Jeudi 17 octobre - Une soirée au musée Roybet Fould « Le pavillon de Haïti-Hawaï à La Garenne-Colombes »

Conférence de Philippe Le Port, passionné d’art et d’histoire
Dans le cadre de la future exposition « Montages et remontages : architectures éphémères des Expositions universelles au XIXe siècle » présentée à partir du 13 novembre au musée, Philippe Le Port viendra présenter l’histoire du pavillon d’Haïti-Hawaï construit pour l’Exposition de 1889 et remonté à La Garenne-Colombes.
À 18 h - Musée Roybet Fould
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Renseignements et réservations (conseillées) : 01 71 05 77 92

Halte au tabagisme à l'expo 1889

Répondre


Afin d’empêcher la création automatisée de comptes, nous vous demandons de réussir le défi ci-contre.
Smileys
:D :) :( :o :shock: :? 8) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :wink: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen:

Les BBCodes sont activés
[img] est activé
[flash] est désactivé
[url] est activé
Les smileys sont activés

Revue du sujet
   

Si vous souhaitez joindre un ou plusieurs fichiers, complétez les indications suivantes.

Étendre la vue Revue du sujet : Halte au tabagisme à l'expo 1889

Halte au tabagisme à l'expo 1889

par worldfairs » 05 déc. 2007 01:27 pm

Voici un article trouvé dans le magazine historama spécial centenaire de l'expo 1889 qui traite déja des méfaits du tabac sur l'organisme, comme quoi ce problème ne date pas d'hier.

Le monopole du tabac, en France, appartient au ministère des finances depuis 1811. A l'exposition universelle de Paris en 1889, le tabac est présent dans les vitrines du pavillon occupé par le ministère. Un rédacteur parisien, Philippe Dary, profite de la visite pour proférer quelques blasphèmes.
Après avoir constaté que le monopole de la Régie est dirigé par des ingénieurs distingués sortant de l'Ecole polytechnique, l'auteur écrit qu'"il faut bien convenir que ces messieurs sont préposés à un service d'empoisonnement public".
Après avoir comparé les tabacs du Levant, réputés pauvres "en poison", au lourd tabac du Lot (8% de nicotine), Philippe Daryl accuse la Régie de commettre un crime en vendant des tabacs du Lot et du Lot-et-Garonne "de préférence aux tabacs turcs ou grecs". Il explique l'impunité dont jouissent les chimistes responsables par les nécessités budgétaires. Le public achète en effet, chaque année, pour 1 demi-milliard (de franc or) de nicotine.
"on sait, conclut Philippe Daryl, que, sur la machine ronde, 400 millions d'hommes fument l'opium, 300 millions le cannabis et le haschisch, 100 millions de bète (bétel) et 26 millions le coca; sans parler du fongus des sibériens, du chanvre et des feuilles variées que d'innombrables populations mettent dans leurs pipes. Tout cela vaudrait au moins d'être essayé.
Et s'il faut absolument que nous fumions du tabac, est-ce vraiment la peine de préposer à la vente les lauréats de nos grandes écoles, pour que ce tabac reste le plus malfaisant de l'univers?"

Haut