durée : 6 mois; déficit : 47.589.846 francs.

Exposition de Berlin, en 1896. — Superficie totale : environ 1 000 000 mq; nombre des exposants : 4 000; nombre des visiteurs: environ 7.000.000; durée: 168 jours; déficit : 11.450.000 francs.

Exposition de Budapest, en 1896. - Superficie totale: 520.000 mq; nombre des exposants: 4.174; nombre des visiteurs: 2.800.000; durée: 167 jours; déficit: : 9.137.500 francs.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900


Changeurs & interprètes

Change. — Autour de la Tour Eiffel, le Comptoir d’Escompte. la Société générale, le Crédit Lyonnais ont élevé des pavillons qui forment de véritables succursales de ces établissements eux-mêmes et où les visiteurs étrangers pourront effectuer le change de leurs valeurs en monnaie française.
Rappelons à ce propos les monnaies étrangères qui ont cours en France. Ce sont :
1° Les monnaies d’or belges, suisses, autrichiennes, russes, espagnoles, italiennes, serbes;
2° Les monnaies d’argent belges, suisses et grecques; les pièces de 5 francs italiennes ont cours, mais non la monnaie d’argent divisionnaire.
Les sous étrangers ne circulent pas en France.
Interprètes : On ne trouve point d’interprètes à l’intérieur de l’Exposition, mais il en stationnera aux portes. Le visiteur qui aura besoin d’un interprète devra le choisir avant d’entrer et l’introduire avec lui moyennant un ticket d’entrée, sans que l’administration puisse être rendue responsable de la qualité de ses services. Cet interprète circulera dans l’Exposition à titre de visiteur.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900

Prenez garde à vos montres.


M. Max de Nansouty dans un récent article du Temps met en garde les visiteurs de l’Exposition contre un petit accident fort désagréable que nous croyons intéressant et utile de signaler à nos lecteurs. Il s’agit de l’aimantation et, par suite, du dérèglement des montres dans le voisinage des énormes machines électrogènes installées près du Champ de Mars.

« Autour de ces machines explique M. Max de Nansouty pour des raisons qu’il serait trop scientifique de donner ici, il se forme ce que l'on appelle un « champ magnétique ».C’est comme une atmosphère particulière dans laquelle tourne la machine au milieu de toutes sortes de vibrations et d’effluves. Si une pièce d’acier vient à passer dans cette atmosphère, tout aussitôt elle se transforme en un aimant permanent. Tel est l’accident qui se produit sur les pièces en acier des montres que les visiteurs portent dans leur gousset : et voilà pourquoi après avoir parcouru les groupes électrogènes de l’Exposition de 1900, on pourra fort bien se trouver dans le cas de voir midi à quatorze heures.

« Le phénomène d’aimantation d’une montre est très curieux dans son processus ; chacune des parties, chacun des organes en acier qu’elle contient étant devenu un aimant permanent, prend une polarité définie, c’est-à-dire deux pôles comme les aimants ; et alors le petite organe dont l'horloger avait sagement déterminé la place, tend à se placer dans la direction nord-sud, comme le fait l’aiguille aimantée de la boussole. Vous voyez d’ici l’état d’âme delà pauvre montre dans laquelle cela se produit! Chacun des petits aimants formés réagit sur le voisin, repousse son pôle de même nom, attire le pôle de nom contraire; le magnétisme terrestre agit de son côté, aide certains aimants, lutte contre d'autres ; c’est un méli-mélo inextricable, la montre bat la berloque et ne mérite plus la moindre confiance de la part de son désolé titulaire ou possesseur. »

Pour s'assurer que l'aimantation est bien la cause des troubles constatés, M. William. T. Lewis, président de la « Horological society » de Philadelphie, conseille de placer la montre sur une petite boussole directement au-dessus de la roue balancier, sur le pont qui la supporte. Si l’aiguille de la boussole oscille la montre est aimantée. Pour remédier au mal il faut recourir à un spécialiste pourvu d’un démagnétiseur. Il en existe plusieurs systèmes, trop compliqués pour que nous les décrivions.

Signalons un curieux moyen préventif employé avec succès, dit-on, par les électriciens et ingénieurs que leurs fonctions appellent à fréquenter continuellement les dynamos. Ils retournent leur montre dans leur gousset, de demi-heure en demi-heure, tantôt pile, tantôt face. Il paraît que l’on prend assez aisément l'habitude de ce geste qui devient presque automatique.

Ces accidents de dérèglement sont, nous l'avons dit, inhérents à la présence de l’acier dans l’horlogerie. Des fabricants spéciaux ont obtenu des montres non magnétiques en faisant intervenir d’autres métaux dans la construction, par exemple le palladium ou bien les alliages d'aluminum. On a imaginé aussi des boucliers antimagnétiques qui préservent les montres de modèle usuel de l’influence des dynamos; mais il en est de ces boucliers comme de tous les procédés de sauvetage intermittents ; c’est généralement le jour même où l'on va rendre visite aux dynamos que l’on oublie chez soi son bouclier.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900

Les escaliers mobiles :

Dans la plupart des Palais de l'Exposition fonctionnent des escaliers mobiles à mouvement continu qui permettent aux visiteurs d’accéder sans fatigue aux galeries de premier étage. Ces escaliers mobiles ne sont pas gratuits, comme on aurait pu l’espérer; ils ont été installés par une compagnie particulière qui prélève sur chaque personne qui s’en sert une rétribution de 10 centimes.

Le nombre total des escaliers mobiles de l’Exposition est de vingt-sept. Ils se composent d’une bande à la fois souple et solide qui se déroule constamment sur des cylindres. Il n’y a donc point de marches et le terme d’escalier s’applique assez mal au nouveau genre de locomotion : il s’agit plutôt de pentes mouvantes. Les plus élevées sont celles du Palais des Machines qui peuvent transporter vingt-cinq visiteurs à la fois à une hauteur de 33 mètres; le voyage se fait en 42 secondes.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900

Entrées gratuites:

Le ministre du Commerce a signe un arrête qui énumère les diverses catégories de visiteurs qui ont droit à l’entrée gratuite, ou à tarif réduit, dans l’enceinte de l'Exposition.

Peuvent entrer gratuitement par détachement de trente hommes au maximum, les sous-officiers, caporaux et soldats du gouvernement militaire de Paris, en uniforme. Les groupes doivent se séparer dés l'enceinte franchie.

Entrée gratuite également aux officiers, sous-officiers et soldats du régiment des sapeurs pompiers de Paris; officiers, sous-officiers et soldats de la garde républicaine; officiers de paix, sous-officiers et gardiens en tenue; pensionnaires de l’hôtel des Invalides.

Les élèves de l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées, de l’Ecole supérieure des Mines, de l’Ecole supérieure des Postes et Télégraphes, de l'Ecole Normale d’instituteurs de la Seine sont admis par groupes sous la conduite d'un professeur, et au moyen de "laissez-passer" valables pendant une journée.

Des "laissez-passer" identiques sont donnés aux élèves des écoles communales de la Ville de Paris, maires et adjoints, les conseillers généraux et les conseillers d’arrondissement de la Seine, les membres de l'institut, du Conseil d’Etat et de la Cour des Comptes entrent gratuitement' sur présentation de leurs insignes ou médailles.

L’entrée gratuite est donnée aux élèves des quatre grandes écoles : Polytechnique, Saint-Cyr, Normale supérieure et Centrale, sous la conduite d’un professeur.

Enfin, des cartes permanentes d'entrée à l’Exposition sont délivrées, au prix de 20 francs, par la caisse centrale du Trésor public, aux fonctionnaires et employés des ministères, de la Préfecture de la Seine et de la Préfecture de Police, ainsi qu’aux officiers du gouvernement militaire de Parts.



Avatar du membre
worldfairs
Site Admin
Messages : 10656
Enregistré le : 21 juin 2004 09:41 pm
Localisation : illkirch
Contact :

Re: Informations & Renseignements pratiques sur l'Exposition

Message par worldfairs »

Article extrait du magazine "A l'Exposition" de 1900

Organisation des Congrès :


Les Congrès internationaux de 1900 sont destinés à poursuivre et à développer l'œuvre accomplie par les soixante-neuf congrès qui se tinrent, pendant la précédente Exposition, du 12 juin au 10 octobre 1889 et auxquels participèrent plus de 25.000 adhérents.

Les Congrès de 1889 furent organisés par les soins d'une commission supérieure que présidait Pasteur, avec Meissonier et M. Alfred Mézières comme vice-présidents et, comme délégué général, le professeur Gariel, assisté de M. Delaunay, ancien élève de l’Ecole centrale des arts et manufactures.

Le grand mouvement intellectuel, qui reçut son impulsion, il.y a dix ans, de ces éminents organisateurs, s’est accentué en 1900.

Les congrès de la présente Exposition ont été institués par l’article 5 du règlement général. Un arrêté ministériel, en date du it juin 1898, les a définis et en a remis la direction proprement dite à une commission supérieure que préside M. Henry Boucher, ancien ministre du commerce et de l'industrie. Ils sont, de même que sous la précédente Exposition , sous la direction de M. Gariel, délégué général, assisté de M. Delaunay.

Les listes des comités des congrès ont été préparées par des commissions d’organisation spéciales, puis approuvées par la commission supérieure.

A l'examen et à la discussion des différentes questions mises à l’ordre du jour par les soins des rapporteurs se joignent, pour les congressistes, de véritables leçons de choses sous la forme de visites, d’excursions et même de voyages. On visite les laboratoires, les mines, les établissements de tout ordre dont le fonctionnement a trait aux discussions ouvertes dans les congrès.

Les séances se tiennent, d’une manière générale, dans le Palais des Congrès. Quelques congrès cependant, malgré les vastes dimensions de l’édifice, ne peuvent, en raison du nombre considérable de leurs adhérents, y trouver place, si ce n’est pour leurs séances d’inauguration et de clôture. Ils reçoivent alors l'hospitalité dans les établissements scientifiques de l’Etat, soit au Conservatoire des arts et métiers, soit a l’Hôtel des sociétés savantes. Il en avait été ainsi en 1889, où quelques-uns des congrès ne trouvant pas des salles de réunion assez grandes dans le palais du Trocadéro qui leur était réservé, durent abriter leurs travaux au Conservatoire des arts et métiers.



Répondre

Retourner vers « Paris 1900 - Informations, discussions, questions »